11/08/2015

Une si française décadence ...

Décadence thomas couture.jpg

*

La France de messieurs-dames Hollande, Belkacem, Valls, Taubira et consorts est dégoûtante !
Ce n'est pas un pays, mais une idéologie qui a pour référence la décadence généralisée qui s'installe et se veut norme « civilisationnelle », comme ils disent en mauvais français.
En France on détruit des églises et on construit des mosquées. On ameute tout le Landerneau « antiraciste » à l'appel du lobby juif et on laisse les Femen mimer l'avortement de Jésus (à la Madeleine), interrompre la messe de minuit par leurs cris et exhibition de mamelles peinturlurées (à Strasbourg), on lit leurs tracts dans lesquels elles disent vouloir destroy churches (démolir des églises) et on trouve cela « militant ». Deux de ces hystériques sont hébergés chez une troisième, elle a pour nom Caroline Fourest, on ne la présente plus.
La France est divisée depuis qu'une clique (ou un clan, c'est comme vous voulez) en a pris le contrôle. En France on fait aux opposants ce que les crapules sionistes font aux Palestiniens.
La France est un pays décadent, sans idées, sans enthousiasme, sans vigueur, un pays replié sur ses tics et ses mirages de grandeur passée. La jeunesse diplômée fout le camp, la jeunesse ambitieuse aussi. Le magazine Newsweek ne s'y est pas trompé, toute la snoberie germanopratine est vent debout contre la journaliste américaine qui a écrit, au bout de seize ans de séjour, ce qu'elle pensait de la France et son arrogant aveuglement à ne pas voir la réalité en face.
La France se meurt étouffée dans les fanges de l'Union Européenne et ses myriades de règles aussi contraignantes qu'ineptes, elle se meurt de la perte de son identité dans un mondialisme mercantile façonné à la petite semaine. Elle se délite à petit feu et voit sa population autochtone remplacée par une autre, étrangère à sa culture, ses valeurs, sa religion.
Mais de religion, la France, depuis longtemps, n'en veut plus entendre parler. Elle est de religion « laïque », ce qui en clair signifie qu'elle est anti-catholique pure et dure. Elle n'est plus européenne, la France, elle est « républicaine », ce qui ne veut rien dire du tout, et encore moins à ceux qui demain prendront le reste de la place qui revenait à ceux d'hier. Demain la France sera … mais, en fait, on s'en fout ! Que ce qui reste de Français, de vrais, s'en aillent, quittent en masse leur pays et aillent en Russie préparer la « reconquista ». Quelque chose nous dit que ceux qui resteront se boufferont entre eux. Déjà ça de moins à bouter dehors !
Ungern
How of the sight of means to do ill deeds make deeds ill done. Shakespeare.
france et décadence,culture française,art fraçais,langue française,jeunesse française,place de la france dans le monde,france se meurt

Photo :

L’orgie antique de Thomas Couture (Les Romains de la décadence, 1847) se perpétue à travers la Décadence des Modernes. L’homme arrogant a mis à mort l’homme pensant. L’humanité n’est plus qu’un monstrueux simulacre, vide de sens. Egocentrique, elle ne regarde rien d’autre que son propre reflet dans le miroir. En tentant de prendre la place de Dieu, elle a précipité sa fin. Décadence, c’est l’apothéose des Modernes, soit l’instant qui précède la chute. Le Bien est partout, le Mal a disparu... entraînant l’Homme avec lui.

http://www.rancinan.com/MODERNES/Trilogie_des_Modernes_-_RANCINAN/METAMORPHOSIS_XI_DECADENCE.html

10/08/2015

Migrants : les mots qui fâchent

Madame Esther Benbassa est une députée écolo, elle est turco-israélo française. Curieux, non ? Bien sûr, mondialiste, globaliste, et progressiste. Elle a dit que les migrants qui déferlent sur l'Europe sont une chance pour elle. Nous aurons besoin de dix millions de migrants en France d'ici 2040, ajoute-t-elle, sans quoi nos retraites ne seront plus payées, nos usines s'arrêteront de produire et les supermarchés n'auront plus de clients. Sniff … Les Français qui cherchent un emploi, qui rament à coups d'allocations sans cesse rabotées, apprécierons.
L'an dernier, les services de police ont alerté le ministère de l'Intérieur sur la progression inquiétante de migrants venus d'Erythrée ajoutant que les capacités de rétention étaient largement insuffisantes. Que fit le ministre ad hoc ? Rien !
Dans ce pays, tout comme dans le reste de l'Europe, il y a comme une tétanisation qui s'installe dès que certains sujets sont abordés. Proposer la rétention administrative pour tous les migrants, c'est – pour certains esprits malades – revenir aux camps de concentration. Ramener ces gens chez eux, c'est procéder à des épurations ethniques. Invoquer les différences culturelles et les civilisations divergentes, c'est du racisme et de l'élitisme et patati et patata...
C'est pas avec des timidités de jeune vierge que l'on sortira de l'auberge. Prendre le taureau par les cornes c'est aussi prendre des risques. L'immigration sauvage qui nous envahit, nous ne pourrons la juguler qu'en retenant ces gens d'une manière sévère, sinon brutale. Ils doivent être impérativement retenus et refoulés chez eux ou du pays extra-européen de provenance. Peut-être une exception par ci ou par là pour quelques cas patents de réfugiés , mais c'est bien tout. Les Afghans ont un pays. Eh bien, qu'ils le défendent, les Syriens aussi ! Les Africains n'ont qu'à cultiver leurs propres terres.
Quant à ceux qui veulent traverser la méditerranée, il faut refuser de les prendre en charge. Les recueillir si leur bateau coule, bien sûr, mais les ramener en Libye ou au diable vau-vert. Pas chez nous ! C'est ce que font les Australiens, c'est ce que font les pays sains.
Les Hongrois, tenez, ils construisent un mur. C'est peut-être pas l'obstacle absolu, mais c'est symbolique et si ce dernier est franchi, il y a un camp de concentration qui attend l'audacieux. En France, c'est l'hôtel et des passe-droits pour obtenir plus vite des allocs personnalisées. Un peuple veule, c'est connu, a des dirigeants du même acabit.
Les Britanniques, pourtant cool ont décidé de réagir. Ils prennent sans complexe tout un ensemble de mesures restrictives et menacent de prison les humanistes naïfs qui voient dans les invasions barbares la régénération de la société. Les Britanniques aiment les affaires et détestent l'onirisme idéologique. Quant aux gouvernants allemands, ils redoutent une explosion populaire chez une peuple pourtant discipliné et maté depuis soixante-dix ans.
Les invasions barbares ont ceci de bon qu'elles réveillent de leur torpeur des tas de gens qui se croyaient bien au chaud dans leur cocon. Ils voient que leurs politiciens sont incapables de les défendre et que de partout la chienlit s'installent, dans les banlieues depuis des décennies et aujourd'hui à nos frontières.
A quelque chose malheur est bon, disait ma grand-mère.
Elle allait à la chasse et tirait le lièvre.
Laissons ces braves bêtes gambader en paix, il y a d'autres gibiers en vue.
Ungern
Peace is to me a war. Shakespeare
FILLE FASCISTE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

09/08/2015

Terrorisme juif et face de rat

Regardez cette face de rat. Ses papillotes n'en reviennent pas, il s'esclaffe, vit un bon moment, une bonne blague à laquelle il se prête bien volontiers, mais il est mauvais acteur … tant pis … il n'y a qu'à le prendre comme ça. Il est placé six mois en rétention administrative. Ce n'est pas être prisonnier, mais  retenu , nuance ! Il est soupçonné d'avoir trempé dans l'incendie criminel d'une maison palestinienne où un nourrisson de six mois est mort brûlé vif. Le père vient de succomber au bout de ses blessures. Six mois de rétention. Pas même une inculpation. Toute la presse convoquée, flashs, déclarations martiales des maîtres juifs qui parlent de terrorisme juif, une première ! Et puis enterreront l'affaire. Il faut bien de temps à autre faire plaisir aux goyim, n'est-ce-pas ?
Face de rat s'en fout. Si un juif tue un non-juif, un juif ne peut le condamner. C'est écrit en toute lettre dans le Talmud. Car tuer un non-juif, c'est comme tuer un animal. Tout comme violer une non-juive, c'est au pire de la zoophilie. Le Talmud est très clair là-dessus : tout ce qui n'est pas juif n'est pas humain. Bien sûr, tous les juifs ne croient pas en ces inepties racistes. Bien des juifs n'ont jamais lu une ligne du Talmud et ignorent ce genre de monstruosités et seraient horrifiés s'ils apprenaient qu'en Israël le Talmud a droit de cité. C'est pourtant le cas. Israël qui se targue d'être la seule démocratie au moyen-orient est, de facto, un état théocratique où sévit l'esprit et surtout la lettre du Talmud et ses brutales incongruités racistes. Israël est l'illustration du désastre que peut entraîner un grand remplacement. Voici soixante-huit ans, des gens venus d'ailleurs sont arrivés sur une terre qui ne leur appartenait pas, sur laquelle ils n'avaient aucun droit pour y prendre brutalement possession. Ils ont procédé à des massacres, déporté des populations entières, fait la guerre à leurs voisins et imposé leur joug d'airain à ceux des autochtones qui sont malgré tout restés. Et ce peu de présence originelle est encore de trop. Les voilà qu'ils colonisent (ils n'ont pas peur du mot, eux!), qu'ils massacrent, emprisonnent, torturent, et bombardent sauvagement ce qui reste de ceux qui, de droit, vivaient en paix sur leurs terres.
Et, comble des comble ! les envahisseurs posent en victimes d'agresseurs véhéments et revanchards. Le monde à l'envers ! Mais, l'inversion des valeurs, griffe diabolique, est la marque de fabrique d'Israël. Et l'Occident, lâche, veule et repu, lui prête allégeance et baise le c ...
Ça le fait marrer face de rat, tout ce attroupement autour de sa personne flatte son orgueil, il sait qu'il n'y va que d'une chutzpah, histoire d'anesthésier ces goyim si sensibles. Mais si oublieux aussi. Té ! Dans quinze jours, tout cela sera oublié, après tout c'est les vacances !
Ungern
It si not enough to speak but to speak true. (Shakespeare)
israël occupation.jpg