22/12/2014

Qui dirige la pensée en France ?

 

silence

Qui dirige la France, pensez-vous ? Nos élus ? Fi donc ! Notre pays est dirigé par une police de la pensée d'autant plus insupportable qu'elle est ultra-minoritaire. Cette dernière a toutes les outrances, audaces, provocations et téméraires vexations à son actif. Elle décrète ex cathedra, juge, condamne, exclut, exécute et se complaît dans un nombrilisme réducteur qu'elle partage avec ses cooptés au bout d'une suspecte et incestueuse copulation. Ce sont les journalistes patentés des trois sexes, des présentateurs aux ordres, quelques politiques sortis du sérail et qui en paient le prix, des figures de ce show qui n'est que du business, des artistes auto-proclamés, des grand-prêtres maîtres d'obédiences maçonniques, des dignitaires du Club du Siècle, les notables du lobby juif, quelques artistes et même des éminences romaines gages de bonne conscience, et c'est tout. Au bas mot, en exagérant à peine : cinq à dix mille personnalités qui quadrillent la pensée de notre pays jadis si cultivé, frondeur et critique. Fini tout cela. Vous pouvez pensez ce que vous voulez pourvu que cela s'inscrive une fois pour toutes dans le dogme infaillible qui est, que vous le vouliez ou non, la doxa générale et incontestée.
Eric Zemmour en a fait les frais. Viré d'Itélé comme un malpropre, il ne pourra plus donner la réplique à Nicolas Domenach et remettre les spectateurs sur le sentier droit. Il a beau être juif, Zemmour, cela ne 'y changera rien. Le juif hait le juif qui dit vrai.
Au début de cette année, c'est à Dieudonné qu'ils s'en sont pris. Un juge administratif, saisi d'une demande d'interdiction de son spectacle à Rennes, décide que ce dernier pourra bien avoir lieu le soir même. Eh bien, figurez-vous que par miracle le Conseil d'Etat, instance d'appel, était disponible l'après-midi à Paris et a interdit en deux temps, trois mouvements, le spectacle de l'humoriste. Du jamais vu ! De la justice aux ordres. Il y a bien d'autres exemples, ne nous répétons pas !
En vérité, nous vous le disons, cela ne durera plus très longtemps. Il y a comme un vent de fronde qui se lève. Voyez l'énorme succès du livre d'Eric Zemmour sur cette France que l 'on assassine. Ce ne sont pas des fascistes, nostalgiques d'un temps révolu, qui l'on lu, mais de braves gens qui se lèvent tôt le matin, bossent, se préoccupent de leur retraite qui devient un mirage et de l'école de leur enfants qui fout le camp. Des gens qui savent bien qu'il y a pléthore de délinquants et de criminels nord-africains et autres sub-sahariens dans nos prison, qu'il y a trop d'allogènes qui ne sont absolument pas une chance pour la France et que les minarets des mosquées ne s'inscrivent pas dans le paysage agricole ou urbain français. Ils n'en sont pas racistes pour autant, ils restent attachés à leurs traditions et, sans avoir lu le regretté Dominique Venner, savent d'instinct que « la tradition n'est pas le passé, c'est ce qui ne passe pas » 1.
Ces sophistes ont, c'est vrai, un public : ces couches superficielles d'une société qui se délite et que l'on appelle « bourgeois nomades » ou bobos, c'est comme vous voulez. Eux qui se pâment devant l'art contemporain, le rap indigène, boivent les paroles d'un BHL et s'étranglent d'indignation à la lecture de la prose de votre humble serviteur. Pas grand monde. L'ouvrier, le paysan, l'artisan, le petit commerçant, sait où le bât blesse. Il n'osait pas l'exprimer, taisait son vote, mais ça, c'était avant, aujourd'hui il dit tout haut ce qu'il pensait tout bas.
Voilà des lendemains qui chantent et les mois à venir verront s'amplifier cette éclaircie que nous appelions de nos vœux depuis des lustres. La vérité finit toujours par triompher.
Le positif dans tout ce qui précède c'est que nous n'aurons pas beaucoup de ménage à faire le jour venu. Cette camarilla de privilégiés nantis ne mérite ni la corde, ni la balle. L'agriculture manque de bras, rien ne vaut le travail des champs pour remettre les idées à l'endroit, c'est la meilleure des rééducation.

FvD

21/12/2014

Le remplacement est d’abord culturel

tagsantifrance5

Zemmour, Camus ou Le Gallou le répètent à l'envi : la pire attaque contre notre civilisation est dans la langue qui s'appauvrit.

De Lunel, petite ville de l’Hérault, une bonne dizaine de musulmans sont partis rejoindre les rangs de l’État islamique. Six n’en reviendront pas.
La Dépêche du Midi (Jean-Michel Baylet, radical de gauche) titre sur ces « jeunes tués en faisant le djihad ». En 2014, « on part faire le djihad » contre Bachar el-Assad, comme on s’engageait dans les Brigades internationales contre Franco en 1936.
Les édiles socialistes locaux appelèrent les musulmans à condamner ces départs, sans en chercher les causes. Lahoucine Goumri, président de l’association qui gère la mosquée, leur répondit, non sans malice, que « la première filière djihadiste, c’est Francois Hollande ».
Dans le cas du crime antijuif de Créteil, l’impayable Cazeneuve en appelle à la lutte contre l’antisémitisme. Restons abstrait, ne nommons pas les criminels : les socialistes nous inventent l’antijudaïsme hors-sol, une sorte de miasme maléfique, qui circule comme ça dans l’air, et tombe sur le mauvais péquin qui n’en peut rien.
Dans la novlangue journalistique, on ne dit plus Arabes, Africains, musulmans ou fous d’Allah mais des « djeunes », des djihadistes et, pour les cloches à dreadlocks recyclées dans l’écologie militante, des zadistes. On a des égards pour les crapules qui séquestrent, violent et tuent. Les crimes des barbares partis en Syrie se parent de romantisme combattant. La marginalité crasseuse des altermondialistes prend des airs de rébellion révolutionnaire.
Pour les socialistes, tout est dans la posture, tout est dans l’expression, comme chez les pudibonds d’autrefois. Taiser cette réalité que je ne saurais voir ! Cacher ce mot que je ne saurais entendre ! Tous conseillers vertueux et ministres intègres ! Des modèles de probité, des petits saints exemplaires ! Des Jean Moulin, des résistants de la première heure, des justes parmi les nations !
Valls, raide comme une chaisière, est le premier des puritains, un père la pudeur, un ayatollah rose qui ne dépare avec les Khmers verts et autre antifas rouge sang de son camp, tous constipés, l’index levé et la bouche en cul-de-poule à traquer les propos déviants. Hollande règne, en majesté, sur ces grenouilles de bénitier là, la gelée flasque qui épouse l’opinion du moment, de l’eau qui coule entre les doigts.
Et de faire des procès d’intention (Zemmour veut déporter les musulmans !). Et de criminaliser (sans procès ni jugements) les mots non conformes au code langagier ! Et de psychiatriser les opinions qui divergent du prêt-à-penser (les « esprits malades » du grand inquisiteur Patrick Cohen). Et de livrer au lynchage médiatique et à la lapidation les déviants !
Notre époque a ceci d’inédit que le puritanisme des idées, avec un code langagier et intellectuel que n’auraient pas désavoué Savonranole ou Cromwell, va de pair avec le libéral-libertarisme des mœurs et des valeurs, dans un « tout se vaut » relativiste et un polycentrisme délétère.
Zemmour, Camus ou Le Gallou le répètent à l’envi : la pire attaque contre notre civilisation est dans la langue qui s’appauvrit. La novlangue (Orwell, 1984), la langue de coton, les mots privés de sens nous conduisent à la décadence intellectuelle, au déclin culturel, à la barbarie.
Le remplacement est culturel, il se fait dans les têtes, à notre corps défendant, avant que d’être ethnique ou religieux, dans les concepts qu’on manipule et les mots qu’on utilise. Le changement de paradigme culturel en cours est le signe de notre remplacement civilisationnel.

Stéphane A. Brunel

Ecrivain

source: Boulevard Voltaire

http://www.bvoltaire.fr/stephanbrunel/le-remplacement-est-dabord-culturel,146806?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=e46806e9b1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-e46806e9b1-30419145&mc_cid=e46806e9b1&mc_eid=c4485ce8b7

20/12/2014

Zemmour, Saint Nicolas et les talibans laïcs.

KORYO AIRWAYS.jpg

Air Koryo (compagnie nationale nord-coréenne) et ses charmantes hôtesses

Bonjour à toutes et à tous, nous sommes le vingt décembre de l'an de grâce deux mille quatorze et honorons Saint Macaire l'Ecossais qui, comme son nom l'indique, était grec.
A Béziers, la crèche installée dans l'hôtel de ville a droit de cité. Ainsi en a décidé le tribunal administratif. A Melun, par contre, décision contraire d'un autre tribunal. A Marquettes, près de Lille, Saint Nicolas ne pourra plus distribuer des friandises aux enfants des écoles publiques, pensez, c'est un évêque. Voilà la mesquinerie et la bêtise haineuse des talibans de la laïcité. Nous avons le nom et les adresses de ces messieurs-dames qui pourrissent la vie des braves gens. Comptez sur nous pour leur adresser nos vœux les plus sincères.
Eric Zemmour est viré de Itélé. Fini ! Des artistes, dont la mère Balasko, son coreligionnaire Boujenah et un autre, un certain Attal, sont montés au créneau pour lui jeter des pierres et alerter le CSA (un organisme de censure). Il y a des artistes qui sont des putes ! Une action en justice est lancée contre lui par, entre autres, le lobby juif. Le juif hait le juif qui dit vrai !
Bonne nouvelle cependant. L'action de trois maires, ceux de Nice, Montpellier et Dijon, pour empêcher Dieudonné Mbala Mbala de se produire dans leur ville a été déboutée par le tribunal ad hoc. Gageons que la jurisprudence va évoluer dans un sens encore plus restrictif ; la liberté de pensée n'est qu'à sens unique, vous l'apprendrez tous à vos dépens.
Autre bonne nouvelle : Sony à Hollywood, renonce à diffuser « L'interview qui tue », un reportage sur le « dictateur » nord-coréen, Kim-il quelque chose. Je ne connais pas ce jeune homme, ni la Corée du Nord du reste, mais j'admire la manière dont ce petit pays se fait respecter. Rien à voir avec la veulerie putanesque de nos dirigeants corrompus.
Mais tout ceci n'est que broutille. La France est inquiète, tous les journaux en font leur titre : il n'y a pas assez de neige ! Que fait Hollande ?
Les mêmes journaleux soulignent, à grands effets orgamisques, que la rouble « s'effondre », que Poutine déguste les sanctions occidentales, que le cours du pétrole ne lui rapporte plus rien et patati et patata. Ils oublient, les incultes, que les Russes ne sont pas des pantins, qu'ils se plient à toutes les situations, les pires comme les meilleures. Un jour de vodka pour un mois de frimas. Cela ne leur fait pas peur ! Rien à voir avec nos délicatesses de dame au camélias. Dans ce bras de fer, je parie sur du solide : le Russe !
Noël approche, bande de mécréants, vous aller encore vous en foutre plein le transit ! Goinfrez-vous, goinfrez-vous, les lendemains qui vous attendent sont à risques, il y aura des pleurs et des grincements de dents.

FvD