24/02/2015

Dîner du lobby juif: comme boudé ...

https://lhddt.files.wordpress.com/2010/04/charlie.jpg

 

*

 

Et hier, une fois de plus, le président de la raie publique s'est déplacé pour assister à un banquet communautaire couru du Tout Paris, celui du Conseil représentatif des institutions juives. Vous savez, ce lobby juif et israélien qui se croit habilité à donner des leçons à nos dirigeants élus et fixer des lignes de conduite politique pour, ensuite, crier au loup dès qu'une critique est émise à l'encontre d'un des leurs ou de ce pays étranger cher à leur cœur.
Neuf-cents euros le couvert ! Un prix pareil serait incitatif à une bonne blague juive, mais restons-en là, après tout ces gens ont le sens des affaires, n'est-il pas ?
Et de la communication ! Sauf que, cette-fois ci, leur président a commis une sacrée bourde. Il est allé devant les caméras déclarer que Marine Le Pen était une femme irréprochable et que les violences n'étaient pas le fait du Front National, mais de « jeunes musulmans ». C'est qu'il n'est pas bête, le président des juifs, il sait que le vent porte madame Le Pen et que les lendemains risquent de se parer d'une couleur bleue marine, alors il prépare l'avenir. Tout bon commerçant connaît cette règle, non ? Du coup le président des musulmans et tout son bureau boycottent le dîner des juifs ! Ambiance. Faut dire aussi que les musulmans ne sont pas des naïfs comme les cathos conciliaires. Ils ne se laissent pas marcher sur les pieds, ils ont une fierté à fleur de peau, ils se font respecter. Il y en a qui devrait en prendre de la graine.
Et puis notre benêt de président a pris la parole pour dire qu'avec lui, scrogneugneu ! les juifs seraient protégés et plutôt deux fois qu'une et même qu'une loi réprimerait, et très sévèrement, tout propos, tout acte, toute velléité, toute tentation, tout rêve, antisémite, que l'antisémitisme était une abomination, celle de l'abomination elle-même s'il vous plaît ! et une lèpre (sic), et une plaie et une … la liste n'est pas close.
Comme si une loi pouvait imposer une attitude, changer les mentalités ? Naïf et benêt !
Curieux tout de même que cet antisémitisme. Il remonte, figurez-vous à l'Antiquité. Nous n'en ferons pas l'histoire, mais pointons du doigt la permanence constante de ce rejet des juifs dans toutes les sociétés. Condamner les propos antisémites, c'est condamner Voltaire, Montesquieu, Jules César, mais aussi Einstein, Weininger, Luther, Feuerbach et ainsi de suite. Lisez « Anthologie des propos contre les juifs » de Paul-Eric Blanrue (Editions Kontre-Kulture), vous serez édifié.
Nuançons cependant ; il est totalement inconvenant d'en vouloir à quelqu'un en raison de son origine religieuse ou ethnique. Ont peut critiquer des lobbys, des politiques, des attitudes, c'est permis et bon pour le moral. Jeter l'opprobre sur quiconque en raison de sa naissance ou de sa croyance est infâme.
Que cela soit posé une fois pour toute.
Amen !

* Charlie-Hebdo paraît aujourd'hui, j'ai donc voulu lui donner une petit coup de pouce en utilisant sans vergogne aucune une composante de son si subtil humour. Enjoy !

Ungern

22/02/2015

L'épopée triste du guerrier albinos

albinos.jpg

La malédiction de l'albinos ...

Et me voilà dans une cruelle épreuve, obligé de me déplacer avec des béquilles, traînant la jambe et invoquant Saint Jude, protecteur des cas désespérés. Je me consume le corps à travers un crise de goutte particulièrement aiguë. Quelle injustice ! Moi qui ne bois pas, ne mange jamais de gibier, peu de viande et suis d'une chasteté monacale. Elle me torture le pied droit, la gueuse, remonte, sournoise, vers le genou, me causera, je le sens, des calculs rénaux et jouis déjà de me générer un thrombus qui m'emportera ad patres au bout d'une embolie pulmonaire. Kyrie élèison !
Les pharmacies que j'ingurgite me délabrent l'estomac, « farmaki » en grec signifie poison, ne jamais l'oublier !
Mais cela ne m'empêchera pas d'invoquer ce jour le cas de monsieur Vincent Reynouard. Cet homme est professeur de mathématiques. Vous les connaissez ces matheux, toujours à vouloir qu'on fasse la preuve du résultat, même si sa justesse crève les yeux. Il sont comme ça, que voulez-vous ? Eh bien, il a décidé un beau jour d'examiner de près certains épisodes de la deuxième guerre mondiale, et en particulier celui des chambres à gaz dans les camps de concentration.
Ce qui différencie la science de la croyance, c'est le caractère irrationnel de cette dernière. Croire en la présence réelle dans le sacrement de l'eucharistie, c'est croire « en ». Ce n'est pas croire « que ». Je crois en Dieu, je crois que deux droites parallèles se rejoignent à l'infini. Point !
Toutes vérité scientifique l'est à partir du moment où elle peut être infirmée sans l'avoir déjà été. Pour plus de détails, référez-vous à monsieur Karl Popper et sa théorie ad hoc.
A partir du moment où une vérité ne peut pas être infirmée, elle devient dogme. La présence réelle est un dogme, la théorie de la relativité une connaissance.
Monsieur Vincent Reynouard a émis de sérieux doutes sur l'existence des chambres à gaz dans les camps de concentration. Il a trouvé, paraît-il, des éléments qui réfutent cette connaissance. Eh bien, en vertu d'une loi qui interdit de réviser des faits historiques, monsieur Vincent Reynouard a été condamné à deux ans de prison ferme. Et dans la foulée il a perdu son emploi !
De deux choses l'une : ou bien monsieur Reynouard raconte des billevesées et on passe outre en lui opposant un silence méprisant et glacial. Le genre d'attitude que tout homme sensé aurait en présence d'un demeuré qui voudrait lui démontrer que la terre est plate. Ou bien monsieur Reynouard explore des pistes qui ne l'étaient pas et il mérite que l'on prenne ses thèses en considération. Que risque-t-on à défendre la vérité ?
Seulement voilà, il y a une loi qui défend cela. C'est une loi comparable aux édits qui autrefois envoyaient au bûcher quiconque remettait en cause une vérité métaphysique, un dogme de l'Eglise catholique. C'était comme ça. Mais en ce qui nous concerne, il y va de faits historiques et d'une interrogation : y-a-t-il eu, oui ou non, des chambres à gaz dans des camps de concentration ? Si les tenants du « oui » sont persuadés de la justesse de leurs arguments, pourquoi interdire, pourquoi emprisonner, pourquoi vouloir faire des partisans d'une ineptie, des martyrs et courir le risque que le bon peuple se demande : que veut-on nous cacher avec tout cet attirail de lois contraignantes ?
Le tribunal correctionnel qui a condamné monsieur Reynouard a eu la main tellement lourde qu'il en a oublié de respecter la loi : alors que la peine maximale pour ce type de délit est de un an de prison, il a prononcé à son encontre deux ans ! Le parquet lui-même a donc fait appel. Des juges qui ne connaissent pas la loi emprisonnent un monsieur qui, d'après eux, ne connaîtrait pas l'histoire. Confondant …
Ne nous faisons cependant pas d'illusions, monsieur Vincent Reynouard en appel encaissera du maximum légal. Il fait mauvais de nos jours, de douter de ce qui ne peut l'être. Certains parlent de « religion shoatique », nous n'irons pas jusque là, étant entendu qu'en ce qui nous concerne, nous croyons à l'existence des chambres à gaz. A mort même !

Nous sommes aujourd'hui le samedi vingt-et-un février de l'an deux mille quinze de l'an du Seigneur, et fêtons Sainte Irène qui mourut en 379 a.D. Vierge, mais pas martyre.

Ungern

dieu.png

19/02/2015

L'athéisme militant à la française

Extra-terrestres cochons sodomites

Laïcards

Depuis 1905, la France est officiellement un pays athée. Quand la loi de séparation des églises et de l'Etat fut votée, elle s'accompagna de la confiscation des biens de l'Eglise catholique. Cela donna lieu dans la troupe à des mouvements de refus d'obéissance, symbolisés par le fusil tenu crosse en l'air. Des prêtres furent emprisonnés, des ordres se retirèrent du pays pour se réfugier à l'étranger, un vent mauvais soufflait sur tout ce qui était croyant. Il fallut, en 1914, se rabibocher quelque peu, la guerre devait de réunir les Français, et après, bon an mal an, la cohabitation s'installa.
Depuis que Hollande est président, c'est le déferlement de haine anticatholique chaque jour davantage. Souvenez-vous de son ministre, le juif Vincent Peillon qui, le plus sérieusement du monde, déclarait : il n'y pas de liberté possible tant avec la religion catholique. Et, plus loin : la Révolution n'est pas terminée. Pour ce monsieur, dont les enfants portent des prénoms on ne peut plus bibliques, il faut en finir avec les cathos. Dont acte !
Aujourd'hui, en février deux-mille quinze, depuis le début de l'année on compte quarante-cinq profanations de lieux de culte catholiques. Vous en avez entendu parler ? Vous avez vu un ministre se déplacer en personne et fulminer contre les lâches qui se permettent pareils actes odieux etc … ? Bien sûr que non ! Il a fallu que cinq demeurés saccagent un cimetière juif pour qu'hier, face à une profanation de cimetière catholique, le gouvernement réagisse. Dès qu'un juif est chatouillé, le président Hollande interrompt son repas et file le réconforter. C'est l'égalité michele_delaunay-300x156.jpgrépublicaine … mais pour madame Michèle Delaunay (photo), les
cimetières catholiques, cela n'existe pas. Il n'y a que des cimetières républicains. Vous l'avez vue sa face de rat, à cette meuf ? Elle est médecin paraît-il, ce qui ne l'empêche pas d'avoir le cerveau vérolé ! En Savoie, de petits élus écolos réclament la suppression pure et simple d'une statue de la Vierge sur les rives du lac Léman. Insulte à la laïcité, disent-ils. Nous avons les noms et les adresses de ces gogos, si vous voulez leur dire quelque chose d'un peu … faites-le nous savoir.
Dernière en date, la protestation d'autre élus (encore écolos) de Rambouillet parce qu'une toile représentant le Christ est bien visible dans un bâtiment public. La toile date de 1788 et est signée Charles Thévenin, c'est aussi un œuvre d'art. . Encore une insulte à la laïcité !
La loi Macron, elle, n'est pas laïque, elle est libérale, elle consacre des jours de fêtes musulmanes. Ce qu'on fait aux uns, on le refuse aux autres.
La laïcité en France, c'est un concept vague, purement français, ignoré partout ailleurs dans le monde. En fait, c'est une politique essentiellement anticatholique et athéiste militante. Il faut remonter jusqu'à l'Union Soviétique avant la deuxième guerre mondiale 1 pour trouver une comparaison valable. En Corée du Nord, le saviez-vous ? les cultes religieux sont reconnus et représentés au sein du pouvoir, c'est curieux, mais c'est comme ça. En France ils sont officiellement humiliés, insultés et invités à dégager au plus vite. Bref, à moins d'être juif, il ne fait pas bon croire pour les suppôts de Satan qui nous gouverne.
Tout ce qui précède n'est pas grave, comme je l'ai déjà écrit, nous pouvons perdre des batailles, la guerre nous la gagnerons. Quand le Bien affronte le Mal, il peut donner l'impression de flancher, de donner de la gîte, de se courber, mais au plan éternel, le Bien toujours casse la nuque du Malin et l'envoie dans la géhenne pâtir de tourments éternels. Et même le Seigneur n'aura pas pitié de ces âmes damnées.

Ungern

SDC10865.JPG

1 Face à l'invasion nazie, Staline qui persécutait tant et plus toutes les religions, renoua avec les orthodoxes. Il leur demanda de soutenir la guerre qui devint, non plus la défense de la patrie du socialisme, mais « la grande guerre patriotique ». Après la victoire, l'URSS reconnût le culte orthodoxe et, tout en le surveillant, lui laissa quelques coudées franches.