06/04/2015

Après Pâques, le temps des Kalach ...

 

 ratp et chritianophobie, laïcisme et christianophobie, persécutions des chrétiens, laïcard et christianophobie, religion, iran, israel, netanyahou, france, sionisme, judaismeVous avez vu la tête de ce type ? Bon, il est moche, c'est pas sa faute, il a l'air faux et perfide, mais faut se méfier des apparences, il est juif, plaignons-le, il est socialiste donc responsable, sans doute franc-mac, donc suspect. Il s'appelle Gérard Unger et est membre du Crif, le lobby juif. Il est aussi le patron de Metro-bus, la société qui fait de la pub dans le métro parisien.
C'est lui qui a décidé, comme ça, d'interdire les affiches publicitaires annonçant un concert du groupe « Les Prêtres » au profit des chrétiens d'Orient. C'est le « chrétiens d'Orient » qui l'a interpellé. Lui, il veut rien savoir. Ils se font massacrer par les djihadistes, ces chrétiens, il s'en fout, il dit que la RATP n'a pas à prendre position dans un conflit, comme s'il y avait une guerre entre rien que des chrétiens et des musulmans décérébrés. Et que la RATP est laïque. Voilà où on en arrive : un juif, socialo et laïcard qui décide de faire la nique à Jésus, c'est dans ses gênes à ce type, il fait partie de cette race qui se réjouit de la mort d'autrui quand elle ne la provoque pas, voyez Golgotha, voyez Gaza !
Et pourtant, nous chrétiens, devons aimer notre prochain, y compris une larve de cette espèce. Eh bien, oui, on l'aimera, ce déchet putride, on l'aimera … Quand il sera bien raide et froid …
L'Iran, c'est une vieille , très vieille et illustre civilisation, le premier monothéisme est iranien, pas juif ! C'est le culte du dieu unique, Mazda et de son prophète Zarathoustra, bien antérieur à l'Ancien Testament et dont les juifs se sont inspirés quand ils furent en exil à Babylone. L'Iran, c'est aussi l'islam chiite, à propos duquel il y aurait bien des choses à dire sur sa prodigieuse richesse intellectuelle.
Ce pays a signé un accord sur son utilisation de l'énergie nucléaire. Elle sera purement civile, ce que du reste, il a toujours prétendu. Petite question : puisqu'une bombe atomique, c'est tellement dangereux, pourquoi les puissances, toutes les puissances, ne renoncent-t-elles pas pas à l'arme nucléaire ? Pourquoi la réserver aux « grandes puissances » et l'interdire aux autres ? Après tout, qui a utilisé la bombe atomique ? Les États-Unis ! Pas l'Union Soviétique, pas la Chine …personne d'autre !
Et s'il faut réserver cette bombe à un club sélect, pourquoi y-a-t-il un passager clandestin dans le placard : Israël ? De sa bombe, on ne parle jamais, mais elle bien là, en catimini, sous le sceau du secret partagé avec les Étasuniens. Et vous pouvez compter sur les sionistes, pour s'en servir. Ils ne se gêneront pas pour mettre la planète à feu et à sang pour que vive Israël.
L'accord avec l'Iran signe aussi la réintégration de ce pays dans la communauté internationale et renforce son prestige et son influence dans la région. Au grand dam des sunnites saoudiens, ennemis jurés des chiites en général et de l'Iran en particulier et, bien sûr, d'Israël. Netanyahou, l'a dit haut et fort, il « craint » pour l'avenir d'Israël. Il n'a pas tort, Israël, à terme, est condamné. Pas par une bombinette iranienne ou autre, mais tout simplement par le jeu de la démographie arabe en Israël et en Cisjordanie. C'est pas l'uranium enrichi qui mettra à bas le sionisme, mais le ventre des femmes arabes. Dieu est grand !

Aux États-Unis, le lobby juif fait pressions sur certains sénateurs républicains du Congrès pour qu'ils ne ratifient pas l'accord. Fidèle à sa tactique, le lobby juif y va de la corruption, du chantage à l'antisémitisme, et de la déformation historique. Tout a une fin, cependant, et si après, lassés de ses manigances et mensonges on lui flanque une raclée ils va encore crier à la shoa …
Le recteur (curieux, ce titre, quand même …) de la mosquée de Paris, monsieur Boubakeur, a déclaré, hier, dimanche de Pâques, que le nombre de mosquées en France devait doubler d'ici deux ans. Merci de nous rappeler, en ce jour précieux entre tous, cher monsieur Boubakeur, que l'islam est de facto la première religion de ce vieux pays. A nous, désormais, de vous détromper et d'envisager très sérieusement une politique qui remette les choses et les valeurs à leur vraie place. Et vous à la vôtre, de l'autre côté de la méditerranée.
Voilà mes amis où nous en sommes. Chrétiens méprisés, massacrés un peu partout dans le monde, délaissés en France par le pouvoir socialo-judéo-maçonnique, menacés par la vague islamique, la perte des valeurs fondamentales et les sophismes des laquais repus du système.
Relevons la tête, bandons les muscles ...
Mieux que les urnes … des Kalachnikov, les amis, il reste du pain sur la planche ...

Ungern

Ne nous fions pas au goût de celui qui ne sait pas détester (Nicolas Gomez Davila).

ARMES EUROPE.gif

 

05/04/2015

Saintes Pâques à tous dans la joie du Christ ressuscité !

Icone du Christ ressuscité dans images sacrée icona

En ce dimanche de la Résurrection, nous vous souhaitons à tous Saintes Pâques dans la joie du Christ Ressuscité. "Il est ressuscité d'entre les morts, à ceux qui sont dans les tombeaux, il a donné la vie », comme le nous rappelle si admirablement l'hymne pascal orthodoxe.
Voyons d'un peu plus près, ce message que la Passion du Christ, vrai Dieu et vrai homme, a donné au monde.
Le christianisme est une religion, certes, dans la mesure où le message du Christ relie les croyants les uns aux autres, mais c'est la nature mystérieuse de ce lien qui nous interpelle tout particulièrement.
Au contraire de l'islam, le christianisme n'est pas un contrat entre le Créateur et Ses créatures. Le musulman (du moins dans l'islam sunnite), s'il respecte scrupuleusement les « cinq piliers », est assuré d'aller au Paradis, c'est promis et acté pratiquement devant notaire, par le prophète Muhammad.
Le judaïsme est moins clair. Le juif est tenu de réparer la faut originale d'Adam et Eve, il doit donc pratiquer « kitoun » (réparation) dans tous les actes de sa vie ; en buvant une tasse de thé, en mangeant, en se lavant, en satisfaisant ses besoins naturels etc... Il est soumis à 613 mitzvah (interdictions). Sur la symbolique du chiffre 613, je vous renvoie aux ouvrages spécialisés, retenons simplement que l'addition gématrique de 613 donne 100, qui le chiffre du divin. Et s'il a tout bon, si tout a été accompli conformément aux commandements et interdictions diverses, le juif ira-t-il au Paradis ? Rien n'est promis, la Torah est très discrète à tout ce qui touche l'au-delà et la récompense à venir, après tout : l' Eternel a donné, l'Eternel a repris, loué soit le Nom de l'Eternel. (Job. 1.21).
Le chrétien n'a plus à réparer puisque le sacrifice sanglant du Christ a rédimé notre originelle prévarication. Il n'est plus soumis aux interdits de l'ancien testament, il peut manger ce qu'il souhaite, ne doit même pas aller à la messe tous les dimanches, n'est pas astreint à des obligations alimentaires, mais à un commandement nouveau : Aimez-vous de l'amour dont je vous aimais, voilà mon commandement (Jean, 14,12,13. trad. Florence Delay et Alain Marchadour. La Bible, Bayard). Or le Christ, c'est Dieu incarné qui nous ordonne d'aimer nos prochains, y compris nos bourreaux ! comme lui-même nous aime ! Mission quasi impossible, immense appel à la sainteté … Le christianisme, ce n'est pas la religion du livre, fut-il saint, mais de la Parole, du Verbe fait chair. Pas évident, comme ça, à première vue … Ce commandement d'amour sans restriction, comment le mettre en pratique, nous qui sommes imparfaits, souillés par la prévarication de nos pères et âme fragile dans un corps mortel ? Ne nous faut-il pas, à notre tour et à l'imitation de notre Divin Sauveur, nous sacrifier  ?
Et, en plus, seule l'espérance est promise à celui qui a la foi et pratique la charité.
Il nous faudra donc opérer, au bout d'un chemin toujours de croix, une transfiguration, nous dépouiller de la «
 peau du vieil homme » et quitter ce corps putrescible pour revêtir celui, glorieux, qui était nôtre avant que tout se fit.
Que cela soit ainsi,
Et vite ...

Ungern

religion,christianisme,passion du christ,christiansime et islam,christianisme et judaisme

 

02/04/2015

L'Europe est chrétienne

thomas d'aquin.jpg

Saint Thomas d'Aquin

En ce Jeudi Saint 2015, il est bon de remettre les pendueles à l'heure et de proclamer en vérité que l'Europe, notre continent, est chrétien, viscéralement chrétien, n'en déplaise aux menteurs, bateleurs et rêveurs pervers de toutes sortes qui battent le haut du trottoir médiatique et que nous remettrons, de gré ou de force, à leur place: les chiottes
L'Europe est chrétienne ! Que cela plaise ou non, les faits et l'Histoire sont là qui prouvent que nos racines sont toutes, sans exception, chrétiennes.
Il y a, c'est évident, l'apport grec, mais ce dernier, à travers les Pères de l’Église, St Augustin et St. Thomas d'Aquin est annexé en toute gloire dans le message chrétien.
C'est à travers les monastères répandus sur tout le continent et dans la Byzance orientale que l'héritage grec est préservé, étudié et assimilé.
Le christianisme des Papes soude les peuples du continent qui ne se reconnaissent qu'une seule religion, celle du Christ. Ses élites voyagent par monts et par vaux pour étudier dans les universités. Ils parlent la même langue, le latin, celle de l’Église, croient aux mêmes dogmes, ont la même vision du monde et du ciel à venir.
C'est la foi qui les inspire et les pousse à édifier ces aériennes églises romanes, puis de stupéfiantes cathédrales, à peindre et sculpter des scènes qui peuplent leurs rêvent et surgissent de ces pages magnifiques où Jésus annonce le Royaume, le seul qui soit pour les siècles des siècles.
La manière dont nous nous voyons, nous et puis les autres, notre approche de la femme, de la famille, de l’État, de son Chef, de ses dirigeants, s'opère à travers le prisme du Nouveau Testament.
Mieux, la légitimation du pouvoir, l'onction du Roi de jadis s'est maintenue à travers une « légitimation populaire » du dirigeant, celle du suffrage universel.
Les « droits de l'homme », que nous résumons à travers la devise de la République : liberté, égalité, fraternité sont, n'en déplaise à ses laudateurs, que des copies (bien pâles) de préceptes chrétiens pour qui, ne l'oublions « il n'y a plus de femmes ou d'hommes, d'hommes libres ou d'esclaves, de Grecs ou de Juifs, mais des enfants en Jésus-Christ » comme l'écrivait Saint Paul.
Ces mêmes « droits de l'homme », ne sont-ils pas, pour reprendre le mot du philosophe Slavoj Zizek : « la meilleur excuse pour récuser les commandements de Dieu » ? Une religion de substitution en quelques sorte, doublée d'une tentative, vaine, de « spiritualité horizontale », cet oxymore « new-age ».
Certains rétorqueront : et les « Lumières », ses philosophes, et la liberté qu'ils nous ont apportée ?
A quoi nous répondrons : la liberté de penser est un concept éminemment protestant qui veut que celui qui se penche avec un cœur pur sur les Écritures est inspiré par l'Esprit, et c'est à Luther que nous le devons.
Quant à la liberté, devons-nous le rappeler, une fois de plus, que le christianisme nous délivre de la Loi et nous remet à l'Esprit ? Le christianisme n'est pas une religion du Livre, c'est celle de la Parole et cette Parole est vivifiante et libératrice. Ce n'est plus la lettre de la Loi, mais son esprit qui s'impose.
Il est bon, pensons-nous, de remettre les choses à leur place en écrivant que sans le christianisme nous ne serions pas ce que nous sommes.
D'où notre défiance à l'égard de ces enfants ingrats qui, sous prétexte d'une laïcité mal définie, et mal acceptée, veulent reléguer cet héritage dans les placards de l'Histoire et l'oublier, vite fait.
Mais l'homme veut croire, c'est dans sa nature. D'où ces hallucinations collectives qui exaltent une « religion de la République » (cfr. Les Francs-Maçons du Grand Orient), pendant « spirituel de l'autre religion, celle de l'argent.
Baal est toujours présent, il est toujours le « Prince de ce monde », même si Armageddon n'est pas loin.
Et l'on sait comment s'est terminé Armageddon

FvD

euorpe,europe chrétienne,hongrie,laicité,droits de l'homme,thomas d'aquin,byzance,christianisme