10/07/2015

La France déchue

Pierre Mylestin dans Boulevard Voltaire se pose la question : pourquoi les Français sont-ils dans leur écrasante majorité si apathiques et atones ? Notre réponse est lapidaire:  Les Français comme peuple, à l'instar de tous les autres, ne sont qu'une masse gélatineuse innervée, allant et venant au gré de pulsions qu'elle ne contrôle pas. Le peuple souverain, cela n'existe pas. Il n'est que le reflet de ceux qui le dirigent. Selon qu'ils soient marchands, financiers, militaires, nationalistes, mystiques exaltés … le peuple suivra la voie tracée, il est aveugle, il ne fait pas de distinguo.
Et les Français ne sont pas plus malins que les autres. Terroristes sous la terreur, bonapartistes dans la foulée, restaurateurs zélés, impériaux et bourgeois, républicains athées, vaincus piteux, collaborateurs et maréchalistes, gaullistes de circonstance et cetera. Egoïstes toujours. Aujourd'hui repus, ignares et incultes, vulgaires prétentieux, arrogants vaniteux et léthargiques. Pas étonnant que des étrangers les gouvernent, ces Valls, Taubira et Belkacem; normal que des groupes de pression, financés par l'étranger, donnent le ton : Conseil représentatif des Juifs et d'Israël, mosquée de Paris, d'Alger et Rabat. Foot du Qatar, Ramadan, « patrimoine » français, comme l'annone, stupide et fière, l'espagnole Hidalgo, mairesse d'un Paris bâtard et pollué.
Une France dont le premier magistrat a pour patronyme Hollande, tout un symbole !
Ce n'est pas du peuple que vient le salut, mais de ses élites. Or en France où sont-elles ? Le baccalauréat, jadis si craint, c'est aujourd'hui quatre-vint-six pour cent de réussite. Un potache a ainsi pu twitter : reçu avec mension. Des hordes d'incultes et fiers de l'être encombrent les facultés avant pôle emploi.
On pourrait, à la rigueur, se dire que d'autres jeunes qui viennent de loin, traversent la mer à leurs risques et périls et se lancent dans une aventure périlleuse ont autrement plus de qualités, de mordant et de courage que ces « moutons formatés » que sont notre jeunesse.
C'est bien vrai, mais si on remplace les premiers par les seconds, il n'y aura plus de France, plus d'Europe, autre chose qui ne nous ressemble pas et nous avons encore le droit de nous perpétuer comme nous l'entendons.
Tant que ces rebuts ont l'instinct de procréation.
Ce qui n'est pas sûr !
Ungern
L'Histoire n'est qu'un long oubli. (Paul Morand)

FASCISTES 1.jpg

 

09/07/2015

Pourquoi l'islamisme est appelé à durer

Sans commentaires ...

Bonjour à tous, nous sommes le neuf juillet de l'an deux-mille quinze du Seigneur et adressons nos prières à Sainte Procule, martyre du diocèse de Moulins.
Nous attachons à ce petit papier une vidéo de monsieur Hervé Ryssen dont la qualité principale est aussi une des plus rares qui soit : remettre les choses en place, sans haine, sans crainte, simplement en récoltant des faits avérés et incontestables. Achetez son dernier opus « Les Milliards d'Israël » qui a pour sujet les escrocs juifs de la finance, vous apprendrez quelque chose, comme vous le ferez en lisant « Psychanalyse du judaïsme » ou « Le Miroir du judaïsme ». Il vient, monsieur Ryssen, d'être condamné à trois mois de prison pour avoir écrit à une fonctionnaire que la République était une ordure. Il a bien raison, la république française est une pute de bas étage.
Mais revenons aux propos de monsieur Ryssen. Ce qu'il dit des adversaires de l'islam est très juste. Tant que vous tapez sur l'islam, pas de problèmes. Prenez-vous en à Israël, Etat voyou et génocidaire s'il en est, vous vous retrouvez dans le viseur. Or les faits sont là : Israël est le détonateur du Moyen-Orient. Neutralisez « l'Etat juif », rétablissez les Palestiniens dans leurs droits et vous en avez fini avec ce scandale qu'est le sionisme. Cela arrivera et dans une laps de temps assez court, mais l'occident est désormais et pour longtemps considéré comme complice des crimes sionistes et devra assumer, c'est-à-dire payer. Quant à l'islamisme brutal, sauvage et cruel de Daech, il est fait pour durer, ne pas se faire d'illusions.
Dans les banlieues françaises, l'islam radical a la cote auprès des sauvages. Normal, il ne savent pas lire, pas réfléchir non plus et, à défaut d'être français, marocains ou primates des savanes, ils veulent être muslim. Un rapport remis par un monsieur au-dessus de tout soupçons d'islamophobie, Malek Boutih, est sur le bureau de monsieur le premier des ministres. Le djihadisme fait des progrès chez les « jeunes », pointe-t-il. Le djihad a la cote, les gamins et gamines se croient dans un jeu vidéo et la perspective de mourir au combat et d'aller droit au Paradis niq... septante vierges les fait mousser. Comme prévu la gauche bien-pensante récuse les conclusions de ce monsieur Boutih. Il a choisi de mauvais experts qu'ils disent, il doit revoir sa copie. Le rapport a donc été rangé.
Il garde les paupières fermées
et ne voit pas la neige,
abîme sous ses pas
(Haïku anonyme 17em siècle)
Ungern
Les démocraties sont des pédérastes passifs. Il leur faut le forgeron. (Paul Morand)
croix celtiques.jpg

 

 

 

 

 

08/07/2015

Phillip K. Dick et l'évanescence de la réalité

Et si le temps et l'espace étaient relatifs ? Vous imaginez un seul instant que le temps est « votre » temps, de même que l'espace ? Toute existence serait impossible, cette situation impliquerait ipso facto le retour à la stance, cet état où précisément espace et temps sont vôtres totalement, donc inexistants. Or exister c'est quitter la stance et s'intégrer dans un espace et un temps « mondanéisés », comme dit Heidegger, et que vous contribuez par votre existence à « mondanéiser » davantage encore. Vous êtes dans le monde et vous créez le monde. En n'étant plus dans votre stance, vous n'êtes plus chez vous, d'où l'angoisse dite « existentielle ».
Philip K. Dick joue parfaitement en maître de cette insupportable dichotomie dans ses romans et tout particulièrement dans « Le maître du Haut château » (The man in the High Castle, J'ai Lu).
Nous sommes dans les années 60, l'Allemagne et le Japon ont gagné la guerre. Ils se partagent le monde. Les Etats-Unis sont divisés en trois, l'Est sous contrôle allemand, l'Ouest occupé par les Japonais, au centre, un état croupion à la botte des vainqueurs. Les protagonistes évoluent sans se rencontrer ni se connaître. Ce qu'ils ont en commun, c'est un livre interdit par la censure, Le Poids de la Sauterelle qui raconte que ce sont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne qui ont gagné la guerre. Ecrit par un personnage étrange qui vit dans une bâtisse retranchée du côté des Rocheuses, dans cet Etat vassalisé. Un autre livre les réunit, le Yi-King, l'oracle millénaire des taoïstes.
Pour les héros américains du roman, Le Poids de la sauterelle représente la réalité qu'ils aimeraient vivre mais que le destin leur a ravie. Pour les vainqueurs, ce livre n'est qu'une rêverie subversive qui alimente les désirs de revanche des vaincus. A proscrire donc. L'auteur du Poids de la Sauterelle a pour nom Abendsen. Toujours être attentif à la symbolique des noms chez Dick. Abendsen peut être traduit « fils du crépuscule », ce crépuscule qui annonce un soleil nouveau. Le Yi-King est le livre que les vainqueurs japonais ont apporté dans leur bagages, comme les Américains l'auraient fait avec Mickey et Coca-Cola s'ils avaient gagné la guerre. Abensen a joué le jeu et consulté l'oracle et c'est ce dernier qui l'a persuadé que la réalité traduite dans l'espace et le temps était fausse et qu'il lui fallait écrire que les vainqueurs étaient les anglo-saxons, parce que c'est la vérité.
Le problème est la définition de la vérité : est-elle comme disent les philosophes l'adéquation entre apparaître et être ? Mais alors, qu'est-ce que l'être sinon l'adéquation entre apparition et apparaître ? Mais l'apparition se réalise dans l'espace et le temps et qui me prouve que ces deux facteurs sont intangibles et purement objectifs ? N'ai-je pas ma propre vision de l'espace et du temps ?
Le Yi-King dans sa sagesse fait un clin d’œil à celui s’attellerait à donner une réponse définitive à cette métaphysique déjantée :
Dans la lumière du soleil couchant, les hommes, ou bien frappent sur le chaudron et chantent, ou bien gémissent tout haut sur l'approche de la vieillesse. (Hexagramme 30, Celui qui s'attache, le feu).
La réalité est comme le feu, insaisissable aux mortels, allant et venant au gré de chaudes flammes polychromes.
Tout cela est bien beau, mais les faits sont têtus. L’Allemagne a gagné la guerre et le Japon aussi. Freiherr Friedrich von Merkel est chancelier d'un Reich glorieux dont le drapeau flotte à Vladivostok. L'empereur du Japon a reçu ses vassaux australiens avec beaucoup de grâce.
Les Juifs vivent heureux au Birobidjan.
Ungern
Celui que les dieux remarquent, ils le détruisent. Soyez petit... et vous échapperez à la jalousie des grands. (Philip K. Dick)

HITLER 3.jpg