27/06/2014

Les deux entitées du Donbass se réunissent dans l'union des républiques populaires

 

donetsk.jpg

Le 24 juin 2014, les délégations représentants les gouvernements et les parlements des Républiques populaires de Lugansk et de Donetsk ont décidé de créer un État confédéral appelé "Union des Républiques Populaires" ayant un parlement commun, un exécutif commun et une constitution commune. L'acte constitutionnel a d'ailleurs été signé dans la nuit. L'idée du nom de Nouvelle Russie a, pour l'instant été abandonnée, pour permettre l'élargissement de l'Union à d'autres républiques.
L'exécutif du nouvel Etat, le conseil fédéral a été formé. Il est composé de Denis POUCHILINE (président du parlement de la RP de Donetsk), Alexandre BORODAÏ (chef du gouvernement de la RP de Donetsk), Alekseï KARIAKINE (président du parlement de la RP de Lugansk), Valeri BOLOTOV (chef du gouvernement de la RP de Lugansk), Pavel GOUBAREV (président du mouvement politique "Nouvelle Russie") et Oleg TSAREV (président du mouvement politique "Sud et Est").
Hier, 25 juin, les soviets suprêmes de la République populaire de Lugansk, puis de la République Populaire de Donetsk ont ratifié cet accord. L'acte constitutionnel sera, quant à lui ratifié par l'assemblée parlementaire de l'union, composé de 60 députés (30 désignés par le soviet suprême de Lugansk et 30 par le soviet suprême de Donetsk).
Aujourd'hui, ce parlement commun s'est réuni à Lugansk. Il a ratifié l'acte constitutionnel adopté hier par les gouvernements des Républiques. Le président du soviet de l'Union des Républiques Populaires a aussi été élu lors de cette séance. Il s'agit d'Oleg TSAREV, député au parlement ukrainien, du parti des régions, élu dans la région de Dniepropetrovsk. Il faisait parti des durs du parti face à Maïdan. Il était candidat à l'élection présidentielle ukrainienne et a retiré celle-ci le 01 mai, face à la répression dont il était victime et à la guerre, qu'il avait cherché à éviter. Son immunité parlementaire a été levée à la fin du mois de mai et il est sous coup d'un mandat d'arrêt ukrainien pour séparatisme et complicité avec le terrorisme.

 

Oleg TSAREV et Alexandre KOFMAN

 

Le vice-président du parlement est Alexandre KOFMAN, un directeur d'une agence bancaire de Donetsk (Banque Nadra, appartenant à l'oligarque proche du courant pro européen du parti des régions FIRTASCH) avant la crise de maïdan, devenu l'un des dirigeant de la contestation à Donetsk aux côtés de Pavel GOUBAREV.
Oleg TSAREV est un élément capital des consultations qui ont actuellement lieu entre le pouvoir ukrainien, l'OSCE, la Russie et les insurgés.
Le nouveau parlement va travailler à l'élaboration d'un système financier commun, d'une armée commune et d'une politique tarifaire commune.

source: http://lemonderusse.canalblog.com/archives/2014/06/26/30145936.html

08:23 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, ukraine, donbass, poutine, otan, europe, états-unis |  Facebook |

23/06/2014

Quand la Suisse donne des leçons de démocratie à l'Europe

 

La Suisse, quand même ! Figurez que voilà un pays dont le gouvernement respecte les volontés du peuple. Le gouvernement fédéral a pris les mesures idoines afin que la décision du peuple de contrer l'immigration et d'appliquer la préférence nationale, soient mise en œuvre. Et pourtant ce conseil fédéral (le gouvernement de la Confédération Helvétique) était contre.
Curieux, non ?
Dans l'Europe de Bruxelles et la France de Paris, quand le peuple n'est pas content et qu'il le fait savoir, eh bien, les dirigeants font comme s'ils n'avaient rien vu, rien entendu. Regardez le gouvernement Hollande après les dernières élections européennes. Vous vous rappelez 2005 quand le peuple français a cinquante-cinq pour cent a voté contre le traité portant constitution européenne ? Qu'a fait Sarkozy, il a représenté le plat, sous une autre dénomination à un parlement croupion pour le resservir. Qu'on fait les Danois, les Irlandais quand ils eurent, les audacieux ! Mal voté ? Ils furent prié de retourner aux urnes et de voter comme il faut.
Bref, les Suisses respectent la volonté populaire !
Du coup, un ministricule luxembourgeois se permet d'élever des objections et parle de « rupture des relations entre l'U.E et la Confédération ». De la part d'un pays d'opérette squatté par les banques, il y a de quoi rigoler grassement !
La Suisse est une Confédération de cantons qui jouissent d'une large autonomie. Ils organisent des votations qui peuvent l'être d'initiative populaire, comme ce qui fut le cas dans ce qui précède, ils organisent la police des étrangers et jouissent d'une autonomie fiscale.
La Suisse, a son échelle, est ce que devait être une Europe nouvelle débarrassée du centralisme dictatorial de Bruxelles et maîtresse de son destin.

FvD

09:25 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, europe, immigration, votation populaire, europe de bruxelles |  Facebook |

13/06/2014

L’antiracisme nous impose un monde atroce…

Jean-Marie Le Pen s’est encore illustré ce week-end par un nouveau “bon mot” dont il nie a posteriori toute connotation antisémite. Il est de bonne foi, selon vous ?
Écoutez, je vais sans doute vous surprendre, et je sais bien que je vais là contre le flot grondant, au risque de me faire emporter par lui moi aussi, mais je ne serais pas du tout étonné qu’il soit de bonne foi, oui. Pour l’immense majorité des Français le mot fournée n’évoque pas du tout les fours crématoires, et pas même les fours, malgré l’étymologie. On songe plutôt à un regroupement pour la commodité : une fournée dans l’ordre de la Légion d’honneur, le pape a fait une fournée de cardinaux. Jean-Marie Le Pen s’exprime beaucoup, on peut difficilement lui interdire d’employer le mot fournée, qui est très courant en français dans le sens que je viens d’évoquer. Il serait antisémite en l’occurrence, parce qu’il venait juste après le nom de Patrick Bruel. Oui, mais juste avant il était question de Yannick Noah, qui n’est pas juif. Ces messieurs ne sont pas contents des succès du Front national, qu’ils s’en aillent, regroupons leur cas, ça fera une fournée — voilà ce que je comprends, et rien d’autre.
Mais peut-être suis-je influencé dans ma façon d’en juger par deux mésaventures qui me sont arrivées ces jours-ci. D’une part je suis couvert d’opprobre, à forte connotation homophobe, d’ailleurs, par un certain “bougnoulosophe”, c’est ainsi qu’il se nomme, en fait un vague sociologue belge nommé Jamal Es Samri. Je trouve toujours très ridicules ces antiracistes patentés qui, se contredisant eux-mêmes, ne parlent jamais qu’à partir de leurs origines. Et, poussé à bout, songeant à Cocteau et à ses poètes qui « chantent dans leur arbre généalogique », il m’est arrivé de demander au “bougnoulosophe” anonyme s’il lui arrivait jamais de « descendre de son arbre généalogique » — c’est-à-dire, dans mon esprit, de s’exprimer autrement qu’en tant que Marocain immigré en Belgique. Qu’est-ce que je n’avais pas dit ! Voilà qu’un researcher in international relations, Jean-Philippe Dedieu, m’apprend qu’il me dénonce à la police judiciaire ! Parler d’arbre, même généalogique, à un Africain, c’est le traiter de singe, paraît-il. Je vous jure mes grands dieux que rien n’était plus éloigné de mon esprit.
Autre exemple, encore plus vertigineux. Je mets en ligne, sur les dits réseaux sociaux, des œuvres musicales, des textes ou des tableaux que j’aime, ou que je trouve intéressants. Et je viens de me faire traiter d’antisémite parce que j’avais mis en ligne un bel autoportrait du peintre Bernard… Dufour !
Je me répète : l’antiracisme est un roi tout à fait légitime, de par ses origines, mais fou. Et à présent on ne subit plus que sa folie. Seulement on n’arrive pas à se débarrasser de lui, à cause de la légitimité de ses origines. Il nous impose un monde atroce sous prétexte qu’il est seul fondé à régner.
Pensez-vous que Marine Le Pen devrait définitivement “tuer le père” et lui demander de ne plus intervenir au nom du FN ?
Je pense que Marine Le Pen devrait renouveler son parti et l’élargir à tous ceux qui pensent que le plus grave, en France et en Europe, c’est la substitution ethnique et civilisationnelle en cours. Mais ça n’a rien à voir avec cet épisode.
NKM appelle à un changement de nom de l’UMP. Pensez-vous que ce soit prioritaire et suffisant ?
URM, Union des Remplacistes Mous, ça serait bien. Ou bien, si Nicolas Sarkozy revient, MCR, Mouvement Crypto-Remplaciste. Au cas où Alain Juppé l’emporterait, PACP, Parti des Amis du Changement de Peuple, me paraîtrait judicieux. Mais dans l’ensemble je dois avouer que le sort de l’UMP me préoccupe assez modérément…
La fin de la semaine dernière a été marquée par les commémorations du débarquement allié durant la Seconde Guerre mondiale. Bonne chose pour la France ou simple tapage médiatique ?
Pourquoi faut-il que nous ayons toujours honte de ce pays que nous aimons tant ? Pourquoi ne nous vaut-il que des humiliations ?

source: boulevard Voltaire