free hit counter

10/02/2016

Vincent Reynouard à l'aune d'un protocole

 

Monsieur Vincent Reynouard (photo), vient d’être condamné à deux ans de prison par la Cour d’Appel de je ne sais plus où exactement. Après tout, Vincent Reynouard s’en fout, il n’était pas à l’audience, moi non plus. Il a déjà perdu son travail, sa réputation, sa famille, c’est un homme tout-à-fait libre désormais qui pourra continuer à titiller son monde et surtout un certain monde avec ses opinons négationnistes.
Ce qui me frappe dans les « lois mémorielles », c’est leur caractère sélectif. Si Vincent Reynouard avait émis des réserves sur le massacre (génocide) des Arméniens par les Turcs, il pouvait le faire en toute quiétude, aucune loi ne réprime la négation de ce génocide reconnu pourtant par le parlement français. Les parlementaires ne sont pas des historiens, tout le monde le sait, ce sont tout juste des parlementaires, pas vraiment une référence en la matière, mais bon, c’est comme ça, allez trouver de la logique dans ce bas monde …. Et puis il y a des affinités sélectives aussi. Les Arméniens en ont moins que d’autres, curieux …
Les opinions de Vincent Reynouard sont totalement déjantées, soit ! Dès lors, il est aisé à n’importe quel historien, fut-il amateur, de les balayer d’une chiquenaude. Eh bien, non ! Plutôt que de l’ignorer et de le laisser divaguer dans son coin, on l’emprisonne, on le ruine et on l’accule au suicide tout court après avoir organisé son assassinat social. Et, cerise, sur le gâteau, ses comptes en banque ont été bloqués, sans doute dans le cadre d’une procédure conservatoire. C’est beaucoup de bruit et de fureur et une sacrée publicité pour un individu qui raconte des billevesées. Bizarre, quand même …
Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es. La France est la grande copine du Qatar, une monarchie absolue qui achète à tour de bras tout ce qui est à vendre et même ce qui ne l’est pas. Théocratique, elle se ménage l’ire des fondamentalistes en les finançant en sous-main. Esclavagiste, elle soumet les travailleurs immigrés d’Asie à des conditions de travail effroyables, notamment sur le chantier du stade qui verra le prochain « mondial » du foot. Elle promène deux ou trois avions de chasse au-dessus de la Syrie, histoire de bien se faire voir des Occidentaux qu’elle sodomise sans retenue dès qu’ils baissent la garde. Monsieur François Hollande est l’un de ses gitons favoris. C’est dire …
L’Arabie Saoudite : inutile de présenter cette monarchie où les femmes ne peuvent pas conduire en voiture. Cette tribu (les Saoud) qui possède un Etat, encaisse de la main droite les dividendes du pétrole et, de la gauche finance le fondamentalisme musulman le plus rétrograde. Monsieur François Hollande, à la suite de M. Nicolas Sarkozy, s’incline fort bas devant Sa Majesté, fait des ronds de jambe et se réjouit de l’excellence des relations de confiance et d’amitié réciproques et patati et patata. En 1935, le père Saoud n’avait que des chèvres et des chamelles dans son harem …
Ce charmant pays vient de compter sa trente et unième décapitation depuis le début de l’année. Ce n’est pas que la peine de mort soit une si mauvaise chose, mais le mieux est l’ennemi du bien, n’est-il pas ?
Et, last but not least, comme on dit en hébreux, Israël, auquel « l’humanité entière a une dette « (N. Sarkozy). Cette entité sioniste en Palestine dont les violations des droits de l’homme, comme on dit à l’ONU, ne se comptent plus a un Netanyahou à sa tête qui se permet de donner des leçons au monde entier. Ne s’est – il pas rendu au Congrès de Washington, invité des Républicains, pour tenter de torpiller les négociations irano-américaines sur le nucléaire ? C’est ce qu »on appelle de l’ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat souverain. Fureur d’Obama. Netanyahou s’en fout, pour lui, les nations ne sont respectables que dans la mesure où elles font allégeance à Israël. Ça, c’est pour les États-uniens d’Amérique, en France c’est à un niveau nettement inférieur que cela se déroule. Un producteur de fruits et légume de Lodève (Herault) en solidarité avec les paysans palestiniens affichait sur son étal du marché une banderole appelant au boycott d’Israël et réclamant justice pour les Palestiniens. Résultat : intervention de la police, puis de la gendarmerie.
L’Ambassade Kommandantur d’Israël aurait téléphoné au sous-préfet pour faire part de son mécontentement.
Vous avez lu Le Protocole des sages de Sion  ? Le problème n’est pas qu’il soit faux mais que son synopsis se déroule en direct sous nos yeux.
Comme quoi …

 

Ungern

20/09/2014

La France en Irak, et alors ?

 

Un avion Rafale ravitaillé en vol lors d'une mission au-dessus de l'Irak.

L'Etat islamique du Levant n'a qu à bien se tenir, voici la France qui s'amène en Irak sur le théâtre des opérations et, avec elle, ça va être du sérieux et du lourd, c'est François Hollande qui l'a dit..
Et, lors de sa dernière conférence de presse, il a bien insisté : nous faisons la guerre chez eux pour qu'ils ne nous la fassent pas chez nous.
Sauf que, justement, la guerre à eux, chez nous, il faudrait la faire et vite. Il y a dans cette république des zones hors la loi où pompiers et ambulances doivent être escortés par des compagnies de CRS pour y opérer en sécurité, des trafic de drogues qui financent un islamisme radical présent à tous les niveaux, des centres de recrutement pour le djihad et ainsi de suite. C'est ce vivier qui a donné naissance à un Mehrad et un Nemmouche, le tueur du musée juif de Bruxelles. Ce ne sont pas des isolés, d'autres surgiront qui n'attendent qu'un ordre ou une pulsion pour passer à l'acte. Alors, deux Rafale qui en Irak font un petit tour et puis s'en vont, cela rime à quoi ? A rien, tout juste de l'exhibition médiatique et diplomatique. Remettre les banlieues dans la légalité, voilà notre premier devoir.

Quant à l'Etat islamique et son armée, que faire face à des gens fanatisés qui sont prêts à mourir pour leurs convictions ? Pas grand-chose. Un tombe, dix se lèvent, la puissance des bombes n'est rien face à celle de la foi, fut-elle dévoyée.
Alors ?
Quand un malade se meurt du cancer, il importe avant tout d'attaquer la tumeur qui envoie des métastases dans tout le corps. Ce cancer a un nom : Israël. Depuis la création de cette entité sioniste en terre palestinienne, c'est le chaos et la guerre qu'entretiennent cyniquement les autorités de cet « Etat-juif » pour lequel l'insécurité dans la région est la condition de sa propre survie, tant il sait que la paix est sa fin. Il faut que nous cessions de lui apporter une aide qui se retournera invariablement contre nous. Il faut en finir avec ce soutien inconditionnel à ces juifs fanatiques que sont les sionistes. Ils veulent la guerre, qu'ils la fassent, mais seuls et qu'ils en pâtissent ! Israël éradiqué, c'est une chance pour la paix.
Mais il n'y a pas qu'Israël. Toutes ces monarchies corrompues qui se vautrent dans le luxe de leurs pétro-dollars et imposent à leur peuple et immigrés un islam wahhabite rétrograde et fanatique, ne survivent que grâce à une manne pétrolière dont nous ne nous soucions absolument pas de la destination. Si nous laissons faire, la révolte populaire, celle des esclaves, se trouvera un Spartacus qui nous fera payer très cher notre indifférence complice.
Et puis il y a l'Iran, dont certains ne soupçonnent même pas l'existence. Ce grand pays à la civilisation millénaire, nous l'avons relégué dans un coin, histoire de complaire à nos amis juifs. Il faut en finir avec cette erreur et reconnaître à l'Iran la place qui est la sienne, celle d'une prestigieuse nation, protectrice des chiites. Ne pas le faire, c'est marquer contre notre camp. Mais à ce petit jeu là, nous sommes familiers.
Ce ne sera pas facile. Les Etasuniens se posent en chiens de garde d'Israël et même si l'opinion américaine, à l'instar de la mondiale, juge avec moins de sympathie l'Etat-juif, le poids du lobby est encore trop puissant pour opérer un retournement de politique. Pour l'instant du moins.
Quant à l'Europe, servante de Washington, inutile dans l'état actuel des choses d'espérer quoi que ce soit qui déplaise à Tel-Aviv ou Ryad. Par conséquent, il ne lui reste plus qu'à assumer la responsabilité de son inaction et de ses petites excursions symboliques dans le ciel irakien.
Faudrait-il donc que la guerre ils la fassent chez nous pour que nous y voyions clair ?
Pas évident. Il y en a qui ne veulent pas voir et encore moins combattre.

FvD

16/09/2014

Sarkozy s'assure le soutien du lobby juif

Habib, Netanyahu et Sarkozy

Meyer Habib, Nicolas Sarkozy et leur patron

 

Nicolas Sarkozy prépare son retour et, pour cela, il y a un rendez-vous incontournable ; celui de la communauté (très bien) organisée.
Il a donc assisté pieusement à la dernière pièce de Bernard-Henry Levy, son complice dans l'éradication de la Libye et l'assassinat de Khadafi. Nous ne vous dirons rien de la pièce dont le titre est : Hôtel-Europe, elle ne nous intéresse pas. Bien sûr, l'ex-président est toujours copain comme cochon d'Isra-Heil ! , accompagné de sa quadragénaire mais pétulante épouse, Carla Bruni-Tedeschi, il a fait un éloge appuyé de l'opus du personnage. C'est très bon, a-t-il dit avant de s'esquiver.
Levy, lui en retour, a salué l'ex-président : une bonne chose pour la démocratie, qu'il revienne, a-t-il martelé devant les caméras. Dit de la bouche d'un pareil, monsieur, cela conforte nos suspicions les plus lourdes sur le bien-fondé de cette démocratie qu'il illustre.
Ensuite, dès le lendemain, Nicolas s'est attaqué au gros et gras morceau : Meyer Habib en personne, député israélien à l'Assemblée Nationale, représentant des colons ultra casher de Cisjordanie. Sarkozy lui a récité son credo et le gros Meyer est satisfait. En français (il ne parle pas hébreu) il a déclaré que le président Sarkozy est l'ami d'Israël, de tous les juifs et même des non-juifs. Ouf ! Nous voilà rassuré.

FvD