27/02/2015

Sarkozy qui se voit déjà président.

http://www.greatmilitarybattles.com/assets/images/Huns_Attack_Italy.jpg

 Le sac de Rome par les Barbares

Monsieur Nicolas Sarkozy se voit président de la raie publique en 2017. Le scénario est très simple – explique-t-il à ses affidés – au premier tour le candidat socialiste, quel qu'il soit, sera mis au tapis et il se retrouvera face à Marine Le Pen. Le « sursaut raie publicain » jouant à fond, il sera élu et reprendra du service durant cinq ans au moins.
Voilà où nous en sommes arrivés.
Vous l'avez vu de près Sarkozy et sa face de crapule corrompue ? Ce type qui a mis la Libye à feu et à sang pour complaire à son copain sioniste Levy, Bernard-Henry. Ce type qui se baladait en 2009 à une encablure de Gaza et déclarait, cigare au bec, qu'Israël ne faisait que se défendre. Ce criminel qui a dévasté la Libye et massacré Khadafi auquel il avait soutiré du fric pour se faire élire.
Le voilà qu'il traite de « gugusses » des élus de la raie publique qui en Syrie sont allés rendre visite à son président Bachar Al-Assad. Un homme autrement plus respectable que le sieur Sarközy de Nagy Bocsa, petit hobereau hongrois, bâtard d'un mongol violeur de la puszta. La Syrie a toujours été un Etat autoritaire, ce qui est normal quand il faut réguler des peuples divers et des croyances qui se côtoient. Normal aussi quand l'envahisseur sioniste est à sa porte. En Syrie, chrétiens, juifs et musulmans de diverses chapelles faisaient bon ménage. Bachar lui-même appartient à la minorité alouite, une secte issue du chiisme. Son père Hafez avait opéré sans état d'âme un frison d'intégrisme chez des Frères musulmans : vingt mille morts à Homs. C'était en 1980 et quelque chose. C'est que ça ne plaisantait pas dès lors que la sécurité de l'Etat était en jeu. Les grands de ce monde craignaient Hafez et le courtisaient peu ou prou. Saddam Hussein et lui étaient les patrons de ce pays que les autochtones appellent « le pays de Cham ». Les Américains ont dégommé Saddam Husssein et insaturé le chaos dans ce pays multi-millénaire, héritier des illustres Assyriens. Les Européens s'en prennent maintenant à Bachar après avoir assassiné Khadafi. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, est un homme diminué, il souffre de la maladie de Parkinson, ce qui est dommage, mais il persiste, malgré son handicap intellectuel à donner son point de vue sclérosé. Il est de ces peuples fatigués, malades, à bout de souffle qui se suicident au bout de leur absence de discernement.
Ne pas s'étonner dès lors si des hordes islamiques venues des désert brûlants d'Arabie ou de Cyrénaïque déferlent sur notre vieux continent et le mettent à sac, crucifiant les hommes, emportant les femmes et faisant de nos enfants leurs esclaves. Rome périt ainsi qui se laissa aller, se couvrit la tête d'un voile et ne voulut rien voir. Des empereurs dégénérés se vautraient dans la luxure, comme aujourd'hui des Sarkozy, Fabius et Hollande et consorts se fardent la réalité crue qui les encercle. Si des hommes pareils continent à vivre, c'est nous qui mourrons.
Et même pas de notre belle mort !

FvD

 

26/02/2015

Liberté d'expression sous haute surveillance policière

On fait beaucoup de Barnum aujourd'hui pour la reprise des injures de Charlie Hebdo. Liberté d'expression qu'ils bêlaient tous ces moutons benêts ! Justement, à propos de liberté d'expression, une avocate allemande est en prison. Faut savoir que cette liberté n'est pas un droit mais un privilège concédé du bout des lèvres à quelques "happy few" pourvu qu'ils se coulent dans le moule. Hypocrisie quand tu nous tient ...

 

L’avocate Sylvia Stolz *, qui a déjà passé plus de trois années derrière les barreaux pour avoir tenu des propos contraires aux lois mémorielles allemandes, vient d’être de nouveau condamnée pour ses opinions à vingt mois de prison par un tribunal munichois.

C’est sa défense sulfureuse au procès du fameux révisionniste Ernst Zundel, en 2006, qui l’avait conduite à sa première condamnation et à une interdiction d’exercer son métier pendant cinq ans.

En 2012, elle a prononcé un discours très controversé lors de la 8ème conférence de l’AZK (Anti-Zensur-Koalition, une sorte de rassemblement contre la censure qui organise chaque année une conférence). Celui-ci contenait en effet un certain nombre de questionnements ordinairement avancés par les révisionnistes. Stolz a par exemple affirmé que l’existence d’une volonté organisée et légale du régime nazi d’exterminer entièrement ou partiellement le peuple juif n’a jamais pu être avérée, ou encore que l’Holocauste n’a jamais été prouvé selon les règles et démonstrations strictes d’un procès en bonne et due forme.En conséquence de ce discours, l’avocate a donc fait face à des poursuites pour incitation à la haine raciale et négation de la Shoah. L’organisateur de la conférence, Ivo Sasek, a lui aussi été poursuivi.Perçue comme une femme vaillante et courageuse par les groupes partageant ses visions, Stoltz a souvent été considérée comme une dingue exaltée par les différents observateurs, du fait de la ferveur avec laquelle elle avait défendu Zundel et du contenu jugé absurde de ses propos.Ce n’est pourtant pas à l’asile mais bien en prison que Stoltz va être envoyée, pour vingt mois. Une illustration supplémentaire du caractère schizophrène de nations occidentales qui, tout en se vantant bruyamment de compter la liberté d’expression comme valeur première, continuent de condamner des individus pour délit d’opinion à des peines bien plus lourdes qu’elle ne condamnent n’importe quel criminel moyen de droit commun.

source: Egalité et Réconciliation

 

* Elle a défendu Ernst Zündel lors de son procès remettant en cause l'existence de l'Holocauste en février 2007. Elle affirma pendant le procès que « le tribunal militaire allié international n’a rien été d’autre qu’une inquisition talmudique conduite par des ennemis de l’Allemagne. Il a produit des témoignages fabriqués de toute pièce et les dépositions des Juifs n’ont jamais pu être mises à l’épreuve ou authentifiées. ».
Zündel fut condamné à cinq ans de prison et son avocate Sylvia Stolz à trois ans et demi. Elle fut libérée de la prison d'Aichach le 13 avril 2011.

25/02/2015

Anatomie de l'Etat islamique du Levant

ABU BAKR AL BAGDHDADI.jpg

Abu Bakr Al Baghdadi, Calife.

Il y aura encore douze Califes et puis viendra Jésus annoncer la fin des temps. Dans le nord de la Syrie, près de Dabiq, là où le Prophète l'avait prédit, les armées de Rome affronteront celles du Califat et les infidèles seront défaits. « L'étincelle a jailli à Dabiq, et son feu ira croissant jusqu'à ce qu'il embrase l'armée des Croisés ».
Ensuite, depuis le Khorassan, l'anti-Messie, connu sous le nom de Dajjal, viendra semer la guerre à la tête d'une armée nombreuse et fanatique. Il massacrera l'armée du Calife, ne laissant que cinq mille survivants dans l'enceinte de Jérusalem. Alors Jésus reviendra sur terre, il terrassera Dajjal, conduira les musulmans à la victoire, après quoi à Damas, du sommet d'un des minarets de la mosquée des Omeyyades, il proclamera la fin des temps.

Au fond, on les connaît très mal, ces affidés du Califat que nous nommons « Etat islamique du Levant ».1 Notre propagande les présente comme une meute de fanatiques ignares, appliquant littéralement les prescriptions coraniques, des êtres cruels qui décapitent, crucifient, réduisent en esclavage et sèment terreur et désolation au sein des populations qu'ils occupent.
Dans un article intitulé: What ISIS really wants http://www.theatlantic.com/features/archive/2015/02/what-...
Graeme Wood , professeur de sciences politiques à Yale, procède à une analyse objective de cet épiphénomène guerrier, mais qui risques de ne pas le rester, qu'est l'émergence de L'Etat islamique du Levant. Je vous invite donc à lire (en anglais) ce texte capital qui contribuera à déciller les yeux de certains. Retenons cependant :
Que cet État est strictement conforme aux préceptes du Coran. Prétendre, comme le font bien des musulmans, qu'il n'a rien avoir avec l'islam est faux. La décapitation , la crucifixion, l'esclavage, sont des traitements spécifiquement employés par le texte saint et qui s'adressent à des catégories bien particulières de contrevenants (apostats etc …).
L'Etat islamique n'a pas de frontières et ne peut en reconnaître aucune, cela va à l'encontre des prescriptions du Prophète. Il doit s'étendre, c'est sa mission première et divine. Seul Dieu peut mettre un terme à son expansion.
Aujourd'hui il doit éradiquer les apostats, au premier rang desquels se trouvent les chiites, eux qui ont détourné le Saint Coran 2 et puis s'en prendre à ces pseudos musulmans qui ne suivent pas à la lettre la shaaria.
Cette dernière doit être appliquée dans tous ses aspects, et pas seulement le pénal. Ainsi, obligation est faite de pourvoir tous les musulmans d'un toit, de les nourrir, soigner et éduquer. Et sans qu'ils paient, ce sont des droits qu'ils exercent et l'Oumma (la communauté musulmane) se doit de les satisfaire intégralement.
Distinction est faite entre un pécheur et un apostat. Le premier sera puni conformément à la shaaria (lapidation, fouet, amputation), le second sera mis à mort (crucifixion, lapidation, décapitation …). Les peuples qui ne sont pas musulmans et qui ne font pas allégeance au Calife seront réduits en esclavage. Leurs femmes seront données et leurs enfants élevés dans la foi coranique.
Les peuples non musulmans qui feront allégeance conserveront leur religion et auront le droit de la pratiquer pourvu qu'ils paient l'impôt ad hoc3.
Plus original est le côté « millénariste » des sujets de l'Etat. Ils croient que la fin des temps est proche4. Cela peut expliquer leur désinvolture face à la mort.
L'Etat islamique est dos au mur. Ou bien il s'étend, ou bien il disparaît. Il ne peut, comme Al-Qaeda 5 se réfugier dans un « undergroud » propice. Son but est simple : en finir avec « Rome ». Cette dernière, ce n'est pas tant la ville sainte des chrétiens, mais plutôt la Turquie, identifiée à Byzance (l'autre Rome) mais surtout Atatürk, celui qui mis bas le dernier Califat et laïcisa la Turquie. Mais la Rome du Pape suit Byzance. Arrivés en Libye, sur la côte, ils déclarèrent : nous voici à trois-cent- cinquante kilomètres de Rome.
Faut-il avoir peur de cet État islamique ?
Oui. Car son pouvoir d'attraction est énorme. A des tas de gens, au moyen-orient comme en Europe ou aux Amériques, il présente le portrait d'une société hiérarchisée, gouvernée par un chef courageux, sévère mais juste. Il exalte des vertus viriles, celles du courage, de l'abnégation et du mépris de la mort. Il cultive la mâle fraternité guerrière. Quand vous habitez une banlieue pourrie, que vous êtres inculte et que votre faciès vous attire des contrôles sans nombre, on peut comprendre que vous soyez attiré par les sables brûlants du désert et la parole vengeresse d'un chef qui fait trembler vos persécuteurs. Quand en plus, vous vivez dans un société qui voit, posés en exemple, l'inversion des valeurs 6 : féminisme, relativisme moral posé comme norme, homosexualité, trans genre, anémie du paternalisme, tout concoure à indigner et révolter le tenant d'une tradition battue en brèche, moquée et blasphémée.
Ajoutez à cela l'arrogance outrancière d'un Occident qui impose sournoisement ses pseudos valeurs à la planète tout entière, se justifie par des sophismes éhontés et réifie sans vergogne l'être humain pour n'en faire qu'une chose qui consomme pour le plus grand profit d'une poignée de possédants repus et dégénérés.
Conclusion : avant de faire la leçon aux autres, balayons devant notre propre porte. Nous pratiquons la guerre depuis toujours. Nous avons, nous aussi, décapité tant et plus, mis en croix, torturé, réduit en esclavage. L'impérialisme et la mise sous tutelle de peuples entiers, nous l'avons pratiqué tant et plus. Alors, avant de monter sur nos grands chevaux, faisons une petite introspection. Historiquement, nous ne valons pas mieux que ces gens d'en face.
Cela ne sert à rien de combattre l’État islamique à coups de drones, d'ordinateurs et de porte-avions, fut-il le Charles De Gaulle. Cela va coûter très cher et se terminera par un flop gigantesque. Ces combattants de la foi, précisément parce qu'ils l'ont et que la foi peut déplacer des montagnes, doivent nous faire réagir.
Et la meilleur réaction possible reste le retour à nos valeurs chrétiennes, celles qui animèrent des Charles Martel, Jeanne d'Arc, Skanderberg, Godefroid de Bouillon et tant d'autres. Ils ne s'embarrassaient pas de droits de l'homme, ils ne se connaissaient que des devoirs, ils ne parlaient pas de « vivre ensemble » mais selon un ordre établi par Notre seigneur lui-même. Ils méprisaient la luxure, la gourmandise, le fallacieux confort. Ils savaient que c'est dans l'airain que se forgent les meilleurs armes, celles de l'esprit et de l'âme. Ils accueillaient la mort en antichambre du Ciel et maudissaient le blasphème.
L'Etat islamique, dont l'extension continue est un impératif coranique, ne fera qu'une bouchée de l'Occidental hédoniste égoïste repu et blasphémateur. Il prendra ses femmes, convertira ses enfants et si, par après il veut vivre, il devra se soumettre.
Ce qu'il fera !

FvD

 

1 Acronyme ISIS en anglais
2 C'est la sempiternelle querelle entre chiites et sunnites. Notons que Al-Baghdadi a pris pour patronyme Abu-Bakr, celui du premier Calife après la mort du Prohète et enfant de la tribu des Quraysh, celle de Mahomet. Pour les chiites, seul un membre de la famille du Prophète peut être Calife.
3 Contrairement à ce que l'on croit, cet impôt n'est pas élevé.
4 Comme les Evangélistes ou les Témoins de Jehovah
5 Ils se détestent cordialement l'un l'autre
6 En islam comme dans le christianisme, l'inversion des valeurs est la marque diabolique par excellence.