29/01/2011

Il y a "révolution" et Révolution...

tunisie, egypte, israël, europe, etats-unis, révolution, sionisme, europe

 

Autant mettre les pieds dans le plat. Je me méfie de ces révolutions un peu trop spontanées à mon gré:  Tunisie, Yemen, Egypte, la partition m’a l’air écrite d’avance dans un bureau de Washington, Londres ou Tel-Aviv. Elle est factice, mijotée longtemps dans des sauces suspectes où les interêts des uns et des autres ne coïncident pas avec ceux des peuples concernés.

Premier mouvement:  allegro crescendo. Le peuple, subitement, est dans la rue.

Qui l’a poussé ? Il réclame haut et fort le minimum vital, un emploi, un toit, du pain. Pas grand-chose, en somme !

Deuxième mouvement: andante ma non troppo: les sbires du regime répriment, tirent, tuent, puis, se font plus discret, un ordre- venu d’où ?- leur intime de cesser le feu.

Troisième movement: allegro assai: le monde “occidental” prend la mesure du drame, exhorte le tyran à fuir et déverse toute sa mielleuse compassion sur ces braves gens encore vivants, leur assurant de toute sa paternelle et démocratique sollicitude. Les “droits de l’homme” arrangeront tout, assurent-ils, tout sourire…

Le quatrième movement est écrit d’avance: on en reprend d’autres et on fait la meme chose, sur un mode different, plus “soft” ou “glamour”, c’est comme vous voudrez, un peu comme ils le font chez nous: totalitarisme mou sauce sex toy. Et en “do majeur”, s'il vous plaît, histoire de faire danser les gens… quelques temps…

Ne nous leurrons, chers amis, ces “revolutions” de “jasmin”, ont tout le gout du thé de Londres, de Washington et celui "casher" de Tel-Aviv.
En somme, ces excellences ayant pris – enfin  !- la mesure de l’exécration que suscitait dans le peuple  ces tyrans qu’ils avaient corrompus, tournent veste et exhortent ces peuples que, hier encore, ils laissaient entre les mains de profiteurs sanguinaires, à les remplacer.

Il faut dire qu’ils n’ont pas le choix. Ou bien ils corrompent le pouvoir en place, ou bien c’est la rue, c’est-à-dire les Frères Musulmans, qui dirigent. Et le pouvoir aux mains de nationalistes locaux, comme les Frères en question, ils n’en veulent pas. Trop dangereux ! Pour qui ? Pour l’entité sioniste, appelée “Israël”, pardi ! Et les intérêts privés mondialistes...

Nous en Occident, les Frères Musulmans cela ne nous regarde pas. C’est pas notre monde. Si ces peuples veulent vivre comme ils l’entendent, sous des régimes qu’ils acceptent, c’est leur choix, comme celui de leurs femmes de se voiler. De quel droit imposons-nous nos “valeurs” à des gens qui en ont d’autres ? Je vous le demande…

Ces “révolutions” n’en seront que dans la mesure où le départ des tyrans sera aussi celui de ces profiteurs mondialistes qui ont placé ces pays sous la tutelle de Washington et de Tel-Aviv. Ah , ils ont bien raison d’être inquiets les sionistes, ils sont pressés de remettre les choses en place, c’est-à-dire un gouvernement croupion à leur solde et celui de leurs affidés états-uniens.

Et nous, qu’attendons-nous pour nous soulever et recomposer l’Europe ? Les arguments ne manquent pas: pauperisation, précarité, prevarications de toutes sortes, soumission aux intérêts américano-sionistes.

Sommes-nous donc à ce point dégénérés par une presse aux ordres, des medias au garde-à-vous, un enseignement réducteur, une foi d’opérette, et des convictions anémiées ?

Qu’importe, il suffit d’une infime minorité convaincue et organisée, pour faire basculer le monde. Lénine et Mao l’avaient compris. Nous aussi !

La revolution n’est rien d’autre que remettre les choses à l’endroit !

10:08 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tunisie, egypte, israël, europe, etats-unis, révolution, sionisme |  Facebook |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.