01/09/2012

Hollande chute face au système ultra-libéral

pavé rose.gif

Pavé rose

 

Disons les choses sans faux-fuyants, l'équipe Hollande, Ayrault a du plomb dans l'aile et se prend les pieds dans le tapis de l'euro-mondialisme. C'était prévisible, pas de quoi crier au scoop !
Et le président de perdre des points dans les sondages, ce qui le fait sortir de sa réserve, se montrer partout, multiplier les déclarations et jouer à l'hyper président, comme l'autre, vous savez lequel... comme si cela allait changer quelque chose.
Monsieur Hollande nous dit aujourd'hui que la crise est « exceptionnellement grave », nous ne le savions pas, comme si personne ne l'avait deviné avant.
Elle est grave cette crise, certes, mais c'est la crise du système, ce système qui veut que la régulation soit reléguée aux oubliettes, que le marché se dirige tout seul, et que le meilleur l'emporte sans arbitre pour le respect de règles qui, si elles existent, ne sont pas suivies.
Par conséquent, messieurs Hollande et consorts ne pourront rien amender si le système ne change pas.
Et il n'est pas prêt de s'effacer. Déjà qu'aux États-Unis, les adversaires d'Obama préconisent l'ultra-libéral toute, que Cameron en Grande-Bretagne veut en remettre une couche, que l'Espagne se couche, elle, sans vergogne devant les chantres du libéralisme, bref, ce ne sont pas les socialistes français, qui courtisent en ce moment leur patronat, qui vont changer le cap, non pas de l'Histoire, elle n'a rien à voir là dedans, mais des affaires qui, elles, continuent, et la misère avec.
Alors, une solution à la Mélanchon, Grand Soir et Lutte Finale ?
Rêvez pas... Mélanchon parle, parle, parle... mais en substance il ne menace pas le système, il dit qu'il va l'amender, discuter à « Bruxelles », « mettre les banquiers au pas »... paroles que tout cela, le système est plus fort que Mélanchon, plus fort qu'Hollande, il jouit d'une force formidable, celle de l'inertie. Nous savons tous que rien n'est plus difficile à corriger que les vieilles habitudes, celles qui nous sont familières. L'inconnu nous fait toujours peur.
En finir avec le système, c'est d'abord changer nos habitudes. En finir avec cette frénésie de la consommation, cette dépendance à ce que nous dicte le mercantilisme ambiant, c'est chercher autre chose que l'aisance bourgeoise, c'est s'affirmer ailleurs que dans ces domaines que nous chantent les publicitaires.
Bref, l'opposé de ce que nous vantent les thuriféraires du système.
Retrouver notre identité, pour nous d'abord et pour l'autre ensuite, afin qu'il nous reconnaisse.
C'est affirmer notre force, non pas agressive, mais morale.
C'est nous faire respecter. Nous ne sommes pas des choses qui consomment, mais des hommes et des femmes qui pensent et qui sont conscients de leur destin.
Hommes, femmes, choses ?
C'est facile de se laisser dicter un destin, de passer sa vie, les yeux bandés à se faire reconnaître le chemin qu'un autre trace.
Solution pour les lâches, les faibles, les pusillanimes, ce que nous sommes sans doute tous devenus.
Est-il encore temps de changer ?

09:53 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frandce, hollande, ayrault, sondages, socialisme, ultra libéralisme, europe |  Facebook |

22/04/2012

Et après l'élection ?

democracy.jpg

 

Le Canard Enchaîné, sous le titre « Le SOS de Sarkozy à ses électeurs : vous cassez pas, pôv's cons ! » nous présente une caricature de deux traders ; le premier dit à l'autre : si c'est Hollande on attaque, et ce dernier de répondre : et si c'est Sarko ? Pareil ! lui dit le premier.

C'est tout à fait juste et illustre parfaitement les lendemains d'une victoire de l'un ou l'autre candidat pour lesquels la finance n'a pas d'état d'âme, mais alors pas dut tout !

Donc, demain on ne rasera pas gratis, on devra même creuser des tranchées car, avec ce qui va nous tomber dessus, nous vous souhaitons bien du plaisir.

Sur le plan politique, en France on ne chômera pas non plus. La défaite de Sarkozy verra l'implosion de l'UMP. Monsieur Jacques Attali le prédit, ce en quoi il ne se montre guère original, il ne faut pas être Cassandre pour deviner qu'après la défaite de l'Omniscient la nuit des longs couteaux est au programme. Juppé, Fillon, Copé et leurs sicaires affûtent leurs armes, il y a déjà dans les contre-allées du pouvoir des cadavres qui sentent mauvais.

Si c'est une défaite socialiste, improbable, mais allez donc savoir ? ce sera la Bérézina à Solférino, un PS qui explosera de partout et Mélanchon, pataud et rusé à la fois, qui tirera les marrons du feu, ce qui ne serait pas étonnant comme fin pour cette gauche, la plus bête du monde.

La gueule de bois passée, les Français vont se retrouver, nouveau président ou pas, devant leurs problèmes, et tant qu'il ne comprendront pas que leur destin, c'est à eux de s'en occuper personnellement et de descendre dans la rue, violemment s'il le faut, pour imposer leurs droits et leur volonté à des forces qui les bravent impunément, rien ne sera réglé.

Le temps est à la révolution, c'est-à-dire au retour à un ordre nouveau dans la forme, ancien dans le fond !
Il n'y a rien de nouveau sous le soleil !