04/06/2014

Alain Soral: vidéo du mois

 

 


Alain Soral / vidéo du mois : commentaires de l... by kontrekulture

07:39 Écrit par Friedrich von Dittersdorf | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alain soral, égalité et réconciliation, france, international |  Facebook |

05/05/2014

Bruxelles: le Congrès de la dissidence interdit. Et alors ?

 

Laurent Louis

A Bruxelles, les autorités belges ont interdit le « Congrès de la dissidence », organisé par une librairie et le député Laurent Louis. Dieudonné, Alain Soral, Jacob Cohen et bien d'autres personnalités sulfureuses étaient invitées à y prendre la parole (sans doute) et dédicacer leurs ouvrages (très certainement). Les autorités belges peuvent être fières elles ont, sans plus, interdit d'expression tout ce beau monde, sauvant ainsi leur pays, l'Europe et le monde des affres nauséabonds de qui ne pense pas comme eux. Voilà où on en est dans ce coin de la planète qui vit jadis des esprits forts se dresser contre la tyrannie et renverser les barrières du dogme, de la sottise et de l'oppression. L'histoire repassant les plats, on remet le couvert et la lutte continue.
A vrai dire, cette interdiction ne nous étonne pas. L'Europe, du moins celle de l' Ouest, est émasculée, asservie et dégénérée par une coterie de faction dont la moindre n'est pas le lobby juif et ses ramifications jusque dans les sphères de tous ce qui est pouvoir. Cette Europe tolère les débordements violents et simiesques des matchs de foot, les profanations joyeuses et impudiques des Femen, la gay-pride et cultive une mortifère fascination pour tout ce qui se veut contre le cours normal de la nature ; mariage des homosexuels, procréation assistée, mère porteuse etc …
Tout cela au nom de la démocratie, de l'antisémitisme (rengaine éculée), des droits de l'homme, de la femme et de qui vous voudrez pourvu qu'il soit de leur côté.
Pensée unique, pensée inique.
Peu importe cependant, cette interdiction n'est qu'un épi-phénomène et était, somme toute, bien prévisible dans l'état de délabrement moral et culturel qui caractérise note vieux continent mourant. Plus que jamais c'est à d'autres voies d'action qu'il faudra recourir. Le temps qui passe augure de jours sombres et violents qui se profilent avec de plus en plus de netteté. Ce qui se passe en Ukraine n'est que l'ébauche de ce qui prendra forme ici même dans quelques temps. Alors certains de ceux qui se réjouissent de ces interdictions, ou qui tout simplement se complaisent dans leur neutralité béate réaliserons la gravité de la situation. Pour eux, il sera trop tard. Que ceux qui ont des oreilles, entendent !

FvD 

 

28/01/2014

De quoi Alain Soral est-il le nom ?

 alain-soral-maxppp-930620_scalewidth_630

 
 
Nul ne sait si Soral aura une influence dans l’évolution de notre société ou s’il disparaîtra, emporté par l’avancée du nouvel ordre mondial.

Sans doute l’une des conséquences les plus cocasses de l’affaire Dieudonné aura été la soudaine irruption de l’essayiste Alain Soral sur le devant de la scène médiatique.
Jusqu’à ce qu’il soit nommément qualifié par Manuel Valls d’ennemi de la République (discours de La Rochelle, août 2013), Alain Soral n’était guère connu du grand public si ce n’est au travers de ses interventions périodiques en mode vidéo sur Internet, fort prisées des jeunes de province et des banlieues. La publication en 2011 de « Comprendre l’Empire », sous-titré « Demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations ?» lui avait déjà valu un premier succès de librairie et la reconnaissance discrète mais appuyée d’un public plus mûr et plus intellectuel, déjà nourri aux idées iconoclastes d’un Michel Clouscard, d’un Jean-Claude Michéa ou d’un Pierre Hillard. Aujourd’hui, non sans raison, Soral, avec son style bien particulier, pourrait presque revendiquer la place qu’occupait Alexandre Soljenitsyne dans les années 60 en URSS.
Régulièrement calomnié, insulté, diffamé, et même agressé, il n’avait jamais vraiment été contredit sur le terrain du « logos », jusqu’à ce qu’Éric Naulleau,
non sans un certain courage, relève le défi 1. Mal lui en prit. Accusé d’avoir déposé les armes sans combattre, Naulleau est aujourd’hui à son tour l’objet de toutes les critiques, tandis qu’Alain Soral peut sacrifier à la tâche fastidieuse mais ô combien flatteuse des interminables séances de dédicace.
Se revendiquant à la fois de la gauche du travail et de la droite des valeurs, le sniper Soral, inlassable dénonciateur d’une oligarchie prédatrice, est d’autant plus redouté que sa notoriété croît en proportion des attaques qu’il subit de la part d’un « establishment » honni. Il est banni des plateaux de télévision ? Voici qu’il apparaît sur le petit écran d’un smartphone à la table d’un café. On lui interdit l’accès à une salle de conférence ? Voilà qu’il improvise un discours en rase campagne devant un public encore plus déterminé, magie de la technologie et des réseaux sociaux.
Nul ne sait vraiment si Soral aura une réelle influence dans l’évolution de notre société ou s’il disparaîtra, emporté par l’inexorable avancée du nouvel ordre mondial. Mais ses admirateurs d’aujourd’hui, s’ils ne sont pas déjà en âge de voter, le seront demain. Or l’histoire contemporaine, et notamment celle des pays de l’Est de l’Europe, nous enseigne qu’il n’est point d’idée qui ait été vaincue par la répression et la brutalité.
Tous ces moralisateurs de salon, qui s’échinent à le faire passer pour un antisémite pur et dur et rien d’autre, ne se rendent-ils pas compte qu’ils témoignent ainsi de leur impuissance ? Gageons que cette stratégie absurde les conduira droit dans le mur. Le public français lui, ne mange plus de cette pâtée-là.

« Dialogues Désaccordés » par Alain Soral et Éric Naulleau

Christophe Servan


source: Boulevard Voltaire: http://www.bvoltaire.fr/christopheservan/de-quoi-alain-soral-il-le-nom,48617?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=bdab3ebf73-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-bdab3ebf73-30419145