30/12/2011

Cessez de vous moquer de la Corée du Nord !

Nord-Corée.jpg

Lamentations après le décès du président nord-coréen


De quel droit condamnez-vous le régime nord-coréen ? Je vous le demande. Estimez-vous vraiment que le régime sous lequel vous vivez est une démocratie véritable ? Pensez-vous que le fait d'aller voter (ou non) tous les cinq ans suffit à vous faire participer pleinement au gouvernement de la cité.

Vous vous gaussez devant ces foules de Pyong-Ynag qui pleurent la mort de leur dirigeant.

Mais que faites-vous lors de mariages princiers, d'enterrements de couronnés divers et variés, et que faites-vous sur les Champs Elysées quand le président nouvellement élu les remonte dans sa voiture découverte ?

Vous maniez, sans le connaître un vocabulaire qu'on vous a inculqué à la petite cuiller : démocratie, droits de l'homme, régime parlementaire, droits des peuples à disposer d'eux-mêmes etc...

Mais, en fait, vous ne savez pas de quoi il y va.

Et quand vous votez de travers, comme en 2005, lorsque vous avez refusé le traité portant constitution européenne, vous n'avez pas protesté quand vos nouveaux députés, sur injonction de monsieur Sarkozy, l'ont remis, avec succès, sur le tapis. Et, cette fois, sans vous demander votre avis. Vous êtes restés bien cois et disciplinés... comme des Nord-Coréens !

Vous trouvez inimaginable qu'un peuple supporte tous ces slogans qui le poussent à produire encore plus et en rythme, s'il vous plaît ! Or, que faites vous quand, tous les jours, on vous rappelle qu'une dette, à propos de laquelle vous ne vous souvenez pas d'avoir souscrit le moindre kopeck, vous pend sur les épaules, et qu'il va falloir la payer, cette p... de dette, sans quoi, l'austérité qu'on vous promet sera décuplée pour vous et vos enfants.

Vous ne protestez pas, vous subissez !

Et si vous vous indignez, ne fut-ce qu'un instant, vous noyez votre ressentiment dans le pernod, le loto, le porno et le foot et vous ne réagissez même plus quand un Beckham se voit offrir 800,000 (huit cent mille euros) par mois de salaire et son entraîneur seulement 500,000 (cinq cent mille).

Vous êtes la lie, eux sont l'élite !

Alors, cessez de vous moquez des Nord-Coréens, après tout, il sont peut-être très heureux d’emmerder la terre entière.

Vous, vous n'avez même pas ce plaisir...

Bien fait !

 

Dieter von Dietersdorf

28/10/2011

Et maintenant au tour de la Corée du Nord !

En juillet dernier, les Etats-Unis ont relancé les discussions avec la Corée du Nord, lesquelles avaient été interrompues en avril 2009, après une énième provocation de Pyongyang. Entre-temps, le régime nord-coréen a procédé à un nouvel essai nucléaire, coulé une corvette sud-coréenne et bombardé l’île de Yeonpeyong…

Ces négociations, qui portent sur le programme nucléaire de la Corée du Nord, se sont poursuivies avec une seconde réunion, organisée cette fois à Genève au début de cette semaine. Pour le moment, il a été fait état de « pourpalers très positifs et constructifs ». Mais aucune « percée significative » n’a encore eu lieu. « Nous avons résorbé des divergences sur plusieurs points et exploré des divergences sur d’autres points » a commenté Stephen Bosworth, le chef de la délégation américaine.

Cela étant, le ton adopté à l’égard de la Corée du Nord par Leon Panetta, le secrétaire américain à la Défense, est tout autre. En déplacement à Séoul au lendemain de la dernière réunion entre les émissaires de Washington et de Pyongyang, il a expliqué que c’est en Corée du Sud que se trouve désormais la « ligne de front ».

Après avoir dénoncé le « comportement téméraire et provocateur » de Pyongyang alors qu’il était au Japon, Leon Panetta a réaffirmé, le 26 octobre, l’engagement des Etats-Unis dans « la défense de la République de Corée ». Et, dans une tribune publiée par le quotidien Chosun Ilbo, il a estimé que la Corée du Nord « continue de poser une menace sérieuse » sur la sécurité de la région. « En travaillant ensemble, nos armées continueront de dissuader toute agression nord-coréenne et à se tenir prête à vaincre le Nord s’il portait la guerre contre nous » a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, la Corée du Sud, où sont déployés 28.500 militaires américains, continuera de bénéficier du parapluie nucléaire offert par les Etats-Unis, afin de « répondre de façon décisive à toute agression nucléaire » nord-coréenne.

Quoi qu’il en soit, et avec le contexte budgétaire qui se dessine pour le Pentagone, les déclarations de Leon Panetta confirment, s’il en était besoin, que la région Asie/Pacifique constituera dans un proche avenir – si ce n’est déjà le cas – la priorité militaire des Etats-Unis.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Pour-le-chef-du-Pen...

08:55 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, international, asie du sud-est, états-unis, corée du nord |  Facebook |