27/08/2015

Migrants : la riposte hongroise

La Hongrie vient de construire un mur et s'apprête à envoyer l'armée renforcer les forces de police. Elle compte inclure dans son arsenal pénal un délit d'entrée illégale sur le territoire hongrois. La Hongrie se défend, ne tergiverse pas et prend des dispositions claires et dures. Rien à voir avec ces émasculés de l'Union Européenne qui vont se réunir à Bruxelles pour discuter de l'afflux de migrants qu'ils voudraient nous voir qualifier de réfugiés. C'est le quinze octobre que ces messieurs-dames de Bruxelles se réuniront. Ils ont le temps.
Rien à voir non plus avec les bégaiements ou les silences de nos dirigeants français qui préfèrent nous entretenir de date de préemption des yaourts ou de l'apprentissage de l'agriculture en maternelle, à Paris.
Résumons : l'Allemagne s'attend à recevoir huit-cent mille migrants cette année. Vous avez bien lu : 800,000. Dans le reste de l'Europe, comptez plus d'un million. Ces chiffres valent pour 2015. Attendez-vous au double, au moins, l'an prochain. Seuls dix pour cent de ces gens peuvent être considérés comme réfugiés fuyant la guerre. On pourrait, en faisant un effort les recevoir provisoirement. Les autres, on en fait quoi ? En France, seul un pour cent des déboutés du statut de réfugié sont reconduits à la frontière. Les autres végètent chez nous. C'est pas bon pour eux. Cela ne vaut rien pour nous.
Ce qu'il nous faut faire, c'est rétablir des conditions de paix et de sécurité en Syrie, en Irak, en Libye. Pourquoi avoir renversé un Khadafi qui était le gardien de la frontière sud de l'Europe ? Demandez à Sarkozy et son Levy, Bernard-Henri ! Pourquoi s'obstiner à vouloir « neutraliser » Bachar El Assad qui, en Syrie, contenait d'une main de fer les islamistes ? Demandez à qui vous voulez mais surtout aux Israéliens pour qui plus les Arabes s’entre tuent, mieux vivra Israël.
Pour rétablir ces conditions de sécurité nous devons retourner en Libye, y déployer des troupes et mettre au pouvoir, avec tous les moyens pour l'exercer, un gouvernement qui mettra de l'ordre dans la chienlit actuelle. De même en Syrie, en Tunisie, en Egypte. Si l'Europe ne maîtrise pas sa frontière sud, elle est fichue.
Quant à ces gens qui débarquent chez nous, il faut les renvoyer de là où ils viennent. Pas de pitié, ce n'est pas le moment, charité bien ordonnée commence par soi-même. Les Australiens arrêtaient les bateaux de migrants et les escortaient hors des eaux territoriales.
No way, qu'ils disaient. Pas question ! Depuis, le problème est réglé.
Pouvons-nous le faire, et, surtout ! Voulons-nous le faire ? Rien n'est moins sûr.
Certes, des mouvement populaires vont dans le sens préconisé plus haut. En Suède, par exemple, mais aussi en Allemagne où des populations excédées huent la chancelière Merkel. Ce ne sont pas des néo-nazis, ni même des éléments d'extrême-droite, mais de simples gens qui pensent d'abord à leur futur. Ce n'est peut-être pas très altruiste, pas très chrétien, mais la charité ne s'exerce pas dans la contrainte. Et défendre son pays et son identité n'est pas un crime, encore moins un péché.
A nous de nous positionner, après tout, nous sommes responsables de nos actes et même de nos abstentions. Les peuples peuvent se suicider, voyez l'Empire romain d'occident …
Il s'est écroulé, cet Empire, mais au bout de toutes les violences et la paix ne fut même pas au rendez-vous.
Ungern
Les hommes ne vivent généralement qu’au rez-de-chaussée de leur âme. (Gomez-Davila)

THIS IS SPARTA 1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

29/07/2015

Israël autorise le racisme religieux

C'est un journal belge, « La Libre Belgique » qui donne l'information : les rabbins qui justifient le meurtre de non-juifs ne seront pas poursuivis pour incitation à la haine, violence, discrimination raciale etc... L'article est titré : Le racisme religieux autorisé en Israël.
C'est que le procureur général de l’État d'Israël a renoncé à toutes poursuites de cette nature contre les rabbins Yitzhak Shapira et Yossef Elitzur qui ont écrit un traité « Torath Hamelek » (La Torah du Roi) qui justifie, dans certaines circonstances, le meurtre de non-juifs, le magistrat estime qu'il n'y a pas de preuve que cet ouvrage ait été écrit dans le but d'inciter au meurtre, il y a donc absence d'intention criminelle.
Les défenseurs des droits de l'homme, les gens honnêtes (il y en a en Israël aussi...) ne sont pas de cet avis, on les comprend !
Pour le procureur, ce traité est essentiellement religieux, basé sur la loi juive et n'implique pas d'incitation active à la violence. Il n'a pas tout-à-fait tort : la Bible est un ouvrage particulièrement violent, qui contient des passages (les Prophètes notamment) qui présentent l'autre (le non-juif) comme un ennemi à éliminer sans pitié , y compris, disent les textes, « dans sa semence », c'est-à-dire les enfants, lesquels, s'ils grandissent, « porteront préjudice à Israël ». Et c'est précisément ce que justifient les rabbins en question.
Le traité estime aussi que les non-juifs « ne sont pas compatissants par nature » et que les attaquer infléchirait leurs mauvais penchants. Partout où les non-juifs constituent une menace pour les juifs, il est permis de les tuer, concluent-ils.

Si ce n'est pas de la discrimination raciale et de l'incitation à la violence …
Rappelons quand même qu'en Israël, les mariages mixtes entre juifs et non-juifs ne sont pas autorisés. Comme en Afrique du Sud durant l'apartheid.
Tout le rabbinat ne partage pas ce point de vue extrémiste, loin de là ; le judaïsme est, à l'instar de l'islam, une religion sans autorité centrale qui « fige » la croyance et la contrôle, c'est ainsi que des rabbins sur un même texte peuvent faire des exégèses diamétralement opposées.
Sur le chapitre des conversions au judaïsme par exemple, tel rabbin estimera que « les convertis sont au judaïsme ce que le psoriasis est à la peau », un autre, par contre, écrira que les convertis « sont les perles du judaïsme », et ainsi de suite.
Les Arabes d'Israël n'apprécient pas, ils représentent vingt-cinq pour cent de la population, des religieux modérés non plus, quant aux juifs orthodoxes qui ne reconnaissent pas l’État d'Israël, leur position est sans ambiguïté : la patrie des juifs est la Torah et pas une patrie terrestre.
Le défaut de poursuivre tombe à point pour les colons sionistes qui colonisent la Cisjordanie et s'en emparent pour justifier leurs exactions.
N'empêche, certains en Israël se demandent si quelques rabbins ne s'estiment pas au-dessus des lois, et d'anciens grands-rabbins sont indignés par ce traité contraire, selon eux, aux principes fondamentaux de leur religion.
Une requête a été déposée auprès de la Cour Suprême pour annuler la décision du procureur et exiger que des poursuites soient engagées.
A suivre.
Ungern
Le Juif est essentiellement monomaniaque: dominer le "goy" l'obsède et constitue la maladie du judaïsme, devenue endémique puisque consacrée par tant de siècles de vie séparée.  (Heny Ford)
israel,moyen-orient,judaïsme,colonies juives,torah,racisme religieux en israel

 

L'article en question est à lire : http://www.lalibre.be/actu/international/article/740676/le-racisme-religieux-autorise-en-israel.html
Le racisme religieux autorisé en Israël, Renée-Anne Gutter, correspondante à Jérusalem

12/07/2015

"L'ignoble" position de François Hollande sur Gaza

 

Gaza2. jpg.jpg

 

Le professeur Oberlin est un chirurgien qui est parti plusieurs fois à Gaza soigner les victimes des bombardements sionistes. Dans Arrêt sur info 1 il qualifie la position de François Hollande sur ces attaques meurtrières « d'ignoble » et nous lui donnons raison ! Ignoble, Hollande François, l'est, mais pas seulement lui, les autres aussi ! Nicolas Sarkozy et toute la classe politique française dans son ensemble, tous, y compris Marine Le Pen qui, une fois de plus a fait allégeance au lobby juif en allant présenter ses respects à ce curieux « Parlement juif européen » 2 à Bruxelles. Elle en a profité pour fustiger ceux qui, comme votre serviteur, boycottent l’État sioniste et tiennent des propos judéo-critiques.Pour le professeur Oberlin, la volonté d'Israël, en bombardant pour un oui ou un non Gaza, est de tuer le plus de civils palestiniens possible. Lisez son interview dont lien infra, vous serez édifié, d'autant plus qu'il n'est pas le seul médecin à accuser l’État sioniste de génocide prémédité sur le peuple palestinien, habitant légitime de terres volées par des gens venus de Brooklyn, Varsovie, Rabat ou Anvers.
L'ennemi de la paix dans le monde, ce n'est pas le juif raciste de Tel-Aviv ou Eilat, ce sont les lobby juif présents et extrêmement actifs un peu partout. Ce sont eux qui agitent ad nauseam le spectre de l'antisémitisme, du retour de « temps révolus », qui poussent des cris d'orfraies dès que le mot « juif » est prononcé ou écrit et qui n'hésitent pas multiplier les mises en scène pour faire croire à une « montée de l'antisémitisme ». On ne compte plus les rabbins qui bidouillent un commencement d'attentat pour se dégonfler et cracher le morceau devant des flics goguenards. Peine pas perdue pour autant, durant deux ou trois jours la presse a titré sur cette « recrudescence de l'antisémitisme » (OMG!) et s'est tue dès que la mise en scène juive fut avérée. Des types louches comme Hollande, Valls et Cazeneuve y vont de leur laïus sur la fermeté à opposer sans laxisme aucun à toute forme d'antisémitisme et patati et patata. Ces loustics, les juifs les paient combien ?
Les ennemis de la paix au moyen-orient, sont ces juifs qui, parmi nous, désinforment et terrorisent dès que l'on ose leur clouer le bec. Les montrer du doigt en dénonçant leurs turpitudes, c'est cependant œuvrer pour la paix et la justice.
Mais la paix et la justice ne font pas partie du vocabulaire de ces gens là. Le racialisme, l'élitisme racial, le mépris de tout ce qui n'est pas eux, voilà leur credo. Ils n'ont que faire de la vérité, couvrir leurs crimes est leur raison de vivre.
Paraphrasons Julius Evola et posons-nous la question : jusqu'à quel point est-on capable de vivre dans un monde où il n'y a plus ni sens, ni vérité, ni but, ni loi, ni justice, ni causalité ?
Ungern
Est digne du nom d’homme, celui qui en a lui-même sa propre conception. (Julius Evola)
ME NE FREGO 1.jpg

 

1 http://arretsurinfo.ch/le-professeur-oberlin-la-position-de-hollande-vis-a-vis-des-palestiniens-est-ignoble/

2 Imaginez le tollé s'il y avait un « Parlement musulman européen »