16/09/2014

Sarkozy s'assure le soutien du lobby juif

Habib, Netanyahu et Sarkozy

Meyer Habib, Nicolas Sarkozy et leur patron

 

Nicolas Sarkozy prépare son retour et, pour cela, il y a un rendez-vous incontournable ; celui de la communauté (très bien) organisée.
Il a donc assisté pieusement à la dernière pièce de Bernard-Henry Levy, son complice dans l'éradication de la Libye et l'assassinat de Khadafi. Nous ne vous dirons rien de la pièce dont le titre est : Hôtel-Europe, elle ne nous intéresse pas. Bien sûr, l'ex-président est toujours copain comme cochon d'Isra-Heil ! , accompagné de sa quadragénaire mais pétulante épouse, Carla Bruni-Tedeschi, il a fait un éloge appuyé de l'opus du personnage. C'est très bon, a-t-il dit avant de s'esquiver.
Levy, lui en retour, a salué l'ex-président : une bonne chose pour la démocratie, qu'il revienne, a-t-il martelé devant les caméras. Dit de la bouche d'un pareil, monsieur, cela conforte nos suspicions les plus lourdes sur le bien-fondé de cette démocratie qu'il illustre.
Ensuite, dès le lendemain, Nicolas s'est attaqué au gros et gras morceau : Meyer Habib en personne, député israélien à l'Assemblée Nationale, représentant des colons ultra casher de Cisjordanie. Sarkozy lui a récité son credo et le gros Meyer est satisfait. En français (il ne parle pas hébreu) il a déclaré que le président Sarkozy est l'ami d'Israël, de tous les juifs et même des non-juifs. Ouf ! Nous voilà rassuré.

FvD

 

 

09:47 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, nicolas sarkozy, lobby juif, israel, international |  Facebook |

11/09/2014

Femen débridées

FEMEN.jpg

 

Une femme peut rentrer à moitié nue dans une église, le corps barbouillé de slogans injurieux à l'égard de l'institution religieuse ; en plus d'une exhibition hystérique faite de gestes obscènes et de poses qui ne le sont pas moins, elle peut dégrader (mais légèrement seulement !) des objets du culte, elle ne commet, ce faisant, aucun acte répréhensible aux yeux du droit pénal. Par conséquent, elle sera relaxée, comme le furent, hier, les Femen au Tribunal correctionnel de Paris . Ce dernier a estimé qu'on ne pouvait avec certitude leur imputer les dégradations reprochées. Merci, messieurs les juges. Les vigiles, au contraire, qui auraient mis un peu trop d'empressement à faire cesser ce scandale écopent, eux, de peines d'amendes, mais avec sursis.
Le Parquet fera appel.
En fait, dans notre république libertaire et de plus en plus libertine, les juges n'ont pas voulu, ou osé, sanctionner ce qui aurait pu être qualifié de « blasphème », l'opinion eut été courroucée ; après tout, les Français ont fait la Révolution, non ? Et puis, ce blasphème est inconnu dans notre droit. Insultez la religion, les enfants, ce n'est pas défendu c'est donc permis !
Courageuses, ces Femen. On aimerait qu'elles fassent leur numéro dans une mosquée, un vendredi. Ce n'est pas au débonnaire Tribunal correctionnel que l'affaire se terminera, mais en Cour d'Assises, et sans les Femen en personne mais dans le dossier seulement et conjuguées au passé. Et pourquoi elles n'iraient pas dans des pays « hard », comme l'Arabie saoudite où leurs consoeurs ne peuvent même pas conduire une voiture, ni voyager sans l'escorte de leur mari ou père ? Pareil commando leur conférerait un titre de gloire mondial ?
Mais non, c'est plus facile de s'en prendre à un pays fatigué, usé, désabusé, sans repères sinon cette propension mortifère à vouloir sans cesse se dégrader. A ce petit jeu, nous sommes, nous Français champions toutes catégories.
Je m'en prends encore aux femmes, diront certaines. Mais non, chères, il y en a un autre, qui vaut bien ces vulgaires délurées. C'est ce monsieur Thomas Thévenoud qui sous-ministre démissionné express, entend bien récupérer son siège de député. Il oublie de payer ses impôts parce qu'il souffre à l'égard de l'administration d'une pathologique phobie, nous dit-il sans rire. Et puis, après tout, il a été élu pour cinq ans et compte bien le rester. On peut comprendre son obstination, la place est bonne et par les temps qui courent, rudement bien chauffée. N'invoquez pas la vertu devant ce monsieur, il ne sait pas ce que c'est, l'honneur encore moins, la décence itou. Curieux … même le loup dans le poulailler en sort, sa faim apaisée. Mais l'homme ne connaît pas las satiété, il se gave à en crever.Nous ne le souhaiterons pas à ce monsieur. Charité chrétienne oblige.

FvD

10/09/2014

Quand Sarközy sort son Colt

Sarközy.jpg

Non, ce n'est pas un chef mafieux (pas encore prouvé)

 

Le voilà qui pousse le bout de son nez et sort son Colt. Il vise la présidence de l'UMP et, après, celle de la république (avec un petit « r »), c'est Sarközy (orthographe garantie) vieille crapule sur le retour, qui se croit investit d'une mission messianique. Qu'il rêve !
Vous me direz qu'à côté du débris qui se pavane sous les lambris de l'Elysée, n'importe qui ferait l'affaire et vous aurez raison. A ce compte là, élisez moi, je ne ferai pas pire et ne répudierai pas ma femme, promis !
Notre pays n'a pas besoin de Sarközy, ni de Juppé, ni de Fillon, Marine Le Pen ou le fantôme du Général, il n'a besoin que d'une chose : la vertu !
Et cette dernière est aux abonnés absents.
Voyez le dernier épisode de ce député, ex-sous-ministre amnésique. Il paie pas ses impôts et? aux dernières nouvelles, ses loyers non plus, se fait virer aussi sec par son premier ministre, du parti socialiste ensuite, et déclare, tout honte bue, qu'il reprendra, comme si de rien n'était, son siège de député. Il y en a qui pour qui la gêne est un continent à découvrir.
Sarközy, tenez. Voilà un homme qui est poursuivi par une kyrielle de juges d'instruction, qui peut donc se retrouver demain devant un tribunal correctionnel, mettant en exergue douteuse sa personne et son parti. Vous croyez qu'il va réfléchir, attendre que son horizon judiciaire soit dégagé, s'il l'est un jour ? Non ! Il fonce, se dit qu'après tout il n' a plus grand chose à perdre et peut-être pas mal à gagner. Il est animé d'une obsessionnelle vanité personnelle, à moins qu'il ne se dépêche d'être élu pour jouir de l'immunité ? Comme motivation, il y a mieux et plus altruiste.
Feriez-vous confiance à un homme qui déclarait cyniquement faire de la politique pour gagner de l'argent ? C'était en 2006. L'homme n'a pas changé. Toujours l'esbroufe, la vanité vulgaire, les mêmes mensonges, les mêmes pôles d'intérêts qui ne sont pas forcément ceux de la France.
Demandez à tous ces gens ce qu'est la vertu, ils vous sortiront peut-être quelques tirades apprises par cœur, certains d'entre eux savent lire, n'en déplaise à madame Morano, et puis s'esclafferont grassement sur ces vestiges du passé, loin des temps présents qui sont ceux du progrès et de l'humanisme triomphant. La vertu, pour eux, c'est tout juste un truc pour nonnes et moines rétrogrades, le tout pimenté de philosophes grecs déjantés. A la vertu, ils opposent l'efficacité, tant il est vrai que tout est bon pour leur réussite.
Ils rejoignent ainsi les tenants d'une moralité sur mesure : est bon ce qui est bon pour moi !
Et qui ajoutent, la main sur le cœur : ma réussite sera la vôtre. Votre intérêt est d'abord le mien.
Après ça, vous comprendrez que seule s'impose une radicale remise en place des choses et des gens : une révolution !

FvD

 

 

08:37 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, ump, ps, france |  Facebook |