15/07/2014

Gaza, Syrie, Ukraine etc : no comment !

GAZA, PALESTINE, LIBYE, SYRIE, IRAK, AFGHANISTAN, UKRAINE, VENEZUELA ... ETC ...

08:37 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irank, syrie, gaza, palestine, ukaine, presse, médias, lobbys, sinisme, capitalisme |  Facebook |

10/01/2011

Israël impliqué dans un trafic d'organes

Voici, sous toutes réserves, une accusation particulièrement grave.
Il importe, dès lors, que toute la lumière soit faite sur ces allégations qui confortent, hélas ! les nôtres et font de l'entité sioniste un repaire rêvé pour les mafieux.

 

Depuis:  http://www.propagandes.info/product_info.php/trafic-dorganes-dmantel-au-kosovo-israel-dsign-comme-la-plaque-tournante-p-350

 

 


Trafic d'organes démantelé au Kosovo : Israel désigné comme la plaque tournante


 

 


Trafic d'organes démantelé au Kosovo : Israel désigné comme la plaque tournante -

Photo : la clinique "Medicus" ou les reins étaient prélevés

Les procureurs de l'Union Européenne ont accusé au moins sept personnes, dont un juif israélien, de trafic de reins dans une clinique au Kosovo.


L'acte d'accusation est la plus frappante révélation de l'ampleur du crime organisé dans le pays depuis la déclaration de son "indépendance" en 2008.

Les reins auraient été introduits clandestinement dans une clinique de la capitale du Kosovo, Pristina, en 2008. Les procureurs déclarent que le réseau de trafic promettait de payer de pauvres gens pour leurs reins.

Ils ont ensuite vendu les organes jusqu'à 100 milles euros chacun. Interpol a émis un mandat d'arrêt pour l'israélien impliqué.

Dans une interview à Press TV, l'avocat international en droits humains basé à Washington Paul Wolf  discute de la question :

Press TV : Nancy Scheper-Hughes, professeur présidente d'anthropologie médicale à l'Université de Californie à Berkeley et aussi la fondatrice de l'Organ Watch a parlé franchement de la connexion israélienne dans le trafic d'organes, en disant: "Israël est à la tête". Pourquoi n'y a t-il pas eu d'enquête internationale suite à sa déclaration ?

Paul Wolf : Oui, je connais bien son travail, elle est certainement experte dans ce domaine et, bien que la clinique ait été au Kosovo, les clients - les patients de ces reins - sont en Israël. Et apparemment, c'est parce que dans la loi religieuse juive, la profanation du corps est interdite. Et en fait, ce trafic d'organes était légal en Israël jusqu'en 2008, il est illégal aujourd'hui.

Mais c'est vraiment le seul endroit au monde où il est légal et c'est vraiment une pratique horrible, comme vous l'avez dit, ces gens sont très pauvres. Quinze à vingt mille dollars à une personne en provenance du Kazakhstan serait une énorme quantité d'argent, et une personne peut vivre avec un seul rein. Mais la plupart des gens serait absolument scandalisés par ça.

C'est illégal en droit international. Israël n'est pas seulement membre d'Interpol, mais fait aussi partie de la Convention des Nations Unies sur la criminalité transnationale organisée. Et ce groupe a récemment ajouté ceci : "C'est un crime nouveau,  mais Israël devrait vraiment se conformer à ses obligations".

Maintenant il y a un problème - c'est qu'il n'y a pas de traité d'extradition entre Israël et le Kosovo... Donc la première question est de savoir si Israël va arrêter cet individu. Et ensuite, la deuxième question est de savoir s'ils vont l'extrader.

Il s'agit probablement d'un crime international, mais bien sûr, ces crimes doivent être poursuivis quelque part donc l'affaire a été portée au Kosovo. Donc, je pense que peut-être il peut probablement y avoir une sorte de consensus international sur cette question et je pense qu'il est effectivement raisonnable de se concentrer sur Israël, même si la majorité des accusés dans cette affaire sont des Kosovars.

PressTV : le photojournaliste Donald Bostrom a également parlé de cette industrie bien organisée qui a ses racines en Israël. Que pensez-vous de ce phénomène qu'un endroit particulier devienne une plaque tournante pour ce type de crime organisé ?

Paul Wolf : Eh bien, c'est une plaque tournante et comme je le disais, c'est parce que de nombreux Israéliens estiment qu'en vertu de la loi juive, ils ne sont pas autorisés à donner des organes, mais ils ont certainement besoin d'une greffe de rein, ils besoin d'une greffe coeur - comme tout le monde.

Et les statistiques que j'ai vu, c'est que par habitant, les Israéliens achètent plus de reins que tout autre pays et eux, ne donnent guère de reins ou d'autres organes du corps.

Donc c'est réellement quelque chose d'horrible qui se produit et bien sûr, ce n'est peut-être pas trop surprenant que ceci se passe au Kosovo parce que je pense que ça a commencé en Albanie, en fait - le commerce de trafic d'organes - simplement parce qu'après la guerre en ex-Yougoslavie, ces pays ont été vraiment géré par le crime organisé.

Alors, réellement, comme pour tout autre commerce illicite - comme pour le commerce de la drogue ou toute autre chose à laquelle vous pouvez penser - le commerce des armes, c'est vraiment la loi du marché qui est le moteur de cette entreprise et il y a des groupes du crime organisé partout.

Il y a des gens pauvres qui donnerairnt un rein pour 15 000 dollars dans le monde entier et je pense vraiment que la faute revient à Israël pour avoir permis ça jusqu'en 2008.

De même pour les accusations dans le passé, remontant aux années 1990, de personnes en provenance de Chine, du Brésil et même des prisonniers palestiniens, dont les organes ont été prélevés sans leur consentement. Et ce n'est pas une théorie du complot. Vous pouvez lire à ce sujet sur Internet. La BBC et le New York Times ont rapporté aussi ces faits.

Alors peut-être avez vous raison. Peut-être que le moment est venu d'utiliser cette affaire pour faire pression sur Israël, non seulement à l'arrestation de cet individu, mais aussi pour l'extrader.

PressTV : La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, inclut dans sa définition de l'exploitation humaine, le prélèvement d'organes à but lucratif. Il y a eu des accusations affirmant que les prisonniers palestiniens sont souvent la cible d'une telle exploitation, avec la participation des responsables israéliens, les médecins et les ministères. Israël peut-il être tenu responsable de ces accusations de complicité dans les rangs élevés de son gouvernement?

Paul Wolf : Eh bien, certes. L'un des co-conspirateurs dans cette affaire était en fait un fonctionnaire du ministère de la santé et il a été démis de ses fonctions.

Maintenant, la question peut être - est-ce suffisant ? Vous savez, est-ce suffisant si une personne a commis un crime ? Quand j'ai entendu parler le procureur dans le clip de nouvelles, elle parlait d'incidents qui se sont produits en 2008.

Il est donc possible que ces choses n'étaient pas un crime à l'époque en Israël. Mais ceci peut bien sûr être un problème si elles étaient illégales au Kosovo, mais pas illégales en Israël.

Israël pourrait prendre la position qu'il n'a pas à extrader cette personne, car cela n'aurait pas été un crime en Israël, même si cela l'était au Kosovo.

Mais assurément, ceci est maintenant considéré comme un crime et je pense que les israéliens devraient vraiment non seulement s'y conformer quelque soient leurs obligations légales, mais ils devraient également être sensibles à la nature politique de cette affaire.

Personne d'autre n'agit ainsi ! Vous avez Benjamin Netanyahu et vous avez l'Anti-Defamation League, les deux à la fois défendent essentiellement cette pratique, disant que les critiques sont de l'antisémitisme  et que ce n'est pas vrai.

Mais il assez clairement que tout ceci se passe réellement et ce serait certainement dans l'intérêt du gouvernement israélien de faire tout ce qu'ils peuvent pour mettre un terme à cela. Et cela signifie que lorsque quelqu'un est pris la main dans le sac, il faut le punir.

MD / TG / HRF

Source : Press TV (anglais avec vidéo)
Traduction : Propagandes.info

 

08:53 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, antisionisme, antimondialisme, etats-unis, capitalisme |  Facebook |

13/10/2008

Wallerstein: fin du capitalisme.

 

wallersteinImmanuel Wallerstein

 

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-11013...

"Le capitalisme touche à sa fin"
LE MONDE | 11.10.08 | 20h18  •  Mis à jour le 11.10.08 | 21h04

ignataire du manifeste du Forum social de Porto Alegre ("Douze propositions pour un autre monde possible"), en 2005, vous êtes considéré comme l'un des inspirateurs du mouvement altermondialiste. Vous avez fondé et dirigé le Centre Fernand-Braudel pour l'étude de l'économie des systèmes historiques et des civilisations de l'université de l'Etat de New York, à Binghamton. Comment replacez-vous la crise économique et financière actuelle dans le "temps long" de l'histoire du capitalisme ?

Immanuel Wallerstein : Fernand Braudel (1902-1985) distinguait le temps de la "longue durée", qui voit se succéder dans l'histoire humaine des systèmes régissant les rapports de l'homme à son environnement matériel, et, à l'intérieur de ces phases, le temps des cycles longs conjoncturels, décrits par des économistes comme Nicolas Kondratieff (1982-1930) ou Joseph Schumpeter (1883-1950). Nous sommes aujourd'hui clairement dans une phase B d'un cycle de Kondratieff qui a commencé il y a trente à trente-cinq ans, après une phase A qui a été la plus longue (de 1945 à 1975) des cinq cents ans d'histoire du système capitaliste.



Cliquez ici !


Dans une phase A, le profit est généré par la production matérielle, industrielle ou autre ; dans une phase B, le capitalisme doit, pour continuer à générer du profit, se financiariser et se réfugier dans la spéculation. Depuis plus de trente ans, les entreprises, les Etats et les ménages s'endettent, massivement. Nous sommes aujourd'hui dans la dernière partie d'une phase B de Kondratieff, lorsque le déclin virtuel devient réel, et que les bulles explosent les unes après les autres : les faillites se multiplient, la concentration du capital augmente, le chômage progresse, et l'économie connaît une situation de déflation réelle.

Mais, aujourd'hui, ce moment du cycle conjoncturel coïncide avec, et par conséquent aggrave, une période de transition entre deux systèmes de longue durée. Je pense en effet que nous sommes entrés depuis trente ans dans la phase terminale du système capitaliste. Ce qui différencie fondamentalement cette phase de la succession ininterrompue des cycles conjoncturels antérieurs, c'est que le capitalisme ne parvient plus à "faire système", au sens où l'entend le physicien et chimiste Ilya Prigogine (1917-2003) : quand un système, biologique, chimique ou social, dévie trop et trop souvent de sa situation de stabilité, il ne parvient plus à retrouver l'équilibre, et l'on assiste alors à une bifurcation.
La situation devient chaotique, incontrôlable pour les forces qui la dominaient jusqu'alors, et l'on voit émerger une lutte, non plus entre les tenants et les adversaires du système, mais entre tous les acteurs pour déterminer ce qui va le remplacer. Je réserve l'usage du mot "crise" à ce type de période. Eh bien, nous sommes en crise. Le capitalisme touche à sa fin.

Pourquoi ne s'agirait-il pas plutôt d'une nouvelle mutation du capitalisme, qui a déjà connu, après tout, le passage du capitalisme marchand au capitalisme industriel, puis du capitalisme industriel au capitalisme financier ?
Le capitalisme est omnivore, il capte le profit là où il est le plus important à un moment donné ; il ne se contente pas de petits profits marginaux ; au contraire, il les maximise en constituant des monopoles - il a encore essayé de le faire dernièrement dans les biotechnologies et les technologies de l'information. Mais je pense que les possibilités d'accumulation réelle du système ont atteint leurs limites. Le capitalisme, depuis sa naissance dans la seconde moitié du XVIe siècle, se nourrit du différentiel de richesse entre un centre, où convergent les profits, et des périphéries (pas forcément géographiques) de plus en plus appauvries.

A cet égard, le rattrapage économique de l'Asie de l'Est, de l'Inde, de l'Amérique latine, constitue un défi insurmontable pour "l'économie-monde" créée par l'Occident, qui ne parvient plus à contrôler les coûts de l'accumulation. Les trois courbes mondiales des prix de la main-d'oeuvre, des matières premières et des impôts sont partout en forte hausse depuis des décennies. La courte période néolibérale qui est en train de s'achever n'a inversé que provisoirement la tendance : à la fin des années 1990, ces coûts étaient certes moins élevés qu'en 1970, mais ils étaient bien plus importants qu'en 1945. En fait, la dernière période d'accumulation réelle - les "trente glorieuses" - n'a été possible que parce que les Etats keynésiens ont mis leurs forces au service du capital. Mais, là encore, la limite a été atteinte !

Y a-t-il des précédents à la phase actuelle, telle que vous la décrivez ?

Il y en a eu beaucoup dans l'histoire de l'humanité, contrairement à ce que renvoie la représentation, forgée au milieu du XIXe siècle, d'un progrès continu et inévitable, y compris dans sa version marxiste. Je préfère me cantonner à la thèse de la possibilité du progrès, et non à son inéluctabilité. Certes, le capitalisme est le système qui a su produire, de façon extraordinaire et remarquable, le plus de biens et de richesses. Mais il faut aussi regarder la somme des pertes - pour l'environnement, pour les sociétés - qu'il a engendrées. Le seul bien, c'est celui qui permet d'obtenir pour le plus grand nombre une vie rationnelle et intelligente.

Cela dit, la crise la plus récente similaire à celle d'aujourd'hui est l'effondrement du système féodal en Europe, entre les milieux du XVe et du XVIe siècle, et son remplacement par le système capitaliste. Cette période, qui culmine avec les guerres de religion, voit s'effondrer l'emprise des autorités royales, seigneuriales et religieuses sur les plus riches communautés paysannes et sur les villes. C'est là que se construisent, par tâtonnements successifs et de façon inconsciente, des solutions inattendues dont le succès finira par "faire système" en s'étendant peu à peu, sous la forme du capitalisme.


Combien de temps la transition actuelle devrait-elle durer, et sur quoi pourrait-elle déboucher ?

La période de destruction de valeur qui clôt la phase B d'un cycle Kondratieff dure généralement de deux à cinq ans avant que les conditions d'entrée dans une phase A, lorsqu'un profit réel peut de nouveau être tiré de nouvelles productions matérielles décrites par Schumpeter, sont réunies. Mais le fait que cette phase corresponde actuellement à une crise de système nous a fait entrer dans une période de chaos politique durant laquelle les acteurs dominants, à la tête des entreprises et des Etats occidentaux, vont faire tout ce qu'il est techniquement possible pour retrouver l'équilibre, mais il est fort probable qu'ils n'y parviendront pas.


Les plus intelligents, eux, ont déjà compris qu'il fallait mettre en place quelque chose d'entièrement nouveau. Mais de multiples acteurs agissent déjà, de façon désordonnée et inconsciente, pour faire émerger de nouvelles solutions, sans que l'on sache encore quel système sortira de ces tâtonnements.

Nous sommes dans une période, assez rare, où la crise et l'impuissance des puissants laissent une place au libre arbitre de chacun : il existe aujourd'hui un laps de temps pendant lequel nous avons chacun la possibilité d'influencer l'avenir par notre action individuelle. Mais comme cet avenir sera la somme du nombre incalculable de ces actions, il est absolument impossible de prévoir quel modèle s'imposera finalement. Dans dix ans, on y verra peut-être plus clair ; dans trente ou quarante ans, un nouveau système aura émergé. Je crois qu'il est tout aussi possible de voir s'installer un système d'exploitation hélas encore plus violent que le capitalisme, que de voir au contraire se mettre en place un modèle plus égalitaire et redistributif.


Les mutations antérieures du capitalisme ont souvent débouché sur un déplacement du centre de "l'économie-monde", par exemple depuis le Bassin méditerranéen vers la côte Atlantique de l'Europe, puis vers celle des Etats-Unis ? Le système à venir sera-t-il centré sur la Chine ?

La crise que nous vivons correspond aussi à la fin d'un cycle politique, celui de l'hégémonie américaine, entamée également dans les années 1970. Les Etats-Unis resteront un acteur important, mais ils ne pourront plus jamais reconquérir leur position dominante face à la multiplication des centres de pouvoir, avec l'Europe occidentale, la Chine, le Brésil, l'Inde. Un nouveau pouvoir hégémonique, si l'on s'en réfère au temps long braudélien, peut mettre encore cinquante ans pour s'imposer. Mais j'ignore lequel.

En attendant, les conséquences politiques de la crise actuelle seront énormes, dans la mesure où les maîtres du système vont tenter de trouver des boucs émissaires à l'effondrement de leur hégémonie. Je pense que la moitié du peuple américain n'acceptera pas ce qui est en train de se passer. Les conflits internes vont donc s'exacerber aux Etats-Unis, qui sont en passe de devenir le pays du monde le plus instable politiquement. Et n'oubliez pas que nous, les Américains, nous sommes tous armés...




Propos recueillis par Antoine Reverchon
Article paru dans l'édition du 12.10.08

07:30 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, wallerstein |  Facebook |