30/04/2012

Dray, DSK, Sarkozy et la République putride

dray.jpg

Dray à son anniversaire, rue Saint-Denis


Sarkozy parle « d'infamie », Fillon traite Mediapart, « d'officine ». Officine de quoi, au service de qui ? Il ne le dit, mais ajoute « payée par les riches amis de monsieur Hollande ». Monsieur Hollande a donc de riches amis, monsieur Sarkozy pas, il est le « président des pauvres » comme il le prétend. Il a trouvé ça tout seul, paraît-il : président des pauvres, pourquoi pas protecteur des « SDF » tant qu'il y est ?

Et il va porter plainte, Sarkozy, contre Médiapart et tous « ces médias » qui ont relayé l'information bidonnée, comme il dit. Jamais il n'a reçu le moindre sou de Khadafi, il faut le croire sur parole !

Et demain, premier mai, il va fêter le travail (qui n'est plus « vrai », depuis qu'il a réalisé que Pétain avait dit la même chose... comme quoi, ignorer l'histoire peut jouer des tours) au Trocadéro, dans le 16em arrondissement. Il va s'occuper de ceux « qui travaillent  et ne disent jamais rien », sauf, bien sûr : « merci, patron ! ». Braves gens !!

L'affaire Bettencourt, ne pas l'oublier celle-là ; on en parle moins, les juges enquêtent. Gare à eux si Sarkozy revient de campagne vainqueur ; il allégeréa le rythme de leur travail, c'est sûr !

Dans le camps d'en face, ce crétin de Julien Dray, un type qui ferait mieux de se faire oublier lui et son obsession des montres, roulerait pour Sarkozy qu'il ne ferait pas autrement. Il invite dans un bar branché de la rue Saint-Denis des copains socialistes à fêter son anniversaire. Strauss-Kahn est de la petite sauterie. Valls, Moscovici et Royal, qui ne savent pas que le grand méchant loup (et sa femme) sont parmi les convives, réalisent à temps qu'une bombe peut exploser et se tirent furieux. La gauche la plus bête du monde, on l'avait oubliée, celle-là.

Strauss-Kahn aussi, exhibant un manque obscène de décence. Lui, le mis en examen pour proxénétisme aggravé, qui se croit encore le droit de fourrer son... nez dans les coulisses du pouvoir, et qui parle de complot new-yorkais ! Quelle bénédiction que ce 15 mai 2011 , même si cette malheureuse Diallo à dû y laisser quelques plumes.

Déliquescence, corruption, pornographie, mensonges. La République est putride et ce n'est pas une alternance qui changera quoi que ce soit, les temps viennent qui verront l'insurrection.

09:32 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, élections présidentielles, mediapart, dray, dsk, sarkozy |  Facebook |

29/04/2012

Kadhafi aurait financé à hauteur de 50 millions d'euros Sarkozy en 2005

mous69.jpg

 

C'est un véritable roman noir que révèle Mediapart

(http://www.mediapart.fr/journal/international/280412/sark...),


un de ceux où Machiavel côtoie les services d’État, où des hommes de l'ombre vont et viennent avec des valises bourrées de billets de banque, voyagent dans des avions très privés, se font arrêter à la frontière par les sbires d'un ministre ou voient tout simplement leur maison de Tripoli, sise dans un quartier chic, bombardée par l'OTAN

En clair, Mediapart apporte une preuve de l'appui de la Libye dans la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2005.

La note reprise ci-dessus est signée Moussa Koussa, ancien chef des services de renseignements extérieurs de Libye en décembre 2006.

On lit (entre autres) dans cette lettre dûment authentifiée :

 

« En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros »...accord de principe sur le sujet cité ci-dessus »

 

Un accord sur les modalités de versement de cette somme aurait été signé plus tôt par Brice Hortefeux en présence de l'homme d'affaires Ziad Takieddine.

Le paiement aurait été supervisé par Bachir Saleh, président du Libyan African Portfolio (un fond d'investissements libyen) ;

Souvenons-nous, feu Mouamar Kadhafi et son fils Saïf al-Islam (toujours vivant) avaient révélé le versement de sommes importantes à Sarkozy avant sa campagne électorale. Abdallah Senoussi, ancien chef des services secrets abondait dans ce sens lui aussi.

La note que publie Mediapart conforte cette hypothèse.

Bachir Saleh, après avoir été fait prisonnier par le nouveau régime libyen a été exfiltré en France où il jouit de la protection des autorités françaises et est porteur d'un passeport diplomatique. Pourquoi cette prévenance se demandait Le Canard Enchaîné, en saurait-il trop ?
Moussa Koussa, lui, a réussi à gagner le Qatar (excellent ami de la France) où il vit sous protection. Coïncidence ? Il est aussi un des protagonistes et témoin de cette affaire de corruption.

Contacté par Mediaprt, M. Ziad Takieddine n'a pas contesté l'authenticité de cette lettre, tout en niant avoir été présent le jour de la réunion indiqué dans cette dernière.

Messieurs Sarkozy, Hortefeux, Guéant et Cie démentent avec mépris ces « allégations ».

Plus de détails dans Mediapart et,
la suite au prochain épisode.

 

27/04/2012

Sarkozy fait tout pour gagner... tout

Tout faire pour gagner ?

Le signal envoyé par les électeurs à Nicolas Sarkozy a de quoi le stresser. Président sortant il se fait coiffer au poteau par le candidat socialiste, et surtout il ne retrouve pas, loin s’en faut son score de 1er tour en 2007. Enfin malgré tous ses efforts il n’empêche pas la montée du Front national qui double presque ses voix d’une élection sur l’autre. Quant aux sondages ils continuent invariablement à le donner battu au second tour à 46/54 au profit du candidat socialiste, définitivement installé dans le fauteuil de favori.

Est-il encore possible pour le candidat sortant d’inverser la tendance, comme ses co-équipiers tentent de la proclamer sur tous les plateaux télé, les radios et les journaux ? Tant que les bureaux de vote ne seront pas fermés au soir du 6 mai, la parole est aux électeurs. Mais ses chances sont réduites, terriblement réduites. Il n’y a pas un seul observateur français ou étranger qui lui accorde la possibilité d’être élu.

Il a pris le parti de se battre jusqu’au bout, quitte à donner une image de lui dégradée et parfois indigne pour un président de la république encore en exercice et qui postule à un second mandat. Sans un mot sur son bilan, l’ignorant même, s’exprimant comme s’il n’avait jamais exercé le pouvoir, il tente de rallumer la flamme avec un bric à brac de propositions dont le seul impact est de se demander : que ne les a-t-il pas mis en œuvre ?

Tout faire pour gagner, quitte à perdre son âme. Ses dernières propositions mettent gravement à mal l’UMP. Son appel à manifester pour lui le 1er mai afin de défendre le « vrai travail » relève d’une indignité dont je regrette qu’elle n’ait pas suscitée plus de protestations. Car de quoi s’agit-il ? Il l’a expliqué lui-même, le vrai travail c’est celui qui s’expose aux dures lois du marché, en opposition au faux travail, protégé, celui des fonctionnaires. Jamais un président chef de l’exécutif, en charge de l’ensemble des fonctionnaires n’avait pris une telle position, affiché un tel mépris à l’égard de la fonction publique. Nombreux doivent être les fonctionnaires qui ayant voté pour lui en 2007 doivent s’en mordre les doigts.

Il est usuel pour Nicolas Sarkozy de cliver et d’opposer les français, mais là il a dépassé les bornes autorisées par les bonnes mœurs républicaine. Cette position est anti-républicaine, elle contamine gravement l’UMP par ricochet en lui conférant la couleur et l’odeur des partis fascistes. C’est dit, comme il a osé lui-même franchir le pas pour s’installer sur les rives répugnantes de l’extrême droite.

C’est sans doute pour cela qu’il lui a été plus facile de décerner un label de bon républicanisme au Front national. Mais on peut légitimement s’interroger sur la pertinence d’une telle stratégie. Certes sur le papier pour gagner, il lui faut un report massif des voix de Marine Le Pen. Mais il ne l’obtiendra pas, car elle fera tout pour le faire chuter, sachant qu’en faisant cela, elle fait voler en éclat l’UMP et se positionne comme leader de l’opposition à François Hollande. Et enfin cette droitisation a déjà fait fuir nombre d’électeurs de François Bayrou dont il a aussi besoin.

Les comptes sont faits, d’autant plus que la participation massive du premier tour ne laisse pas présager d’un réservoir de voix pour le second tour. Ainsi pour des raisons d’amour propre mal placé Nicolas Sarkozy a préféré tenter un impossible et déraisonnable « tout pour le tout » au risque de déstabiliser le parti qui l’a porté au pouvoir ; perdu pour perdu il aurait pu jouer la carte de l’avenir pour l’UMP, ne pas perdre son âme et « faire le job » tranquillement jusqu’au soir du 6 mai.

Décidément il sera pour toujours dans l’histoire de notre république l’homme du Fouquet’s, celui qui promet beaucoup et fait peu, celui qui aura vendu au diable son âme de républicain pour un plat de lentilles dont il ne verra même pas la couleur. Monsieur le « encore » président je vous dis Adieu et sans aucun regret.

source: 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tout-faire-p...

08:30 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, élections présidentielles, sarkozy, ump, hollande, ps |  Facebook |