20/05/2015

Quel temps fait-il en France aujourd'hui ?

Que faut-il penser de la France, en cette belle journée de mai, mois de Marie ?
Il ne faut pas penser, ma chère, mieux vaut pleurer.
Voilà donc un pays qui hospitalise d'office, ce qui en clair signifie qu'il interne de manière coercitive un homme politique qui a tenu des propos déplaisants pour le régime. Il y va du maire de Venelles (BdR) qui avait préconisé d'interdire l'islam, d'abroger la loi 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat et d'inclure dans la Constitution un paragraphe stipulant que la république promeut la religion catholique. L'homme est, dit-on, en phase finale de cancer. Salaud de cancéreux, au trou !
Bien entendu aucun « Je suis Charlie » n'est venu troubler le consensus indigné qui suivit les paroles de cet irresponsable. Je suppose que votre serviteur, de même, sera interné, après avoir écrit : je pense qu'il nous faut rejeter à la mer tous ces migrants qui viennent d'Afrique ou d'ailleurs, ce n'est pas une bonne pêche. Apportez-moi des oranges, les amis, merci !
Tout ce que la gauche compte d'humanistes, franc-macs, nostalgiques de la terreur et autre dopés au républicanisme crapuleux a poussé des cris d'orfraies quand les deux policiers poursuivis pour non assistance à personne en danger ont été acquitté par le tribunal correctionnel de Bobigny. C'est l'histoire de ces deux jeunes banlieusards qui ont nargué la police et se sont réfugiés dans une cabine haute tension qui les a électrocuté aussi sec. S'ils étaient allés en classe ils auraient su quoi avec ce genre de cache. Et les flics n'ont fait que leur devoir. Il faut nettoyer au Kärcher la racaille des banlieues (c'est copyright Sarkozy ça, je le reconnais ! ).
Le Pape qui est un brave homme, a dit qu'il fallait que l'Europe n'oublie pas sa vertu de charité dans le drame qui se déroule actuellement en méditerranée. Ce qui signifie en clair (c'est fou ce que les hommes publics ont un langage abscons ) que l'Europe doit accueillir ces nègres et arabes qui débarquent vaille que vaille tous les matins sur ses rives. Normal que le Pape qui porte une soutane blanche tienne ce langage, il est payé pour comme dirait l'autre, mais nous, qui ne vivons pas au Vatican mais modestement dans un quarter encore un peu tranquille, que va-t-on en faire ? Ces gens n'ont rien à cirer dans nos pays. Il faut qu'ils vivent leur vie là d'où ils viennent, ils seront plus heureux et nous aussi. Le mieux serait de les dissuader, en un mot comme en cent de les renvoyer après avoir réparé leurs bateaux ou donné un pneumatique pour le voyage retour. Si nous ne le faisons, nous serons submergés. Bien entendu, nos politiques, chapons pusillanimes, qui n'ont que « droits de l'homme » à la bouche, n'envisagent pas cette mesure, la seule qui soit conforme au droit et à la raison. Ils ergotent, hésitent, commissionnent, parlent pour ne rien dire et, plus grave, ne font rien. Il faudra un jour les pendre haut et court. En attendant, rejoignez le NON de Renaud Camus (trouvez-le sur la toile), soutenez-le, faites quelque chose si vous ne voulez pas qu'un beau jour, plus tôt que vous ne l'imaginez, des Somaliens s'installent dans votre rez-de-chaussée en attendant l'étage.
Et puis appuyez la seule solution valable qui soit : il faut retourner en Afrique y mettre de l'ordre et conforter nos frontières extérieures. Pourquoi avoir donné l'indépendance à l'Afrique si c'est pour que les nègres et les arabes viennent chez nous ? Dites-le moi …
Ungern

A y regarder de l'extérieur, l'amplitude des convulsions de la société occidentale approche du point au-delà duquel cette société devient "métastable" et doit se décomposer." Soljenitsyne.

EUROPE 1.jpg

 

 

14/05/2015

Cette inquiétante immigration ...

 FETHI NASRI / AFP

Quelque part en Suède, devant un tribunal correctionnel, plaide un avocat : « le prévenu, monsieur le président, est un malheureux migrant venu de Somalie, il n'a pas les mêmes critères que nous en matière de sexualité ; alors quand, sur la plage, il a vu cette jeune fille en short moulant et haut laissant deviner une poitrine sans soutien-gorge, il a cru qu'elle s'offrait à lui et il l'a violée ... »
Dans les pays scandinaves soixante-dix-huit (78) pour cent des agressions sexuelles sont l’œuvre d'immigrés lesquels représentent soixante-quinze (75) pour cent des détenus. Les États concernés envisagent de construire de nouvelles prisons en prévision de l'avenir. Sage précaution ! En ce jeudi de l'ascension, Lampedusa a déjà recueilli trois mille migrants, dimanche le total sera de six mille environ. Semaine tout-à-fait normale !
Et pendant ce temps là, les Européens castrés se massent sur les routes, pestent sur les limitations et contrôles de vitesse, pensent à bâfrer, boire et copuler et après moi le déluge.
Au rythme où ça va, ces braves gens devront sous peu dire adieu à leur hédonisme addictif et regarder une triste réalité bien en face. Quelques exemples :
A Montpellier, il y a une banlieue, le petit Bard, qui est peuplée à 99% de Marocains et leur descendance. Eh bien, les parents d'élèves ne sont pas contents : ils trouvent qu'il n'y a que des arabes dans les classes et que cela explique le niveau scolaire bas et le manque de réussite au bac et au brevet des Collèges. Alors ils exigent, en faisant la grève des cours, en plus ! que leurs enfants puissent fréquenter les écoles du centre ville où il s'intégreront (c'est eux qui parlent d'intégration ..) dans des écoles fréquentées par de petits blancs, bien propres, disciplinés et qui réussissent, eux ! Rappelons qu'en France, la scolarité est celle du secteur d'habitation, qu'on ne choisit donc pas, comme ça, son établissement scolaire. Que croyez-vous qu'il va se passer si ces charmants maghrébins se mélangent à nos têtes (encore) blondes ? Pas besoin d'être devin pour le savoir : de même que la mauvaise monnaie chasse la bonne, le niveau scolaire de ces établissements va chuter drastiquement, ce sont toujours les moins doués, donc les moins disciplinés, qui donnent le « la », tout professeur sait cela. L'exemple du petit Bard est emblématique de ce qui nous attend quand bientôt (d'ici 2050) les migrants et leurs descendants formeront la majorité de la population active en France et en Europe occidentale. Un vaste nivellement par le bas !
Si les parents des élèves du petit Bard parlent (sans doute conseillés par de talentueux communicants) « d'intégration », il n'en est pas toujours ainsi et la réalité montre ça et là le visage de ce que sera demain quand ces gens auront pris le haut du pavé.
Au Canada, par exemple, pays « démocratique », peuplé de braves gens pas très futés mais toujours de bonne volonté et qui accordent volontiers à leurs communautés d'immigrés des dérogations à la règle générale, tout ça dans le but de faire du « vivre ensemble » une réalité heureuse . Le moins que l'on puisse dire, c'est que la gratitude des intéressés n'est pas au rendez-vous. A l'Université Ryerson de Toronto, ce sont les groupes de « lutte contre le racisme » , composés à la quasi totalité de Pakistanais et de Jamaïcains, qui désormais représentent l'ensemble des étudiants. Leur première mesures fut de refuser aux blancs, étudiants ou journalistes de l'extérieur, d'assister à leurs réunions. Pour justifier cette exclusion purement ethnique, ils arguent du fait que les « blancs » sont « naturellement » hostiles à leur émancipation et ne peuvent pas comprendre leurs problèmes.
C'est ce que dit leur présidente, mademoiselle Aeman Ansari : Il est essentiel que les groupes discriminés disposent d'endroits réservés où ils peuvent évoquer leurs parcours avec des gens ayant vécu les mêmes expériences. Pour cette jeune femme, les blancs sont un groupe favorisé a priori qui jamais ne subit de discriminations à la différence de ceux qui sont d'une autre couleur de peau. C'est oublier que les bénéficiaires des allocations sociales, tant en Europe qu'en Amérique du Nord, vont en aux strates immigrées de la société. Les assistés du système sont majoritairement des immigrés ou issus de l'immigration.
Alors que faire ? Pour répondre à cette question, pas besoin de longs discours : il faut nous débarrasser de ces populations qui handicapent notre futur.
L'Europe occidentale a besoin de l'immigration pour certains secteurs économiques, elle peut en trouver à l'Est. Face à la déferlante de migrants qui entrent d'un peu partout, la règle doit être inflexible : il faut les rejeter à la mer. Tout forme quelconque de compassion est suicidaire. Et pour ne pas ajouter de la cruauté à ces situations désolantes, il faut que l'Europe ait le contrôle des deux rives de la méditerranée, qu'elle retourne armée dans certains pays d'Afrique pour y imposer la « pax europeana » que bien des autochtones réclament dans leur for intérieur. L'indépendance des pays africains n'a été que l'occasion rêvée pour ses dirigeants de se gaver aux frais de leur peuple, il nous faut prendre leur place et protéger ces populations contre leurs propres démons.
Tout cela demande, non pas des moyens, l'Europe les a, mais une volonté de puissance que seule un minorité décidée peut lui insuffler, patiemment, mais pas trop. Il y a péril en la demeure.
Ungern
Si vis pacem para bellum

WEHRMACHT.jpg

 

11/05/2015

Une sainte si ordinaire ...

TEURONIQUE 1.jpg

A Paris, hier ...

Hier, quelques centaines de jeunes et moins jeunes ont défilé dans Paris pour commémorer, non pas la victoire des américains et des Soviétiques, mais la mémoire de Jehanne d'Arc, sainte tutélaire de la France.
Cela peut faire sourire, inspirer quelques remarques gauloises ou graveleuses, hausser les épaules, et inspirer le mépris à l'égard de ces indécrottables nostalgiques qui ne sont décidément pas dans l'air du temps, se trompent d'époque et vont à rebours de l'Histoire qui, comme on vous l'a si bien appris à l'école, va, elle, toujours de l'avant et de progrès en progrès, s'il vous plaît !
L'histoire de Jehanne, nous ne la connaissons que par bribes et morceaux, souvent embellis après coup. Ce n'est pas le propos ici de faire de la critique historique à propos de cette damoiselle qui fut canonisée en 1919 seulement. Retenons cette leçon : à une époque où tout semblait irrémédiablement perdu, il a suffit d''une poignée de convaincus, de prêts à tout et, en première instance, à surmonter les préjugés (obéir à une femme !) pour renverser le cours de l'Histoire. Nous l'avons déjà écrit : ce ne sont que de toute petite minorité qui influent le cours des choses et des gens. En Russie, les communistes ne représentaient pas, en 1905, un pour cent du corps électoral et pourtant ...
Notre société occidentale est en danger de perdre ce qui lui reste d'identité. En soi, ce sont des choses qui arrivent, voyez les Grecs et les Romains, voyez les Perses. Dans ces exemples, l'Empire romain a volé en éclats, mais ses structures mentales ont été récupérées par l'Eglise qui en est devenue dépositaire. En Perse, c'est l'islam, chiite en l'occurrence, qui a récupéré l'héritage mazdéen. Si demain nos structures mentales, déjà mises à mal par la fragilisation du mariage et de la famille, minées par le relativisme des mœurs, le féminisme, l'égalitarisme outrancier et le mépris de l'excellence, qu'elle soit scolaire ou professionnelle, si demain, donc, nos structures mentales se délitent dans un patchwork fait pour tous, c'est-à-dire pour personne et disparaissent, c'est une période violente qui succédera à ce qui fut, et comme la nature a horreur du vide, un totalitarisme qui prendra le relais, peut importe son nom. Ce genre de gouvernance a le don de susciter des troubles et des guerres civiles, voyez l'Irak d'aujourd'hui et la Syrie et le Yemen et bientôt l'Europe si elle ne réagit pas in extremis.
Mais il ne faut pas attendre une nouvelle Jehanne d'Arc. Un précepte bouddhique dit : si tu vois le Bouddha, tue-le. Ce qui signifie que voir le Bouddha, n'est en fait que reconnaître un usurpateur, c'est soi-même qu'il nous faut transformer en Bouddha, alors le salut est proche.
Inutile donc de rêver à l'homme ou la femme providentiel ; ne pas se poser de questions oiseuses, ni se préparer à de vaines attentes. Le Messie ne vient qu'une fois. Il suffit de faire ce que l'on a à faire, simplement, comme ça, sans plus. Les samouraïs faisaient pareil, et les chevaliers aussi. Les Empires se conquièrent avec des gens fort ordinaires, comme vous et votre serviteur.
Ungern

La vérité a un cœur tranquille (Shakespeare)

saint empire.gif