15/06/2015

15 juin 1906, naissance de Léon Degrelle.

  rex.png

Léon Degrelle naquit à Bouillon (Ardenne belge) le 15 juin 1906. Bouillon, c'est aussi la patrie du Godefroid du même nom. Belle accointance ! L'Ardenne belge se sont de hautes collines, de profondes forêts, des hivers rudes et neigeux, des sangliers, des hommes à la tête dure et des femmes altières. C'est sur ce terreau baigné par l'histoire et la nature que Léon allait développer les qualités qui feront de lui le plus remarquable des chefs politiques de la Belgique et de l'Europe.
DEGRELLE 5.jpgHomme d'action et de plume, de conviction et de combat, Léon Degrelle déteste le petit, le misérable, le pusillanime. Il ne fait pas de concessions, lui, dès lors que son idéal est en jeu et ce dernier est de taille ; la résurrection du Saint Empire. Il est parmi les premiers qui croient au destin d'une Europe nouvelle, impériale et dominante. Que lui importe l'uniforme allemand si c'est pour se battre en Russie contre le communisme judéo-asiate et athée ? Et que vaut le nationalisme allemand quand une transcendance européenne l'appelle vers un plus haut destin?
L'Allemagne n'a pas gagné la guerre, l'Europe est asservie aux intérêts mercantiles de groupes apatrides et métissés. Aujourd'hui plus qu'hier, des hordes de barbares envahissent son territoires, sa population est menacée de disparaître. Des sophistes orgueilleux lui imposent des théories déjantées et mortifères. Ses hommes sont castrés, ses femmes stérilisées. Sa religion sombre dans l'hédonisme le plus jouissif et crapuleux.
C'est dans ces heures sombres que le souvenir lumineux de cet homme d'exception nous rappelle que point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. Il suffit de trois fois rien, d'une petite minorité décidée, courageuse, animée par une foi dévorante pour que l'impensable se réalise et que le feu sacré reprenne force et vigueur.
Rex n'est pas mort, c'est notre combat et celui de milliers d'autres qui en Europe oeuvrent pour un continent libre, fier et puissant.

REX VAINCRA !

Degrelle.jpg

 

 

 

 

16/01/2015

Au tour des Belges de jouer ...

Burqa-leicester

Femmes à Leicester (G.B)

Quand Paris a la fièvre, Bruxelles tousse, disait-on jadis. Hier c'était la petite ville de Verviers, connue des seuls initiés, qui faisait la une. Pas d'attaque cependant outre Quiévrain ; rien qu'une offensive programmée des forces légitimes contre la guérilla islamiste. Drôle d'en arriver à ce vocabulaire, je n'en vois pas d'autre. Nous sommes en guerre, ne pas l'oublier. Perquisitions à Bruxelles, mais aussi à Berlin et à Paris. Et ce n'est qu'un début. Prenez la Grande-Bretagne, par exemple. Londres est une ville majoritairement non blanche (en France, 38% des habitants de l'île de France sont d'origine extra-européenne), il y a des villes à forte majorité islamique, comme Leicester, centre européen du tafkir pakistanais. Là, les femmes entièrement voilées tiennent le haut du pavé, le maire est musulman et au centre ville trône une magnifique mosquée (financée par l'Arabie saoudite) qui fait face à St. Philip anglicane, décatie et sur le retour. Tout un symbole.
Mais revenons à Verviers. Cinquante mille habitants et cent cinquante-deux nationalités. Italiens, bien sûr, mais aussi Tchétchènes, Soudanais, Algériens, Maliens. Ils sortent d'où, ils font quoi ? Qui les amenés là ?
Quand j'écrivais que ce n'était qu'un commencement, je n'inventais rien.
Bien sûr, tout cela permet à nos excellences de peaufiner leur arsenal de mesures restrictives de la liberté. C'est nous qui allons payer l'addition et elle sera salée.
Avant que des mesures porteuses, celles que la population attend, soient prises, il faudra encore quelques dizaines d'attentats, hélas ! Nos dirigeants sont à ce point pollués par l'idéologie mortifère qui les anime et les aveugle qu'ils continueront à nous servir ce brouet fade, mi-sel, mi-raisin, fait de compromis prudents, de non-dits et de mots ficelés à la hâte pour ne pas « faire d'amalgame » (la dernière expression à la mode).  On n'extirpe pas le fanatisme en rasant les murs et en ne faisant pas d'amalgame, surtout pas !
La dernière édition de « Charlie » est une fumeuse escroquerie. Cinq millions d'exemplaires avaient été annoncés. Il n'y en eu pas un million d'imprimés, les imprimeurs ne suivant pas. Alors, tous les jours il y en aura d'autres qui seront distribués ici ou là. Tout cela entretient la névrose du bon peuple dont on se fout royalement. Le peuple est con, alors pourquoi se gêner ?
Non ?

FvD

31/03/2014

Il y a vingt ans, Léon Degrelle ...

Vous connaissez tous le résultat des municipales : défaite absolue de la gauche, victoire de la droite « républicaine » et du Front National. Ne vous imaginez surtout pas que quelque chose va changer, braves gens, ce ne sont pas des élections qui inverseront le sens des choses, mais la révolution. Rendez-vous aux européennes, après la France des clochers, il faut que ce soit le tour des technocrates aveugles, sourds et muets de Bruxelles. L'Europe sera impériale, confédérale et libérée des atlantistes de tous bords. Ou elle ne sera que la soubrette des nantis des banques, des lobbys et des apatrides qui vont et viennent au gré de leurs intérêts égoïstes.
Il y a vingt ans mourrait à Malaga (Espagne) un grand européen, un grand chef, un grand soldat : Léon Degrelle.
Les temps ont changé, les gens aussi, mais l'exemple que donna Degrelle reste actuel. Cet homme s'est donné, corps et âme à son idéal d'un Europe forte et indépendante. On peut ne pas être d'accord avec les moyens, mais la bravoure de l'homme est là qui force l'admiration.
Nous en resterons donc là aujourd'hui, laissons nos petits politicards compter les points et panser leurs plaies. Laissons-les à leurs mesquines compromissions, leurs jeux de couloir, leur impuissance méprisable, leur ego hypertrophié et haïssable.

degrelle1.jpg

 

Le siècle marche et pose ses jalons

nous marquant une étape nouvelle

nous le suivons et nous nous rappelons

nos aïeux et leur gloire immortelle.

 

Imperium.jpg

08:29 Écrit par Ungern dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : léon degrelle, rex, europe, belgique |  Facebook |