18/10/2014

Trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende requis contre Alain Soral

Trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende ont été requis vendredi à l'encontre de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, accusé d'incitation à "la haine, la discrimination ou la violence" à l'égard du journaliste Frédéric Haziza et de la communauté juive. "On est ici dans l'appel à la haine de l'autre. Et l'autre, c'est M. Haziza et c'est le Juif. On est là au-delà de la liberté d'expression et personne dans notre République ne devrait pouvoir être l'objet de telles attaques", a déclaré la procureur Annabelle Philippe.Dans une vidéo diffusée en décembre 2012 sur Internet, Alain Bonnet, dit Soral, décernait le titre du "con du mois" à Frédéric Haziza, journaliste de la chaîne parlementaire LCP et de radio J, qui avait refusé de le recevoir pour parler de son dernier livre en lui reprochant de "de véhiculer des messages de haine, de violence, de racisme et d'antisémitisme". "Si j'ai refusé de recevoir M. Soral, c'est que j'ai été meurtri par ce qui se trouve dans sa littérature et sur son site", a expliqué à l'audience Frédéric Haziza, se disant victime depuis lors d'un acharnement des "fans" de Soral qui le poursuivent avec "des messages de haine".


"Censeur tribaliste"

Sur son site, Alain Soral avait dépeint Frédéric Haziza comme "un journaliste issu de la communauté dont on n'a pas le droit de parler qui occupe... oui, c'est le mot... il s'agit d'occupation... à peu près la totalité de la super structure idéologique de la France" et qui fait "un boulot de censeur tribaliste". "J'en ai plus que marre que des gens qui représentent moins de 1 % de la population française et qui tiennent à peu près toutes les places de décision crachent à la gueule des Français comme moi", avait-il ajouté en dénonçant "une arrogance, une domination et une malhonnêteté communautaire".À la barre, Alain Soral, 56 ans, crâne rasé, blouson de cuir sur un tee-shirt portant l'inscription "Goy" (non-juif) en lettres gothiques, s'est présenté comme une victime "de persécutions d'une communauté organisée". "Je suis menacé à travers des procès, on tente de me faire taire", a-t-il lancé en présentant sa vidéo comme "humoristique". "Expliquez-nous son caractère comique", lui a demandé le président. "C'est de l'ironie, celle qui fait rire dans les spectacles de l'humoriste Dieudonné", a répondu Soral qui a affirmé ne pas viser tous les juifs, mais "la communauté des juifs sionistes communautaires radicalisés".

Un "prédicateur de la haine"

Frédéric Haziza et plusieurs associations dont l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), SOS racisme et la Ligue des droits de l'homme se sont constitués parties civiles. "M. Haziza n'est pas visé en tant que journaliste, mais en tant que juif", a fait valoir son avocate, Me Stéphanie Zaks. "À travers lui, c'est toute la communauté juive qui est ciblée", a ajouté Me Jérémie Boulay pour la Licra. "M. Soral est un prédicateur de la haine qui fait sa propagande sur le dos de M. Haziza", a résumé Me Stéphane Lilti, pour l'Union des organisations juives de France (UOJF).
Les parties civiles ont réclamé le retrait de la vidéo incriminée et la publication du jugement sur le site d'Alain Soral et dans plusieurs journaux. SOS Racisme et la LDH ont en outre demandé chacun 5 000 euros de dommages et intérêts. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 21 novembre.

source: lepoint.fr

09:58 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lobby juif, communautaire, persécutions, alain soral, france |  Facebook |

01/10/2014

Roch Hachana chez les Halter

 

VALLS GRAVOUIN.jpg

La République est laïque, sauf quand elle est juive. A preuve, le Roch Hachana « people » de Marek Halter (un scribouillard …) où le tout Paris qui compte pour Israël et sur lequel ce dernier en fait autant, était convié. Le ministre de l'Intérieur, le sombre constipé du rectum , y était, sans doute en sa qualité de ministre des cultes. Manuel Valls, de même, en compagnie de son égérie. Quelques musulmans judéo compatible complétaient le tableau. Belle brochette casher à déguster rôtie le moment venu, ce qui ne tardera guère.

 

Depuis E&R:

 

C’est devenu l’un des événements les plus courus du Tout-Paris. Comme chaque année, Marek et Clara Halter organisaient un Roch Hachana « people », le 28 septembre au soir dans leur domicile du quartier du Marais à Paris.
Personnalités politiques, écrivains, artistes, journalistes : tous étaient venus célébrer le nouvel an juif, un événement que Manuel Valls et son épouse Anne Gravoin n’auraient raté pour rien au monde. Côté politique, l’ambassadeur d’Israël en France Yossi Gal, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, l’ex-garde des sceaux Élisabeth Guigou, le président du conseil général d’Île-de-France, Jean-Paul Huchon ou encore Rama Yade accompagnée de son époux, l’historien Joseph Zimet, avaient fait le déplacement.
Éric Naulleau était également présent, ainsi que le directeur de France Culture, Olivier Poivre d’Arvor, le psychanalyste TV Gérard Miller, l’actrice Elsa Zylberstein, Caroline Fourest, le journaliste au Figaro Yves Thréard, Monique Lang (l’épouse de Jack) et sa fille Caroline, l’homme d’affaires Dominique Desseigne (Groupe Lucien Barrière), l’ ex-président de l’UEJF et fondateur de SOS Racisme Éric Ghebali, accompagné de son épouse la productrice de télévision Daniela Lumbroso.
Pour la « diversité » et l’ « islam de France », on notera la présence de l’inénarrable Hassen Chalghoumi et de Latifa Ibn Ziaten, la mère récupérée de la première victime de Mohammed Merah.
À ne pas manquer : le diaporama de la soirée !

 

 

 

16/09/2014

Sarkozy s'assure le soutien du lobby juif

Habib, Netanyahu et Sarkozy

Meyer Habib, Nicolas Sarkozy et leur patron

 

Nicolas Sarkozy prépare son retour et, pour cela, il y a un rendez-vous incontournable ; celui de la communauté (très bien) organisée.
Il a donc assisté pieusement à la dernière pièce de Bernard-Henry Levy, son complice dans l'éradication de la Libye et l'assassinat de Khadafi. Nous ne vous dirons rien de la pièce dont le titre est : Hôtel-Europe, elle ne nous intéresse pas. Bien sûr, l'ex-président est toujours copain comme cochon d'Isra-Heil ! , accompagné de sa quadragénaire mais pétulante épouse, Carla Bruni-Tedeschi, il a fait un éloge appuyé de l'opus du personnage. C'est très bon, a-t-il dit avant de s'esquiver.
Levy, lui en retour, a salué l'ex-président : une bonne chose pour la démocratie, qu'il revienne, a-t-il martelé devant les caméras. Dit de la bouche d'un pareil, monsieur, cela conforte nos suspicions les plus lourdes sur le bien-fondé de cette démocratie qu'il illustre.
Ensuite, dès le lendemain, Nicolas s'est attaqué au gros et gras morceau : Meyer Habib en personne, député israélien à l'Assemblée Nationale, représentant des colons ultra casher de Cisjordanie. Sarkozy lui a récité son credo et le gros Meyer est satisfait. En français (il ne parle pas hébreu) il a déclaré que le président Sarkozy est l'ami d'Israël, de tous les juifs et même des non-juifs. Ouf ! Nous voilà rassuré.

FvD

 

 

09:47 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, nicolas sarkozy, lobby juif, israel, international |  Facebook |