25/11/2014

A Strasbourg, le Pape et la "culture du déchet"

PAPE STRASBOURG.jpg

C'est dans une voiture française (Peugeot) immatriculée SCV 1 (Santa Citta del Vaticano) que le Pape François, en sa qualité de chef de l’État du Vatican, est arrivé à Strasbourg où il a prononcé deux discours, l'un devant le Parlement, l'autre devant le Conseil de l'Europe.
Bien des catholiques regrettaient que le Pape n'ait eu le temps de visiter la cathédrale de Strasbourg qui fête son millième anniversaire et d'y célébrer une messe. Les subtilités du protocole (régit par la Convention de Vienne de 1848) ne le permettaient pas, quand on est à la fois Chef d'une Église et d'un État, il y a des moments où il faut choisir, le Pape l'a fait.
Que dire de ce discours ? Voilà une homme qui nous vient de l'Amérique latine et qui donc a forcément un autre regard sur l'Europe et le rôle qu'elle peut jouer dans la régulation du monde. Et que nous dit-il ? Que nous sommes endormis, fatigués, usés, réifiés (réduits à des choses) aux desiderata de la consommation, du tout économique et financier, que nous cultivons une « culture du déchet » et que nous oublions notre transcendance pour ne louer que l'hédonisme. L'humanisme n'est rien sans la reconnaissance d'une aspiration transcendantale. Qu'il nous faut, retrouver un souffle enthousiaste et renouer avec notre vocation de phare de la civilisation, et pour cela, revenir aux fondamentaux sur lesquels reposent nos identités diverses qui ne doivent pas s'opposer mais se compléter.
Sur l'immigration, il est très clair : c'est aux causes de cette dernière qu'il faut s'attaquer, à cette pauvreté endémique qui pervertit un continent africain par ailleurs très riche, il ajoute qu'on ne peut accepter que la méditerranée devienne un cimetière, que « l'autre » soit diabolisé, rejeté et ostracisé, le Pape est chrétien, quand même. Sur l'Europe il ajoute que l'unité ne doit pas être confondue avec l'uniformité, sage parole.
Ce discours, à peu de choses près, un euro-sceptique aurait pu le prononcer, ne nous étonnons pas, dès lors, que Marine Le Pen l'ait accueilli avec bonheur. Monsieur Mélanchon qui s'indignait que l'on reçoive « un curé » au Parlement, n'aurait pas grand chose à y ajouter ou retrancher.
Coup d'épée dans l'eau ? Opération de communication pour se donner « bonne conscience », parenthèse heureuse, il y a de tout cela dans cette invitation adressée au Saint Père et il y a répondu à sa manière, carrée, directe, sans langue de bois, avec tout juste cette onctuosité doucereuse que lui dictent sans doute les zélés prélats qui l'entourent. Sans tous ces « monsignori », le Vatican ne serait plus.
Staline, devant Churchill, ironisait sur Pie XII : le Pape, combien de divisions ? Le stalinisme n'est plus, le catholicisme toujours là. L'Europe européiste disparaîtra dans des affres financiers, l'Europe réelle, celle des nations et des peuples, attend toujours d'être promue.

FvD

 

 

24/11/2014

Israël: dangereuse dérive de "l'Etat-nation des juifs"

ein reich.jpg

 

Petit à petit, le masque tombe, c'est sans pudeur, avec cette arrogance brutale qui le caractérise que l'entité sioniste de Palestine a décrété que désormais Israël sera l' Etat-nation du peuple juif. Ce qui signifie tout simplement que quiconque dans cet Etat n'est pas juif ne sera pas considéré comme un national. Vingt-cinq pour cent des habitants d'Israël sont des Arabes, ils seront cinquante pour cent en 2030, ne pas l'oublier. Voilà donc un principe racialiste clairement exprime, sans vergogne aucune, à charge des autres nations de l'avaliser, ce qui se fera chez les occidentaux sans aucun problème tant leur soumission aux diktats sionistes est manifeste. Imaginez a contrario que la France décide comme ça que la nationalité française sera réservée aux blancs d'origine européenne certifié, vous entendriez un concert de protestations plus indignées les unes que les autres. Mais pour Israël tout est permis, ce peuple a tant souffert qu'il peut faire souffrir un peu les autres, n'est-ce-pas ?
Etat-nation du peuple juif, encore faudrait-il s'entendre sur la définition du juif dès lors qu'il n'y va pas d'une race (ils sont Berbères, Khazars ou Arabes), ni d'une religion (il y en a des tas qui sont athées ou qui considèrent leur foi comme culturelle plutôt que cultuelle). Alors ? N'empêche que ce texte annexe tous les juifs du monde pour en faire des nationaux d'un « Etat » que bien d'entre eux n'ont jamais vu et parfois même ne souhaite pas voir. Les nazis faisaient pareils. Il y a d'ailleurs des similitudes dans la politique raciale des sionistes et des nazis. Tous les deux embrigadent qui les juifs, qui les Allemands, dans un dessein « national » sans leur demander leur avis. Refusent-ils, osent-ils le combattre, les voilà traités de traîtres à leur race ou de « juif ayant la haine de soi ». Leur assassinat, internement ou mise au ban par l'exil ne se fera pas attendre.
Bien entendu, cette proclamation urbi et orbi de l'Etat-nation des juifs ne nous surprend pas, il n'est que le départ d'une toute nouvelle liste de revendications sionistes sur la région et, tant qu'à faire, sur le monde. Il y a, depuis des années, les demandes répétées des juifs orthodoxes, pour que soit reconstruit le « Temple de Jérusalem », ce qui impliquerait la destruction de la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l'islam. Impossible pour le moment, murmure-ton à Tel-Aviv, le risque de troisième guerre mondiale est trop important. On attendra la fin du siècle pour reprendre le projet, si c'est possible. Plus réalisable, par contre, est le rêve du « Grand Israël », soit l'extension des frontières du côté syrien jusqu'à une partie de l'Irak, pour conforter, ce faisant, l'ambition de certains rabbins qui voient en Israël le pays « entre la mer et le fleuve », soit la méditerranée et l'Euphrate. Les États-Unis ne verraient pas cette extension d'un mauvais œil. Attendez-vous donc a encore plus de troubles dans la région. Il y en a pour trente à cinquante ans, soyez patients …
Ne pas s'étonner si après cette proclamation martiale, « Un peuple, une Nation », ce qui en allemand hitlérien se traduit par « Ein Volk, Ein Reich », la sympathie que suscitent les sionistes accuse le coup et que, par ricochet, l'antisémitisme, qui met tous les juifs dans le même sac, reprenne force et vigueur, après tout on ne récolte que ce que l'on a semé.
Les sionistes, dans leurs prévarications ne sont pas seuls. Leurs alliés du Congrès de Washington sont dans le coup, quant aux Européens ils sont castrés et ne savent même pas chanter.
Benjamin Netanyahou, confirme chaque jour un peu plus son racisme radical et son mépris pour tout ce qui n'est pas juif dans le sens où il l'entend, il se comporte comme le chaînon manquant du trio:
« Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer » ! Israheil !

FvD

 

 

 

23/11/2014

Quand François Hollande confond l'automne et le printemps ...

KAFKA.jpg

Comme c'est touchant ! Une photo (volée) nous montre le plus haut personnage de l’État (républicain) en compagnie de sa maîtresse (une actrice). Ils sont attablés à l'extérieur du palais présidentiel et discutent de quoi, au juste ? Nous ne le saurons pas et après tout, on s'en fout. Tous les médias relaient. Il paraît qu'elle (l'actrice) se serait installée à demeure à l’Élysée et aurait même fait remplacer les tentures de la chambre du Président, elle les voulait plus clairs, printaniers voire primesautiers.
Quelle aubaine, cette photo ! Juste au moment où la méchante Valérie (Trierweiler) est à Londres pour promouvoir le livre qu'elle a consacré au « moment » qu'elle a partagé avec cet homme, objet de toutes ses répulsions aujourd'hui. Elle fait un tabac parmi les journalistes anglais qui se gavent des ses confidences. Femme perfide et Albion itou. Au moins, le bon peuple de France peut-il voir son Roi président tel qu'il est : affable et attentionné en compagnie de sa gente dame, na !
Ça le consolera de la volée que les Helvètes, peuple étrange, ne manquera pas de lui donner en Coupe Davis, cet après-midi.
Alain Soral aurait voulu séduire une rappeuse d'origine africaine. La madame refuse, s'en suivent des textos à caractère raciste, paraît-il, et des photos du dirigeant de « Réconciliation Nationale » nu comme un ver. Quid de l'intox, l'affabulation et la provoc grossière dans tout cela ? Attendre et voir … Sur le site « Egalité et réconciliation » on nous promet des explications qui viendront à heure et à temps. N'empêche, tout cela est bien embrouillé. Quand on est un leader politique, il faut se méfier comme de la peste de tout le monde, à commencer des top modèles. Timéo mulieribus et dona ferentes pourrait-on ajouter, paraphrasant Virgile. Les sites sionistes en font leurs choux gras, un peu trop même, ils étaient autrement plus timorés quand DSK était traîné menotté hors d'un commissariat new-yorkais … tempus fugit.
Cette affaire tombe bien, Alain Soral, dans le litige qui l'opposait au journaliste Frédéric Haziza a été condamné à 6000 euros d'amendes pour injures à caractère racial etc... Si l'on fait le compte des dommages qu'il lui faudra verser aux associations qui se sont jointes à la plainte de l'intéressé, c'est à un total de treize mille d'euros que l'on arrive. A défaut de faire taire, autant ruiner financièrement d'abord, avant de briser la réputation du mis en cause en amplifiant à l'extrême des histoires de c.. dont le bon peuple (toujours lui) fait son quotidien.
Tout cela ne nous sortira pas de l'auberge fétide dans laquelle nous croupissons depuis des lustres.
Mensonges, perversions diverses, coups fourrés, dérives, voilà le quotidien de notre vie politique.
Et la France, avec ça, qui va se faire battre par des vachers suisses …
Le comble !

FvD