16/09/2014

Sarkozy s'assure le soutien du lobby juif

Habib, Netanyahu et Sarkozy

Meyer Habib, Nicolas Sarkozy et leur patron

 

Nicolas Sarkozy prépare son retour et, pour cela, il y a un rendez-vous incontournable ; celui de la communauté (très bien) organisée.
Il a donc assisté pieusement à la dernière pièce de Bernard-Henry Levy, son complice dans l'éradication de la Libye et l'assassinat de Khadafi. Nous ne vous dirons rien de la pièce dont le titre est : Hôtel-Europe, elle ne nous intéresse pas. Bien sûr, l'ex-président est toujours copain comme cochon d'Isra-Heil ! , accompagné de sa quadragénaire mais pétulante épouse, Carla Bruni-Tedeschi, il a fait un éloge appuyé de l'opus du personnage. C'est très bon, a-t-il dit avant de s'esquiver.
Levy, lui en retour, a salué l'ex-président : une bonne chose pour la démocratie, qu'il revienne, a-t-il martelé devant les caméras. Dit de la bouche d'un pareil, monsieur, cela conforte nos suspicions les plus lourdes sur le bien-fondé de cette démocratie qu'il illustre.
Ensuite, dès le lendemain, Nicolas s'est attaqué au gros et gras morceau : Meyer Habib en personne, député israélien à l'Assemblée Nationale, représentant des colons ultra casher de Cisjordanie. Sarkozy lui a récité son credo et le gros Meyer est satisfait. En français (il ne parle pas hébreu) il a déclaré que le président Sarkozy est l'ami d'Israël, de tous les juifs et même des non-juifs. Ouf ! Nous voilà rassuré.

FvD

 

 

09:47 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, nicolas sarkozy, lobby juif, israel, international |  Facebook |

19/08/2014

Israël, Gaza et le lobby juif

 

gaza, palestine, israel, sionisme, lobby juif, judaisme, france, oyen-orient, international

En visite à Liège, (en Belgique), le président Hollande parlant de Gaza a utilisé le mot « massacre » pour qualifier les raids de l'armée et l'aviation sioniste. Colère du lobby juif français ; monsieur Cukierman, son président, adresse aussi sec une lettre dénonçant le caractère outrancier du premier magistrat de France. Ils se se croit où, ce monsieur ? Quelque part en Cisjordanie où ses coreligionnaires dictent leur loi d'airain a des populations martyrisées ? Faut-il lui rappeler que nous sommes en France soixante millions, dont six-cent mille juifs et qu'il représente à peine un sixième de ces derniers, soit trois fois rien. Et de brandir une menace lourde de sens : si ça continue, les juifs de France foutront tous le camp en Israël. Tremblons, braves gens !
L'outrance, elle est sans doute aucun dans le camp des juifs, champions toute catégorie de la « chutzpah » et de l'art de travestir la réalité en l'affublant d'une kippa.
Les fait sont là, nus dans leur criante vérité. Gaza est, depuis sept ans, une prison à ciel ouvert où les juifs massacrent en toute impunité. Les nazis n'ont jamais fait pareil, c'est du moins ce qu'affirme dans un discours un chef d'Etat, le président de la Turquie, Recep Erdogan.
Toujours dans le registre de la chutzpah, monsieur Cukierman parle de « lourds nuages qui s'amoncellent sur la communauté juive à cause de l'importation du conflit en France » qui réveillent l'antisémitisme dormant de la société française.
Nous nous souvenons, nous, d'un temps où Israël suscitait une sympathie générale. C'était avant 1967. Voilà un petit pays qui se défendait bec et ongle contre un ennemi qui déniait son existence, un petit pays peuplé de gens courageux, hommes et femmes compris, tous armés d'une main et labourant la terre de l'autre, vivant dans des kibboutz et ne demandant qu'une chose, la paix !

Mais ça, c'était avant. Depuis, les religieux, qui jusque là ignoraient Israël, ont pris du poil de la bête et les juifs sont sortis de leurs kibboutz. Au lieu de négocier avec les vaincus de 1967 en leur proposant la paix des braves, les sionistes ont aussitôt repris l'offensive, colonisant sans vergogne alors que leurs rabbins parlaient d'un pays qui s'étendrait «  de la mer (méditerranée) jusqu’au fleuve (l'Euphrate) ». Ne pas s'étonner donc que ce qui était sympathique il y a cinquante ans soit aujourd'hui répulsif et dégoûtant !
Comme l'est ce récurrent chantage à l'antisémitisme chaque fois qu'Israël est critiqué. La ficelle est grosse, messieurs du lobby, cela ne prend plus !
Le chanteur Gilbert Montagné (vous connaissez ? ) est aveugle, ce qui n'est pas une raison pour ne pas voir clair. Il vient d'annoncer son « alya », son retour en Israël où il s'installe. Il l'a fait en direct depuis un concert à Tel-Aviv (des concerts en France, il n'en fait plus beaucoup), ça c'est du scoop en live ! Il dit que l'armée sioniste est celle de la justice et de la bonté. Il n'a jamais brillé par ses qualités intellectuelles, le Gilbert. Comme chanteur, nous ne jugerons pas, c'est une question de goût.
De toutes façons, ce n'est pas une grande perte pour la culture française.

FvD

08:34 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, palestine, israel, sionisme, lobby juif, judaisme, france, moyen-orient, international |  Facebook |

13/05/2014

Quand Jean-Vincent Placé se croit en Corée du Nord

 

Jean-Vincent Placé Kim-Jon-Un

Quand nous écrivions que pour nos « élites », les mots « démocratie » ou « liberté d'expression » ne sont que concept vides, en voici une illustration de plus:  Jean-Vincent Placé, l’apparatchik en chef du parti qui se veut Vert, parle d'interdire purement et simplement des sites comme Égalité et Réconciliation et, tant qu'à faire, tous ceux qui ne sont pas dans la ligne du Parti système politique toléré. Il faut bien qu'il y ait une limite à la liberté qui sera précisément celle où l'expression libre mettra en doute les mensonges officiels. Du coup, il souhaite que ce type d'interdiction soit automatique et résultant d'une collaboration entre le parquet, les juges et la police. Schnell Verboten !
Monsieur Placé doit se croire en Corée du Nord ... 

Incapables de discréditer le travail d’Alain Soral, de Dieudonné et des autres acteurs de la réinformation, les agents du système sont passés depuis peu à la vitesse supérieure en jouant l’une des dernières cartes de leur jeu : le contrôle judiciaire de l’Internet. Aujourd’hui, c’est Jean-Vincent Placé qui s’y colle.
Invité sur les ondes communautaires de Radio J au micro du militant sioniste revendiqué Frédéric Haziza, le président du groupe Europe-Ecologie-Les Verts au Sénat affirme vouloir déposer une proposition de loi pour rendre plus facile la répression de certains propos sur l’Internet :
« On ne peut plus laisser faire, laisser tous ces gens insulter, diffamer sur les réseaux sociaux […]. Cet espace de liberté formidable [...] ça ne veut pas dire la liberté d’insulter, de diffamer et d’injurier. »
Si des personnes peu informées ont encore un doute sur les cibles que la classe politico-médiatique se donne pour mission d’abattre en priorité afin de sauvegarder ses privilèges, Jean-Vincent Placé dissipe tout malentendu :« J’avais soutenu ce qu’avait fait Manuel Valls par rapport à Monsieur Dieudonné, à un moment ça suffit ! […]
Il n’est pas acceptable que sur le territoire national, il y ait encore des blogs comme celui d’Alain Soral. »
Quant aux moyens à mettre en place, Placé précise :
« Je souhaite qu’il y ait une organisation entre la police et la justice de notre pays pour qu’à un moment, on ait les moyens que le parquet s’auto-saisisse de ces questions-là, pour, y compris, arriver tout à la fois à condamner et avoir évidemment des réparations, mais aussi pouvoir interdire ! »
Rappelons qu’en France, le parquet ou ministère public est sous l’autorité du garde des Sceaux, et que selon la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, il n’est pas considéré comme une autorité judiciaire indépendante [1]. La France a d’ailleurs été condamnée en 2010 dans le cadre de l’affaire Moulin par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir conféré au parquet des fonctions juridictionnelles [2].
 


Jean-Vincent Placé veut faire interdire E&R par ERTV

source: égalité et réconciliation