03/12/2014

Alain Soral, Judith et Holopherne

 

*

Pour abattre un homme, il suffit de passer un contrat sur sa tête, c'est pas plus difficile que ça si on a le fric qui va avec. Les tueurs, les bons, les pros sont chers. On peut aussi se débarrasser d'un opposant en le salissant. On lui trouve une maîtresse, une passion honteuse – en cherchant bien, il ne reste que la pédophilie, alors, allons-y … - et on le coule politiquement. En plus, on peut lui coller une foultitude de procès sur le dos qui le ruineront s'il les perd et, cerise sur le gâteau, on en fait un paria en diabolisant tous ceux qui, comme votre serviteur, prennent sa défense, tentent de le comprendre et ne hurlent pas avec les loups. C'est ce qui arrive ces jours ci à Alain Soral et, par ricochet, à ce parti politique qu'avec Dieudonné, il vient de créer : Réconciliation Nationale.
Que ce nouveau parti soit nécessaire ou non, n'est pas la question. Tout un chacun peut, presque librement, fonder un parti politique, pourquoi ne pas se faire plaisir ? Il faut croire qu'Alain Soral et Dieudonné ne doivent pas être pris à la légère puisque le déchaînement médiatique et politique contre leurs personnes se manifeste comme jamais. Qu'un premier ministre fustige un humoriste et un monsieur que boycottent les médias est quand même flagrant d'un malaise au sein des instances suprêmes du pouvoir. Que le lobby juif de France et de Navarre monte sur ses grands chevaux et s'acharne à les ruiner à coups de procès dignes de l'Inquisition 1 est révélateur de l'arrogance triomphante et haineuse qui l'anime.
Figurez-vous que le Centre Simon Wiesenthal, basé à huit mille kilomètres de Paris, à Los Angeles pour être précis, vient de réclamer des autorités françaises qu'elles interdisent la venue au monde de ce parti, « forme vorace de l'antisémitisme ». Mazette! A ce compte là, ces obsédés de la chose interdiront mes inoffensifs et sympathiques envois sur skynetblogs, j'en tremble. Quand on vous dit que le lobby juif est partout, qu'il se mêle de tout et nous interdit tout ce qui n'est pas à sa conquérante gloire …
Des journaleux à la botte du lobby font mousser une histoire compliquée de jolie fille africaine (comme quoi …) courtisée, virtuellement (!), par Alain Soral, cinquante-neuf ans et tous ses biscottos, et à propos de laquelle Soral aurait dit ceci, mais pas cela, tout en lui envoyant des textos au romantisme de circonstance. Très curieux, totalement insignifiant et franchement cul-cul la praline. En catimini, cette confidence : j'ai fait pire !
Mais tout est bon pour en finir avec ce trublion. Reste, c'est programmé, l'accident de trop,la balle perdue, le règlement de compte qui a foiré. A la place de Soral je porterai un gilet pare-balle.
Et m'abstiendrai de fréquenter la gueuse.
C'est un conseil d'ami !

FvD

* Je rappelle aux mécréants qui me lisent que Judith est cette juive qui, pour circonvenir Holopherne, un général assyrien qui s'apprêtait à ne faire qu'une bouchée des Hébreux, passa une nuit torride avec lui et, au final des réjouissances charnelles, lui coupa la tête ... qu'elle rapporta à son peuple qui en fit une héroïne. Il y a dans la Bible des passages fort instructifs sur les femmes ...

1  Encore que l'Inquisition ait été très surestimée ...

24/08/2014

Éxécution de James Foley : une vidéo bien étrange...

james foley, état islamique d'Irak, Irak, religion, islam, états-unis, médias

Depuis plus de trois ans, la guerre en Syrie nous a livré des images de multiples atrocités commises par des groupes islamistes, armés et financés par l’Occident et les monarchies du Golfe.

L’État islamique d’Irak (une prétendue émanation d’« Al-Qaïda » associée à diverses autres bandes armées sunnites) apparaît en octobre 2006 dans le but de prendre le pouvoir dans un pays dirigé depuis quelques mois par un premier ministre chiite, Nouri al-Maliki.
Ce groupe fusionne avec le Front al-Nosra, en lutte contre Damas, et devient en avril 2013 l’État islamique en Irak et au Levant. Enfin, en juin 2014, il entame une nouvelle mue en proclamant le califat en Irak, et se renomme État islamique.
Les nombreuses exactions que commettent ces combattants envers les troupes de Bagdad ou les civils des minorités chrétiennes ou Yézidis sont relatées par l’ensemble des médias depuis plusieurs semaines et ont suscité l’indignation de ceux qui, hier encore, n’en faisaient pas état lorsque les victimes étaient de nationalité syrienne, sauf pour en attribuer le destin tragique à Bachar al-Assad...
La profusion des vidéos de jihadistes opérant au Proche-Orient exprime une volonté manifeste de communiquer, ou plutôt de produire du matériel de propagande de guerre. Ces nombreuses images, qui servent notamment à illustrer les sujets de JT de monde entier, provoquent la frayeur des masses occidentales : un barbu égorgeant un civil, la victime fût-elle elle-même musulmane, aura bien plus d’impact auprès de l’opinion publique que mille actes quotidiens témoignant de la capacité des adeptes de l’islam à vivre en harmonie au sein des sociétés occidentales.
Mais le comble de l’horreur pour les médias occidentaux ne réside pas dans les montagnes de cadavres sanguinolents mais dans le double crime : le meurtre d’un journaliste, qui plus est américain...
Revenons sur la mort du journaliste états-unien, James Foley , qui a travaillé pour le GlobalPost, l’AFP et Stars and Stripes (quotidien publié par et pour les forces armées des États-Unis à l’étranger) et tout particulièrement sur la vidéo de son exécution.Les nombreux petits films tournés par les jihadistes du monde entier sont en général d’assez mauvaise facture : cadrage incertain, image de mauvaise qualité, son médiocre. Parfois un effort est fait dans l’habillage : incrustation d’un logo et alternance entre discours et chants de guerre.La vidéo de la décapitation de Foley, est quant à elle, particulièrement soignée tant sur le fond que sur la forme :

Un support HD et une mise en scène troublante

  • Qualité Haute Définition de l’image et du son.
  • La scène est filmée par deux caméras sur pieds.
  • Un petit logo animé dans le coin en haut à gauche, représentant soit un minaret surmonté d’un croissant, soit le drapeau noir de l’État islamique, selon les versions.
  • Les protagonistes sont équipés de micro-cravates afin de bien entendre leurs paroles, celles-ci ne sont pas parasitées par le vent qui souffle.
  • Détenu depuis des mois, Foley et son comparse semblent en bonne santé : ni épuisés, ni amaigris malgré leur captivité.
  • Les deux otages portent des tenues oranges, visiblement neuves, rappelant les uniformes des détenus de Guantanamo.
  • Bien qu’il soit à quelques minutes de perdre la vie, Foley ne sourcille pas, ne bafouille pas, ne transpire pas : il reste d’une dignité surprenante.
    Le débit de Foley ressemble à un jeu d’acteur : solennel lorsqu’il récite son discours, puis maladroitement ému lorsqu’il s’adresse à sa famille.

 

Un message efficace

  • Le discours est à destination d’un public occidental : pas de prêches en arabe, pas même les habituelles Allahu akbar qui saluent l’égorgement ou la décapitation des prisonniers, toutes les paroles sont en anglais.
  • L’État islamique n’est pas présenté comme un simple rassemblement de hordes islamistes en pick-up mais comme une entité puissante, qui suscite l’adhésion des masses musulmanes du monde entier.
    Le bourreau:
    « Vous ne combattez plus une insurrection : nous sommes une armée islamique et un État qui a été accepté par un grand nombre de musulmans dans le monde. »

    Le président et le gouvernement des États-Unis sont directement mis en cause et son peuple menacé :

Foley :
« Je demande à mes amis, ma famille et ceux que j’aime de s’en prendre à mes vrais assassins, le gouvernement des États-Unis. Aujourd’hui, votre force aérienne militaire a attaqué nos positions en Irak. Vos frappes ont causé des pertes parmi les musulmans. (…) Donc, toute tentative de toi, Obama, de dénier le droit aux musulmans de vivre en sécurité sous leur califat aura pour conséquence un bain de sang de ton peuple. »

Le season finale et son cliffhanger

Après le discours de Foley, sa mise à mort intervient. Chose étrange et d’une pudeur inédite dans les vidéos de meurtres à l’arme blanche tournées par les jihadistes, la scène est rapidement coupée. Quelques images montrent le bourreau cisaillant avec une lame assez modeste la gorge du malheureux et cela sans qu’aucune goutte de sang ne gicle. On ne voit ni la totalité de la décapitation, ni la tête ôtée et brandie fièrement. Seul un plan fixe présentant une tête très abîmée posée sur un corps couché sur le ventre.
Réapparaît alors notre bourreau, propre comme un sou neuf et tenant cette fois sous sa domination Steven Sotloff, pigiste pour Time, World Affairs et le Christian Science Monitor, kidnappé en août 2013 à Alep et affublé de la même tenue orange que Foley.
L’homme en noir attrape Sotloff par le col et prononce l’ultime mise en garde :
« La vie de ce citoyen américain, Obama, dépend de ta prochaine décision. »
Authentifiée par le FBI... on est surpris par la qualité de la vidéo (images, son et mise en scène) et interpellé par son contenu : une véritable déclaration de guerre de l’État islamique, se prétendant soutenu par la majorité du monde musulman aux États-Unis et illustrée par la mise en scène de la mort d’un beau et jeune journaliste US par un bourreau issu nos contrées occidentales (celui-ci s’exprime dans un anglais à l’accent britannique).
Les vidéos d’hommage à Foley se multiplient sur la toile, ainsi que certaines informations qui tombent à pic, comme la rançon de 100 millions d’euros réclamée par ses ravisseurs ou encore la prétendue tentative de sauvetage pour libérer des otages, dont Foley, détenus en Syrie lors d’une opération coup de poing, ordonnée par Obama « cet été ».
Scandaleux ! barbare ! inhumain ! Les commentaires des médias et des politiciens occidentaux sont unanimes et nul ne saurait réclamer autre chose qu’un soutien inconditionnel à l’Oncle Sam sur le mode : « Aujourd’hui nous sommes tous des journalistes américains ! »
Déjà, le Pentagone a clairement averti le public étasunien : l’État islamique, c’est du sérieux, une masse de professionnels surentraînés, surarmés, aux poches pleines de dollars et qui ont prévu de s’en prendre aussi bien aux populations du Proche-Orient qu’au peuple américain. Chuck Hagel, le secrétaire à la Défense des États-Unis a d’ailleurs affirmé jeudi, lors d’une conférence de presse commune avec le général Martin Dempsey, chef d’état-major des armées des États-Unis :
« La menace de l’État islamique va au-delà de ce que nous avons déjà connu. »
Et d’ajouter qu’en plus des frappes sur le territoire irakien, il faudra aussi mener des raids aériens en Syrie...
Chassez l’envahisseur yankee par la porte, il reviendra par la fenêtre... Damas l’a bien compris puisqu’elle a averti Washington qu’elle ne saurait accepter des bombardements de l’US Air Force sur son sol.

source: Egalité & Réconciliation

09:14 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james foley, état islamique d'irak, irak, religion, islam, états-unis, médias |  Facebook |

15/07/2014

Gaza, Syrie, Ukraine etc : no comment !

GAZA, PALESTINE, LIBYE, SYRIE, IRAK, AFGHANISTAN, UKRAINE, VENEZUELA ... ETC ...

08:37 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irank, syrie, gaza, palestine, ukaine, presse, médias, lobbys, sinisme, capitalisme |  Facebook |