29/10/2011

DSK: la partouze qui intéresse les enquêteurs

 

carlton.jpg

Façade du "Carlton" à Lille


Le directeur de la sécurité publique du Nord Jean-Claude Menault, 62 ans, a été laissé libre, jeudi 27 octobre, après presque six heures de garde à vue dans les locaux parisiens de l'IGPN(Inspection générale de la police nationale) dans le cadre de l'enquête sur un réseau de proxénétisme impliquant l'hôtel Carlton de Lille.

Si une source proche du dossier citée par l'AFP a dans un premier temps affirmé que Jean-Claude Menault avait été mis en retraite d'office, le ministère de l'Intérieur a ensuite assuré qu'il allait être muté à Paris "dans les prochains jours", selon "Mediapart " confirmant une information de RTL . "Il n'est ni suspendu, ni mis à la retraite d'office" a également assuré au "Nouvel Observateur" le ministère de l'Intérieur, précisant que Jean-Claude Menault "va faire l'objet d'une nouvelle affectation".

 

1. Pourquoi le chef de la police du Nord a-t-il été placé en garde à vue ?

Les enquêteurs souhaitaient l'entendre, entre autres, sur sa participation à un voyage à Washington en décembre 2010 pour rencontrer Dominique Strauss-Kahn. Le chef de la police du Nord était accompagné du responsable d'une filiale de la société Eiffage David Roquet, d'un autre chef d'entreprise Fabrice Paszkowski, et du chef de la sûreté départementale et proche de DSK Jean-Christophe Lagarde, mis en examen vendredi 21 octobre pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d'abus de biens sociaux et placé sous contrôle judiciaire. Deux jeunes prostituées présentées comme des "secrétaires d'Eiffage" étaient aussi du voyage.

Les liens de Jean-Claude Menault avec les autres personnes mises en cause dans le dossier intéressent également les enquêteurs.

 

2. Pourquoi ce voyage et qui l'a payé ?

Selon une source proche du dossier citée par "Libération " vendredi 28 octobre, c'est son collègue Jean-Christophe Lagarde, "qui fréquentait DSK depuis un moment" qui aurait proposé à Jean-Claude Menault de participer à ce voyage. "Apparemment, DSK voulait le consulter pour préparer sa campagne. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque. DSK est alors favori des sondages", explique la même source au quotidien. Plusieurs sources policières ont également affirmé que le chef de la police du Nord s'était rendu à Washington pour conseiller l'ex-patron du FMI sur les questions de sécurité.

Les chefs d'entreprise David Roquet et Fabrice Paszkowski ont reconnu avoir réglé une partie des frais des différents voyages organisés aux Etats-Unis. Karl Vandamme, avocat de Fabrice Paszkowski, affirme que son client a pris en charge "la moitié du voyage" auquel a participé Jean-Claude Menault, rapporte "La Voix du Nord ". Il affirme également que David Roquet a payé le reste : "Il a payé parce qu'il allait voir son ami, qu'il en emmenait d'autres. Ce n'est pas un crime, mais je vous assure qu'il s'en mord les doigts."

 

3. Comment ce voyage s'est-il déroulé ?

Toujours selon "Libération " citant un avocat de la défense, Dominique Strauss-Kahn avait pour habitude, quand il recevait ces hôtes, de consacrer les déjeuners aux affaires. "Il ne voulait pas qu'on le voie avec des femmes au FMI et à proximité de son bureau" affirme encore le même avocat. Si les déjeuners étaient consacrés aux affaires, les dîners, quant à eux, se déroulaient dans une toute autre atmosphère.... Jean-Claude Menault était-il au courant du type de soirée prévue ? Une source proche du dossier citée par "Le Parisien " affirme qu'il s'était "senti un peu piégé." Une autre, citée par "Libération ", affirme que quand le patron de la police du Nord a compris que les "jeunes femmes venues avec eux étaient des professionnelles, mais pas du bâtiment, il aurait décidé de regagner sa chambre. Et serait reparti le lendemain matin vers la France, écourtant son séjour."

 

4. Qu'a-t-il rapporté à sa hiérarchie ?

Selon "La Voix du Nord ", toujours, Jean-Claude Menault aurait récemment envoyé un rapport à sa direction sur ce voyage. Selon une source policière citée par "Le Point ", avant de remettre ce rapport, il se serait présenté de lui-même à la police des polices il y a quinze jours pour évoquer l'affaire du Carlton. Il n'aurait pas évoqué ce voyage à ce moment-là.

 

Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111028.OBS3446/a...

12:07 Écrit par Ungern dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, carlton de lille, dsk, fmi, washington |  Facebook |

28/10/2011

Et maintenant au tour de la Corée du Nord !

En juillet dernier, les Etats-Unis ont relancé les discussions avec la Corée du Nord, lesquelles avaient été interrompues en avril 2009, après une énième provocation de Pyongyang. Entre-temps, le régime nord-coréen a procédé à un nouvel essai nucléaire, coulé une corvette sud-coréenne et bombardé l’île de Yeonpeyong…

Ces négociations, qui portent sur le programme nucléaire de la Corée du Nord, se sont poursuivies avec une seconde réunion, organisée cette fois à Genève au début de cette semaine. Pour le moment, il a été fait état de « pourpalers très positifs et constructifs ». Mais aucune « percée significative » n’a encore eu lieu. « Nous avons résorbé des divergences sur plusieurs points et exploré des divergences sur d’autres points » a commenté Stephen Bosworth, le chef de la délégation américaine.

Cela étant, le ton adopté à l’égard de la Corée du Nord par Leon Panetta, le secrétaire américain à la Défense, est tout autre. En déplacement à Séoul au lendemain de la dernière réunion entre les émissaires de Washington et de Pyongyang, il a expliqué que c’est en Corée du Sud que se trouve désormais la « ligne de front ».

Après avoir dénoncé le « comportement téméraire et provocateur » de Pyongyang alors qu’il était au Japon, Leon Panetta a réaffirmé, le 26 octobre, l’engagement des Etats-Unis dans « la défense de la République de Corée ». Et, dans une tribune publiée par le quotidien Chosun Ilbo, il a estimé que la Corée du Nord « continue de poser une menace sérieuse » sur la sécurité de la région. « En travaillant ensemble, nos armées continueront de dissuader toute agression nord-coréenne et à se tenir prête à vaincre le Nord s’il portait la guerre contre nous » a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, la Corée du Sud, où sont déployés 28.500 militaires américains, continuera de bénéficier du parapluie nucléaire offert par les Etats-Unis, afin de « répondre de façon décisive à toute agression nucléaire » nord-coréenne.

Quoi qu’il en soit, et avec le contexte budgétaire qui se dessine pour le Pentagone, les déclarations de Leon Panetta confirment, s’il en était besoin, que la région Asie/Pacifique constituera dans un proche avenir – si ce n’est déjà le cas – la priorité militaire des Etats-Unis.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Pour-le-chef-du-Pen...

27/10/2011

Sarkozy sauve l'Europe... et augmente la TVA !

gloire_2.jpg

Antoine Etex: la gloire des Etats-Unis

Sarkozy a sauvé la France, l'Europe et l'euro. Alleluia !

Et tant pis si des grincheux dans notre genre susurrent qu'en réalité l'Europe, sous le drapeau français, marche au pas allemand, celui de l'oie … On ne va pas gâcher notre bonheur, quand même...

Comment un homme pareil, sous la fière carapace duquel se concentrent tant d'énergie et de charisme pourrait-il ne pas être réélu ? Le peuple serait-il ingrat à ce point ? Voyez ce pauvre Churchill, débarqué en 1945 et remplacé par le fade Attley. Non, les Français sauront se ressaisir et, la raison revenu, remettre Sarkozy à sa place, la première !

C'est donc avec un sens rénové de l'altruisme et du sacrifice que le bon peuple acceptera, en toute lucidité républicaine, de payer un peu plus de TVA. La grandeur de l'Europe, drapée dans le drapeau noir, jaune et rouge bleu-blanc-rouge est à ce prix, pas grand chose pour qui transcende les réalités mesquines du quotidien et aspire aux exaltations du sublime.

S'il n'y avait le bon peuple, citoyens, il faudrait l'inventer !


france, europe, sommet de bruxelles, tva française, sarkozy, merkel, crise européenne