23/10/2011

Rituels meurtriers et francs-maçons

 

 

Equerre compas.gif

 

Avant-hier, sur France 2, diffusion du téléfilm d'Olivier Guignard « Rituels meurtriers » sur une idée originale d'Alain Bauer.

En gros, une histoire sombre et incompréhensible tant le scénario est abscons, de meurtres supposés rituels à proximité d'Obédiences maçonniques.

La ficelle est grosse : parlez de la franc-maçonnerie, agitez l'obsession du secret de ces messieurs-dames, glissez insidieusement des meurtres dans le synopsis, trouvez une intrigue où se mêlent les jalousies et rivalités entre Frères et Sœurs, entre maçons et extrême-droite, et vous ferez saliver le profane comme vous et moi.

Mais la sauce ne prend pas. Personne ne tombe dans le panneau et c'est l'ennui qui, très vite, prend le dessus. Car le film est ennuyeux et prétentieux à souhait dans son désir de « révéler » des secrets qui, au final, ne sont que de polichinelle.

Au pire, le soupçon de complot qui pèse toujours sur les sociétés secrètes en général et la franc-maçonnerie en particulier, risque de sortir renforcé de cette intrigue.

Tout au long du scénario on chuchote au spectateur lambda des phrases creuses censées lui présenter les maçons comme des chevaliers blancs, défenseurs des valeurs républicaines et autres droits de l'homme. Des templiers laïcs en quelque sorte.

Mais de drôles de gusses qui parlent de « trancher la gorge », de « disperser les cendres », se retrouvent autour d'une étoile à cinq branches inversées, symbole diabolique s'il en est, ont des mots secrets, comme le ridicule « Voltaire courage » et, en définitive, jouent précisément dans ce téléfilm le rôle occulte et trouble que tout le monde leur reproche.

Et tout cela se termine par une pirouette rocambolesque. Rideau, circulez y'a plus rien à voir !

Les francs-maçons devraient savoir une chose : dès qu’ils exhibent au dehors leurs tabliers, gants blancs et mots kabbalistiques, ils se rendent ridicules !

AU 18em siècle, l'un d'eux, Emmanuel Schikaneder, chanteur et metteur en scène, membre de la même Loge que Mozart, écrivit le livret de « La Flûte enchantée », opéra qui connut de suite un immense succès car il était censé dévoiler au grand public les « secrets » de la franc-maçonnerie. On connaît l'histoire de la « reine de la nuit », de Tamino, Pamina etc...

Schikaneder qui s'était inspiré de la « franc-maçonnerie égyptienne » (sic) et mixte de Cagliostro (qui se faisait appeler le « Grand Cophte ») fut sévèrement sanctionné pas ses « Frères ». Ils l'exclurent des franc-maçons. A l'époque on ne badinait pas avec le secret.

Rien de pareil aujourd'hui.

Un des scénariste du film est un ancien Grand-Maître du Grand-Orient de France. Durant son mandat il se montra partout où cela était possible ; toutes les stations de radio, tous les plateaux de TV l'ont vu prêcher sa bonne parole. Après sa grande maîtrise ce « très respectable Frère » a publié un livre dans lequel il prédisait la mort de la franc-maçonnerie (fichtre, il n était plus là pour la diriger!), seule leçon qu'il retint de son expérience de Grand-Maître !

Il s'est fait des relations, elles lui ont permis de trouver aujourd'hui un poste envié, tout près de l’Élysée et d'être titulaire d'une chaire de criminologie créée tout spécialement pour lui. Je suppose, les temps étant ce qu'ils sont, qu'il cherche à présent quelques appuis à gauche et, pour ce faire, il y a ces braves Loges qui ont bon dos et doivent bien servir à quelque chose.

Il est l'exemple parfait de ces profanes qui entrent en franc-maçonnerie, non pas à la quête d'une initiation, mais pour se faire des relations et les instrumentaliser.

La franc-maçonnerie, écrivait Mircea Eliade, est légataire de toute la tradition initiatique occidentale.

Avec de pareils Frères, cette tradition va à vau-l'eau.

Quand on jette des perles aux pourceaux...

Les acteurs de ce téléfilm, eux, sont tous bons et leur talent méritait mieux que ce grand guignol !

21/08/2011

Depardieu une ordure ? Pas un salaud !

 

depardieu.jpg

 

 

Vendredi 16 août, vol Paris-Dublin. L'acteur Depardieu, au moment du décollage souhaite se rendre aux toilettes, l'hôtesse l'informe que ces dernières sont interdites durant la phase de décollage. Je veux pisser  (sic) insiste l'acteur, l'hôtesse, très zen, réitère l'interdiction. Alors, l'acteur saisit une bouteille en plastique et urine dedans. La bouteille se renverse, la moquette est souillée, l'avion retourne au parking : deux heures de retard !
Il avait bu, dit une passagère. Je suis outrée, ajoute une autre. Je suis une ordure, avait avoué en mai dernier Depardieu à Frédéric Taddeï (voir vidéo).

Et l'on peut lire, de ci et delà, des anthologies des outrances de l'acteur. Il aurait déclaré, en 1996, au retour d'un voyage à Cuba, que Castro, somme toute, ce n'était pas si mal que ça. Vraiment, doivent se dire quelques instruits de bazar, diplôme d'écoles chics et très chères  en poche dans leur froc Armani: de quel droit cet amuseur se permet-il de réfléchir ? Les acteurs, pour eux, sont des bouffons, amuseurs de leurs salons, avec lesquels on se montre, mais ne discute pas.

A une journaliste qui l'apostrophe à la sortie du film Mammuth : vous avez dédié ce film à votre fils ? (qui s'est suicidé il y a quelques années). Oui ! Elle (qui veut en remettre une couche) : parlez-nous de lui. Depardieu : salope ! Elle aurait dû savoir, la gourde, qu'il y a des douleurs qui demeurent muettes et ne s'exhibent pas !

Pour lui, la politique : une basse-cour avec une bande de coqs et de poules qui se chient dessus.

Presque vrai : en fait, non pas des coqs et des poules, mais des paons et des paonnes !

Un ivrogne, Depardieu ?

Il y a de quoi, quand on réalise dans sa chair la laideur du monde, la mesquinerie congénitale de ses semblables, leurs addictions à l'argent, au pouvoir, à l'éphémère, à l'individualisme assassin, réducteur, fanatique et brutal.

Il y a de quoi uriner sans vergogne devant ce parterre de suffisance vulgaire et exhibitionniste . Roter et péter sans retenue au milieu de cet aréopage d'auto-satisfaction orgasmique.

Et se définir comme ordure.

Ordure pour les autres, qui sont l'enfer.

Depardieu est l'ordure des bourgeois, l'ordure qui ne joue pas le jeu auquel ils l'astreignent. On demande à l'acteur d'être à l'aune des caprices de la société qui le paie, un peu comme le garçon de café de Sartre, celui qui joue son rôle et qui est un beau salaud.

Oui, Depardieu est un ordure pour ces gens là.

Ce n'est pas un salaud.

Les salauds sont les autres ! 

 

source: merci à  http://benjamine.skynetblogs.be/


 


Depardieu je suis une vrai ordure [Fun] CSOJ... par peanutsie

23/01/2011

Le Mossad à Bruxelles...en toute impunité !

Très banal comme information... Pas étonnant du tout de la part de ces gens-là !

Le Mossad peut espionner en toute impunité les chefs d’État européens à Bruxelles


Huit années d'écoute à Bruxelles par le Mossad resteront impunis

Un article de la rédaction d’Apache

Pendant huit ans, de 1995 à 2003, les services secrets israéliens (Mossad) ont pu écouter, à l’aide de dispositifs d’écoute très sophistiqués, tout ce qui se disait dans le bâtiment « Juste Lipse » à Bruxelles entre les chefs d’Etat britannique, français, allemand, espagnol et autrichien, les ministres et leurs conseillers. L’enquête sur ce cas d’espionnage à grande échelle a désespérément lente et a été complètement bâclé par la Sécurité d’Etat belge ainsi que par le procureur fédéral. Les auteurs sont connus mais ils restent impunis.

Dans le récent rapport du Comité R (pdf), on peut lire noir sur blanc que le Mossad est responsable de l’opération de mise sur écoute qui a eu lieu au cœur des institutions européennes à Bruxelles. Le rapport contient une critique acerbe contre les services de la Sûreté de l’Etat belge, qui a tout sauf efficacement géré l’affaire, ainsi que contre le procureur fédéral qui a témoigné d’une lenteur et d’une indifférence remarquables.

(…)

 

En cause ?   »La firme COMVERSE INFOSYS Ltd [qui] appartiendrait à concurrence de 40% au ministère israélien de l’Intérieur (dont relève le MOSSAD). COMVERSE aurait été mise en cause à propos d’affaires d’écoutes téléphoniques aux États-Unis et aux Pays-Bas, mais sans jamais avoir été condamnée par un tribunal« , explique le Comité R qui précise aussi que la société a changé depuis de dénomination pour s’appeler VERINT.

Dans d’autres pays, un tel scandale d’écoute sur des chefs d’Etat et des personnalités politiques de premier plan aurait provoqué beaucoup d’agitations. Ce n’est pas le cas en Belgique. Les principales conclusions du dernier rapport du Comité R, qui a été publié la semaine dernière, ont à peine été évoquées. Quelques journaux ont relayé le message à travers des brèves et puis c’était fini. Apparemment, personne ne veut mettre en péril ses relations diplomatiques avec Israël à cause de cette affaire.

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

http://parlemento.wordpress.com/2011/01/19/le-mossad-peut-espionner-en-toute-impunite-les-chefs-detat-europeens-a-bruxelles/

09:13 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |