04/03/2012

Syrie: l'envers du mouroir

sarko-bachar.jpg

Messieurs Sarkozy et Bachar-Al-Assad, il n'y a pas longtemps


On a fait beaucoup de bruit autour de la saga vécue par deux journalistes français rentrés illégalement en Syrie. Après tout, le journalisme est un métier à risques, ils voulaient quoi, ces deux "vedettes", que l'armée française en personne les déloge  ?
Justement, à propos de l'armée française, où en est-on de cette informtation qui fait état de dix à seize militaires français prisonniers de l'armée régulière syrienne ? D'après nos informtions, la Russie, le Qatar et l'Arabie négocieraient leur libération avec les Syriens.
Ces militaires français prisonniers serait une fausse information, ou une vraie, soigneusement cachée au bon peuple pour ne pas révéler notre implication dans ce conflit où, une fois de plus, nous n'avons rien à faire ! 


Dictature contre démocratie est le credo simpliste censé résumer la réalité géopolitique syrienne. Si le régime de Damas est incontestablement responsable d’atrocités, il est aussi titulaire d’un CV politico-idéologique qui n’est pas du goût de certaines puissances notamment régionales.

A la fois laïc, nationaliste, panarabe, pro-palestinien, allié de l’Iran, du Hezbollah, des BRICS (1) et de l’ALBA, l’Etat syrien réunit tous les ingrédients pour s’attirer simultanément les foudres de Washington, des pétromonarchies du Golfe, d’Israël et des groupes salafistes. Mais aussi pour nourrir fantasmes et clichés. En voici quelques-uns...

1. Laïcité et religion d’Etat. On dit du pouvoir syrien qu’il est aux mains d’une « clique alaouite » (2). Or, la Syrie est un Etat laïc depuis 1973. Discrets, les alaouites sont absents du champ religieux. S’il y a une religion institutionnelle en Syrie, c’est l’Islam sunnite. Écoles coraniques et mosquées sont en effet gérées par le ministère des fondations religieuses (waqfs). Certes, la transmission dynastique du pouvoir et le népotisme caractérisent le régime.

Cette situation inacceptable existe cependant dans toute la région, que l’on soit en république, en monarchie ou en théocratie : les Saoud d’Arabie saoudite, les Al Thani du Qatar, les Hariri au Liban… S’agissant des Assad, l’indignation sélective est de mise. Or, les Assad dirigent le pays avec d’autres baassistes issus d’autres communautés. Le gouvernement d’Adel Safar compte 19 ministres d’origine sunnite sur 31. Certains ministres sont chrétiens, kurdes, chiites ou druzes.

2. Le salafisme syrien, un danger réel. Depuis les Omeyyades, la Syrie est le berceau de l’Islam flamboyant et universaliste mais il est également celui du djihad contre les hérésies. Les thèses de l’inquisiteur sunnite syrien du XIVe siècle Ibn Taymiyya sont encore en vogue dans le pays. Parmi ses fervents disciples, il y a le cheikh Al-Arour, un « télécoraniste » syrien de la chaîne saoudienne Wissal TV qui menace de « hacher les alaouites et de donner leur chair aux chiens. »

A Baba Amr, quartier rebelle de Homs, « Pacifiques jusqu’à l’extermination des alaouites » était un slogan omniprésent avant l’assaut meurtrier lancé par l’armée gouvernementale. Le consultant religieux d’Al Jazeera Al Qardawi appelle à verser le sang des « infidèles » qui règnent à Damas. Quant au principal juriste saoudien Al-Luhaydan, il prône l’extermination d’un tiers de Syriens pour sauver les deux tiers. (3)

Les sunnites qui « trahissent » ces prêches sont logés à la même enseigne. Saria, fils du grand mufti de Syrie, a été tué parce que son père refusait d’adhérer à ces discours haineux. N’est-il pas étonnant que nos médias ignorent ces appels au meurtre vus et entendus par des millions de téléspectateurs arabes ?

3. Bons terroristes. En Occident, l’Armée syrienne libre (ALS) a la cote. Ce groupe mobilise pourtant des djihadistes financés entre autres par le sultan saoudien Bandar Ben Sultan, promoteur du terrorisme international et grand ami de Bush. Encadrée par des Libyens naguère actifs au sein d’Al Qaida, l’ALS reçoit l’appui logistique du renseignement français. (4)

Ses brigades portent des noms de conquérants musulmans comme Khalid Ibn Al Walid, Mu’awiya ou Abu Bakr. Le 21 décembre 2011, la Brigade Farouk, cette filiale de l’ALS à Homs qui enleva cinq ingénieurs iraniens s’était d’abord autoproclamée « Mouvement contre l’expansion chiite ». (5)

C’est l’ALS qui aurait pilonné le quartier où périrent huit Syriens ainsi que le journaliste français Gilles Jacquier. (6) Le confessionnalisme déclaré de l’ALS en dit long sur ce qu’elle réserve aux minorités en cas de prise de pouvoir. Le soutien de la DGSE à ce groupe terroriste est tout aussi éloquent.

4. Mauvaises victimes. Curieusement, les victimes civiles pro-régime n’apparaissent jamais sur les écrans radars de nos médias. Personne n’a évoqué l’assassinat de Mohamed Qabbani (17 ans), un hacker de « l’armée électronique syrienne ».

Son groupe avait pourtant piraté plusieurs sites dont la page facebook du « Soir » la veille de son assassinat, une raison évidente pour parler de lui. Personne ne s’est indigné de la mort du journaliste Chukri Abou Al-Bourghol du quotidien pro-régime At-Thawra. Qu’elles soient pro ou anti-Bachar, terroristes ou pacifistes, les « victimes civiles » sont mises d’office sur le compte du gouvernement. Dès lors, comment ne pas s’interroger sur la fiabilité du bilan de 6.000 morts avancé par l’ONU ?Puissent la dégénérescence du drame syrien et le martyre de Homs en particulier, nous inciter à redoubler de prudence face aux obus de la propagande de guerre. Avant que Damas ne suive Tripoli et Bagdad dans la liste des capitales arabes bombardées, conquises et humiliées par nos justiciers autoproclamés.

(1) Le bloc des BRICS s’est toutefois fissuré le 16 février dernier lors de l’AG de l’ONU condamnant la répression en Syrie. (2) Bernard-Henry Lévy, « La règle du jeu », 16 novembre 2011. (3) Asia Times Online, 15 juillet 2011. (4) Le Canard enchaîné , 23 novembre 2011. (5) Communiqué envoyé au bureau de l’AFP à Nicosie, 3 janvier 2012. (6) Le Figaro , 20 janvier 2012.

source: michelcollon.info

08:00 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moeyn-orient, syrie, bachar el assad, homs, alaouites, als |  Facebook |

03/02/2012

Syrie: le peuple uni derrière Bachar El Assad !

syrie-tartous.jpg

Manifestation en faveru du régime à Tartous (photo 20 minutes)


La vérité n'est pas toujours bonne à dire et écrire, surout quand elle ne conforte pas vos intérêts. Voilà ce que doivent se dire les caciques de nos régimes monolithiques qui, malgré tous leurs efforts alliés à un système menteur et corrompu, ne parviennent pas à déstabiliser le régime de Damas.

Les faits sont plus têtus qu'un Lord Maire, comme on dit à Londres, et ils sont là qui prouvent que Bachar El Assad n'est toujours pas parti et que le soutien du peuple lui est acquis !

Quelques journalistes commencent cependant à réaliser que la situation syrienne est un peu plus complexe que ce que s'imaginent des laquais au service des occidentaux.

Ainsi peut-on lire dans une certaine presse qui ne se pare pas des oripeaux d'un intellectualisme germanopratin, en l’occurrence 20minutes, quelques idées fortes que nous résumons ci-dessous.

Le régime du Président n'a pas connu de défection majeure, l'armée demeure le fer de lance de la cohésion politique du pays. Les officiers dans leur immense majorité restent aux ordres du parti Baas.

« L'armée syrienne de libération » est constituée de plus ou moins dix mille hommes mal préparés, peu disciplinés, qui ne parvient pas à contrôler les zones qu'elle dit occuper.

De plus, la Syrie est entourée d'alliés, même si la Turquie, sans doute pour complaire encore un peu à l'occident, fait la fine bouche. La Russie, l’Iran, ne la laisseront pas tomber.

Les « révolutionnaires » ne disposent donc pas de bases arrières.

Si les sanction internationales peuvent peser, comme d'habitude sur les petites gens, elles ne constituent pas un danger à terme pour le régime qui trouvera toujours de quoi s'approvisionner.

En outre, qui souhaite envahir militairement la Syrie ?

A l'intérieur du pays, il y a d'importantes minorités qui redoutent, comme cela se passe en Tunisie ou en Libye, une islamisation du pays. Alouites du clan El Assad détestés par les sunnites, chiites, chrétiens de diverses confessions, juifs, druzes. Tous ne font pas confiance à l'opposition.

Mais ces faits, manifestement, ne convainquent pas les scribouilleux thuriféraires de nos démocraties occidentales qui, oublieux des aventures présentes et passées en Afghanistan, Irak et ailleurs en Amérique latine, se mettent, consciemment ou non au service d'intérêts qui n'ont rien à voir avec ceux des honnêtes gens.

09:26 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, moyen-orient, syrie, états-unis, europe, israle, empire, bachar el assad, russie, qatar, iran |  Facebook |

30/11/2011

Syrie: journalistes belges plus objectifs que les Français

Blindés à Homs le 25 novembre. La Libre Belgique le dit, après Infosyrie : ils tirent sur des snipers et des tueurs, pas sur des civils désarmés

Ca et là, des lueurs de vérité, des éclairs d’objectivité déchirent l’épais fog médiatique européen entourant la syrie. Deux journalistes belges du quotidien La Libre Belgique et de la Radio-télévision belge francophone (RTBF) viennent d’effectuer un séjour – autorisé par le gouvernement – à Homs, redevenue ces dernières semaines le point le plus chaud de la Syrie. Et  ils viennent de raconter ce qu’ils ont vu et entendu dans cette grande cité devenue le champ de bataille entre forces de l’ordre et groupes armés estampillés ou non « ASL ». Dans cet article, Christophe Lamfalussy rompt avec le manichéisme et donc la falsification prévalant sur le sujet chez la plupart de ses confrères : la violence – cette violence que la Ligue arabe ou Alain Juppé affectent d’attribuer aux forces de l’ordre -, les meurtres, les actes de barbarie, la terreur, bref, ils émanent aussi des groupes armés : civils abattus parce qu’ils exercent une fonction municipale, comme ces trois éboueurs, ou enlevés, parfois relâchés contre rançon, ou souvent assassinés. Et bien sûr militaires tirés par des tueurs embusqués, dont le journaliste belge a pu voir, à l’hôpital de Homs, des corps atrocement mutilés. Et les tueurs s’efforcent de transformer les spécificités communautaires en autant d’abimes de haine, désignant les alaouites comme l’ennemi irréductible à détruire. Oui, grâce à eux, Homs est devenu ou redevenu, avec la bénédiction des gouvernements et médias européens, un laboratoire de cette guerre civile que tant de déstabilisateurs des deux côtés de l’Atlantique ou de la Méditerranée souhaiteraient voir devenir la réalité de tout le pays. Et Homs, cité schizophrénique, mène une vie apparemment normale dans une majorité de ses quartiers, quand d’autres vivent dans la peur et la violence déchaînée.

Et Lamfalussy de pointer une conséquence de ce triste état de choses : la violence déchaînée des soit-disant combattants de la liberté est en train de « susciter à l’intérieur du pays une énorme mobilisation en faveur du président Bachar al-Assad ». Et cela s’écrit, rappelons-le, dans un des principaux quotidiens belges. A quand la même lucidité, la même objectivité dans les colonnes du Figaro, du Monde ou de Libération ? 

 

Des corps mutilés à Homs

Christophe Lamfalussy, envoyé spécial à Homs

Mis en ligne le 21/11/2011

La violence se déchaîne dans certains quartiers de la ville de Homs. Des atrocités sont commises contre les forces de l’ordre.

« Sous des apparences de normalité dans les grandes villes comme Damas et sur les grands axes routiers, les prémices d’une guerre civile sont visibles en Syrie : zones en sécession, infiltration de groupes d’insurgés à partir des frontières libanaise et turque, exécutions sommaires, enlèvements, mutilations de cadavres, menaces sur les civils. Un engrenage de violences s’est enclenché dans ce pays de 23 millions d’habitants qui laisse augurer du pire et suscite à l’intérieur du pays une énorme mobilisation en faveur du président Bachar el-Assad et de l’unité nationale.

Tel est le constat que La Libre Belgique a pu faire ces derniers jours lors d’un reportage autorisé pour la première fois par le gouvernement syrien, dans une tentative de rompre l’isolement du régime et de contrer les informations fournies par l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme basé à Londres, la source principale des médias occidentaux. Jusqu’ici, Damas avait fermé le pays aux journalistes. Depuis avril, les diplomates en poste à Damas ne peuvent plus circuler librement dans le pays sauf autorisation. Malgré les pressions de la Ligue arabe, le pays reste fermé aux observateurs internationaux.

A Homs, où “La Libre” a pu entrer avec une équipe de la RTBF et deux médias catholiques, l’armée est peu présente sauf pour boucler les axes qui mènent à deux ou trois quartiers à majorité sunnite où les combats opposent des blindés à des snipers insurgés, comme celui de Bab Arm. Des soldats protégés par des sacs de sable ont pris le contrôle des principaux ronds-points. Dans le reste de la ville, la plupart des stores des magasins sont baissés, mais la circulation reste dense sur certaines avenues. L’opposition a effacé à la peinture noire une campagne des panneaux placés par les autorités vantant l’unité du pays. Les poubelles s’accumulent aux quatre coins de cette ville d’un million et demi d’habitants, la troisième du pays.

Selon le gouverneur de la ville, 755 civils et 142 militaires ont été tués dans la ville depuis le début de l’insurrection. “Nous vivons une crise profonde”, dit Kkaassan Abd’Alaale, le gouverneur sunnite dont la minorité alaouite réclame la démission en raison de son incapacité à ramener le calme dans la ville. “Ces groupes armés tentent de dresser les habitants contre les forces de sécurité. Il n’y a pas encore de guerre des religions. Je prie Allah pour que cela ne se produise pas.”

Comme beaucoup de responsables syriens, le gouverneur impute la crise à des pressions extérieures venant en grande partie de la région du Golfe et de Turquie, mais fait l’impasse sur le “printemps arabe”. Il insiste sur l’unité nationale et le risque de voir le pays sombrer dans une guerre confessionnelle où s’imposerait un islam conservateur dicté de l’extérieur.

L’évêque grec-orthodoxe de Homs, Abou Zakhm, dénonce lui les reportages tronqués que diffuse selon lui la chaîne de télévision Al Jazeera. “Dans mon quartier, dit-il, j’ai vu un gamin à vélo qui annonçait par portable à un correspondant de cette chaîne qu’il était en train d’entendre des tirs violents à Deraa. Or cette ville se trouve tout au sud du pays.”

Le gouverneur de Homs assure que l’armée use de la force avec modération. Les soldats quadrillent les quartiers chauds de la ville avec des listes de personnes soupçonnées de soutenir les insurgés. “Chaque jour, dit-il, nous avons des manifestations de 1 200 à 2 000 personnes. Si l’armée avait reçu l’ordre de tirer sur la foule, il y aurait beaucoup plus de morts.”

La contestation, d’abord pacifique, s’est muée en une résistance armée, bien mieux équipée qu’à ses débuts et désormais organisée. A la nuit tombante, les quartiers sont livrés à la violence. Dans Homs, des lignes de confrontation existent, invisibles à l’œil inexpérimenté de l’étranger.

Dans le quartier de Zahra, une file s’allonge devant un camion citerne distribuant aux habitants 20 litres de mazout par personne. “J’attends depuis trois heures”, se plaint un habitant. C’est le quartier des Alaouites, la communauté religieuse dont fait partie le président el-Assad. La peur est palpable, et à l’hôpital, les témoignages fusent sur les atrocités commises par les “bandes armées”. Les habitants parlent de snipers qui tirent depuis les toits sur les passants et de femmes dénudées en public.

Il est impossible et trop dangereux de vérifier qui sont ces “bandes armées”. Les Syriens fidèles au Président parlent de “salafistes” ou de “terroristes”, tandis que les insurgés accusent la Shabihah, une milice en civil (dont le nom signifie “fantôme” en arabe) qu’ils accusent de faire les basses œuvres du régime.

Trois éboueurs ont été abattus en pleine rue, alors qu’ils balayaient”, raconte Mohamed, 29 ans, qui ramasse les corps pour le compte d’une société qui dispose de 29 ambulances dans tout Homs. “L’armée dit où se trouvent les cadavres, et on y va. Dans certains quartiers, nous y allons avec les forces de l’ordre. Ils nous tirent dessus.

Mohamed, qui peine à raconter son histoire tant les habitants se pressent dans le hall de l’hôpital pour témoigner aux journalistes, évoque aussi la découverte par lui d’un cadavre sur la route de Zaidal. “C’était un sunnite”, dit-il. “Ils l’avaient obligé à écrire sur une feuille qu’il avait transporté des Shabiha dans sa voiture et qu’il avait tiré sur des manifestants pacifiques. Le papier était sur son cadavre. Il était égorgé.

Plusieurs cas d’enlèvements ont aussi été recensés ces derniers jours. Cette jeune femme a été enlevée sur le chemin du travail, dans le bus qui l’emmenait à l’usine. “Nous avons été kidnappés et emmenés dans une maison. Nos ravisseurs portaient des barbes et des treillis militaires. C’étaient des gens de Homs. Ils venaient du quartier de Walid Khaled. Ils nous ont dit qu’ils voulaient nous chasser de nos maisons. Cela faisait une semaine qu’ils surveillaient notre bus.” La jeune femme a été libérée mais ne va plus à son usine.

Si les exactions commises par les forces de sécurité ont été détaillées par des organisations comme Human Rights Watch (HRW), il apparaît que les forces de l’ordre sont elles aussi l’objet d’atrocités. A la morgue de l’hôpital militaire de Homs, “La Libre” a pu voir le cadavre de deux policiers atrocement mutilés, qui venaient d’être amenés de la ville. L’un d’eux avait un bras largement tailladé, des doigts coupés et une partie du crâne ouvert par un objet contondant, une partie de la cervelle reposant à côté dans un sac en plastique. Une vapeur d’essence surplombait l’odeur de putréfaction. Et toujours ses yeux ouverts, horrifiés et pétrifiés par la mort toute proche.

Les cadavres sont trouvés dans la rue, dans des cours d’eau ou servent de monnaie d’échange pour des libérations de prisonniers”, explique un urgentiste de l’hôpital. “Les gens sont généralement tués, puis coupés au couteau. Les coups sont donnés d’une manière sauvage. Chaque cadavre est soumis à une enquête du médecin légiste. Et toute cette documentation est conservée à l’hôpital.”

L’hôpital militaire reçoit ses martyrs (“shahids”) à raison d’au moins un par jour et jusqu’à dix-neuf cadavres une fois. La plupart des corps sont mutilés. Homs est considéré comme l’épicentre de l’insurrection, mais d’autres villes ou villages connaissent un sort semblable. Selon une source diplomatique, l’armée syrienne s’est ainsi retirée de la ville d’Idlib, à 60 kilomètres au sud-est d’Alep et ne s’y aventure plus. “La Syrie est au bord du trou. J’espère qu’elle ne va pas y tomber”, résume un diplomate à Damas, très inquiet. Comme pour conjurer le sort, les partisans d’Assad défilaient vendredi par petits groupes en scandant “Tous unis, le peuple et l’armée” en brandissant les drapeaux syriens, avant de rejoindre une des places de la capitale. »

http://www.infosyrie.fr/re-information/a-homs-la-grande-p...

09:55 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moyen-orient, syrie, bass, bachar el assad, libre belgique, juppé, france, occident, otan |  Facebook |