24/08/2014

Éxécution de James Foley : une vidéo bien étrange...

james foley, état islamique d'Irak, Irak, religion, islam, états-unis, médias

Depuis plus de trois ans, la guerre en Syrie nous a livré des images de multiples atrocités commises par des groupes islamistes, armés et financés par l’Occident et les monarchies du Golfe.

L’État islamique d’Irak (une prétendue émanation d’« Al-Qaïda » associée à diverses autres bandes armées sunnites) apparaît en octobre 2006 dans le but de prendre le pouvoir dans un pays dirigé depuis quelques mois par un premier ministre chiite, Nouri al-Maliki.
Ce groupe fusionne avec le Front al-Nosra, en lutte contre Damas, et devient en avril 2013 l’État islamique en Irak et au Levant. Enfin, en juin 2014, il entame une nouvelle mue en proclamant le califat en Irak, et se renomme État islamique.
Les nombreuses exactions que commettent ces combattants envers les troupes de Bagdad ou les civils des minorités chrétiennes ou Yézidis sont relatées par l’ensemble des médias depuis plusieurs semaines et ont suscité l’indignation de ceux qui, hier encore, n’en faisaient pas état lorsque les victimes étaient de nationalité syrienne, sauf pour en attribuer le destin tragique à Bachar al-Assad...
La profusion des vidéos de jihadistes opérant au Proche-Orient exprime une volonté manifeste de communiquer, ou plutôt de produire du matériel de propagande de guerre. Ces nombreuses images, qui servent notamment à illustrer les sujets de JT de monde entier, provoquent la frayeur des masses occidentales : un barbu égorgeant un civil, la victime fût-elle elle-même musulmane, aura bien plus d’impact auprès de l’opinion publique que mille actes quotidiens témoignant de la capacité des adeptes de l’islam à vivre en harmonie au sein des sociétés occidentales.
Mais le comble de l’horreur pour les médias occidentaux ne réside pas dans les montagnes de cadavres sanguinolents mais dans le double crime : le meurtre d’un journaliste, qui plus est américain...
Revenons sur la mort du journaliste états-unien, James Foley , qui a travaillé pour le GlobalPost, l’AFP et Stars and Stripes (quotidien publié par et pour les forces armées des États-Unis à l’étranger) et tout particulièrement sur la vidéo de son exécution.Les nombreux petits films tournés par les jihadistes du monde entier sont en général d’assez mauvaise facture : cadrage incertain, image de mauvaise qualité, son médiocre. Parfois un effort est fait dans l’habillage : incrustation d’un logo et alternance entre discours et chants de guerre.La vidéo de la décapitation de Foley, est quant à elle, particulièrement soignée tant sur le fond que sur la forme :

Un support HD et une mise en scène troublante

  • Qualité Haute Définition de l’image et du son.
  • La scène est filmée par deux caméras sur pieds.
  • Un petit logo animé dans le coin en haut à gauche, représentant soit un minaret surmonté d’un croissant, soit le drapeau noir de l’État islamique, selon les versions.
  • Les protagonistes sont équipés de micro-cravates afin de bien entendre leurs paroles, celles-ci ne sont pas parasitées par le vent qui souffle.
  • Détenu depuis des mois, Foley et son comparse semblent en bonne santé : ni épuisés, ni amaigris malgré leur captivité.
  • Les deux otages portent des tenues oranges, visiblement neuves, rappelant les uniformes des détenus de Guantanamo.
  • Bien qu’il soit à quelques minutes de perdre la vie, Foley ne sourcille pas, ne bafouille pas, ne transpire pas : il reste d’une dignité surprenante.
    Le débit de Foley ressemble à un jeu d’acteur : solennel lorsqu’il récite son discours, puis maladroitement ému lorsqu’il s’adresse à sa famille.

 

Un message efficace

  • Le discours est à destination d’un public occidental : pas de prêches en arabe, pas même les habituelles Allahu akbar qui saluent l’égorgement ou la décapitation des prisonniers, toutes les paroles sont en anglais.
  • L’État islamique n’est pas présenté comme un simple rassemblement de hordes islamistes en pick-up mais comme une entité puissante, qui suscite l’adhésion des masses musulmanes du monde entier.
    Le bourreau:
    « Vous ne combattez plus une insurrection : nous sommes une armée islamique et un État qui a été accepté par un grand nombre de musulmans dans le monde. »

    Le président et le gouvernement des États-Unis sont directement mis en cause et son peuple menacé :

Foley :
« Je demande à mes amis, ma famille et ceux que j’aime de s’en prendre à mes vrais assassins, le gouvernement des États-Unis. Aujourd’hui, votre force aérienne militaire a attaqué nos positions en Irak. Vos frappes ont causé des pertes parmi les musulmans. (…) Donc, toute tentative de toi, Obama, de dénier le droit aux musulmans de vivre en sécurité sous leur califat aura pour conséquence un bain de sang de ton peuple. »

Le season finale et son cliffhanger

Après le discours de Foley, sa mise à mort intervient. Chose étrange et d’une pudeur inédite dans les vidéos de meurtres à l’arme blanche tournées par les jihadistes, la scène est rapidement coupée. Quelques images montrent le bourreau cisaillant avec une lame assez modeste la gorge du malheureux et cela sans qu’aucune goutte de sang ne gicle. On ne voit ni la totalité de la décapitation, ni la tête ôtée et brandie fièrement. Seul un plan fixe présentant une tête très abîmée posée sur un corps couché sur le ventre.
Réapparaît alors notre bourreau, propre comme un sou neuf et tenant cette fois sous sa domination Steven Sotloff, pigiste pour Time, World Affairs et le Christian Science Monitor, kidnappé en août 2013 à Alep et affublé de la même tenue orange que Foley.
L’homme en noir attrape Sotloff par le col et prononce l’ultime mise en garde :
« La vie de ce citoyen américain, Obama, dépend de ta prochaine décision. »
Authentifiée par le FBI... on est surpris par la qualité de la vidéo (images, son et mise en scène) et interpellé par son contenu : une véritable déclaration de guerre de l’État islamique, se prétendant soutenu par la majorité du monde musulman aux États-Unis et illustrée par la mise en scène de la mort d’un beau et jeune journaliste US par un bourreau issu nos contrées occidentales (celui-ci s’exprime dans un anglais à l’accent britannique).
Les vidéos d’hommage à Foley se multiplient sur la toile, ainsi que certaines informations qui tombent à pic, comme la rançon de 100 millions d’euros réclamée par ses ravisseurs ou encore la prétendue tentative de sauvetage pour libérer des otages, dont Foley, détenus en Syrie lors d’une opération coup de poing, ordonnée par Obama « cet été ».
Scandaleux ! barbare ! inhumain ! Les commentaires des médias et des politiciens occidentaux sont unanimes et nul ne saurait réclamer autre chose qu’un soutien inconditionnel à l’Oncle Sam sur le mode : « Aujourd’hui nous sommes tous des journalistes américains ! »
Déjà, le Pentagone a clairement averti le public étasunien : l’État islamique, c’est du sérieux, une masse de professionnels surentraînés, surarmés, aux poches pleines de dollars et qui ont prévu de s’en prendre aussi bien aux populations du Proche-Orient qu’au peuple américain. Chuck Hagel, le secrétaire à la Défense des États-Unis a d’ailleurs affirmé jeudi, lors d’une conférence de presse commune avec le général Martin Dempsey, chef d’état-major des armées des États-Unis :
« La menace de l’État islamique va au-delà de ce que nous avons déjà connu. »
Et d’ajouter qu’en plus des frappes sur le territoire irakien, il faudra aussi mener des raids aériens en Syrie...
Chassez l’envahisseur yankee par la porte, il reviendra par la fenêtre... Damas l’a bien compris puisqu’elle a averti Washington qu’elle ne saurait accepter des bombardements de l’US Air Force sur son sol.

source: Egalité & Réconciliation

09:14 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james foley, état islamique d'irak, irak, religion, islam, états-unis, médias |  Facebook |

15/07/2014

Gaza, Syrie, Ukraine etc : no comment !

GAZA, PALESTINE, LIBYE, SYRIE, IRAK, AFGHANISTAN, UKRAINE, VENEZUELA ... ETC ...

08:37 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irank, syrie, gaza, palestine, ukaine, presse, médias, lobbys, sinisme, capitalisme |  Facebook |

23/07/2013

Brétigny : le mensonge d’Etat soupçonné est maintenant prouvé par un témoignage !

Vous trouverez sur le site Metula News Agency (Mena), un témoignage crédible et édifiant d’un policier qui a participé aux événements qui ont immédiatement suivi le déraillement du train à Brétigny.

L’article complet, intitulé : « Il n’y a pas que les trains qui déraillent en France« , est consultable ici, en voici des extraits ci-dessous :

« Faute de témoignages de première main, il était objectivement impossible de dire si des pillages en bandes avaient suivi le déraillement du train ou si un pickpocket avait seulement bousculé un pompier par inadvertance. La machine à faire taire de l’Etat français s’était mise en branle et elle paraissait efficace ».
A la Ména, nous nous sommes bien gardés de prendre parti, ne versant pas volontiers dans les accusations sans fondements. Dès samedi, dérangés par les versions contradictoires, l’abysse qui les sépare, ainsi que par la gravité des faits inférés, nous nous sommes mis en quête d’indices, ne sachant pas, à priori, qui disait la vérité, mais convaincus que quelqu’un mentait.
Notre témoin est fiable pour plusieurs raisons. D’abord, ceux qui nous l’ont présenté sont des gens bien, que j’avais côtoyés pendant que je couvrais les émeutes de la cité de la Villeneuve à Grenoble en 2010. Ils m’avaient déjà, à l’époque, permis de diffuser la vérité [voir "Grenoble ou le cimetière des rêves", sur le site d’un syndicat de policiers] sur ces troubles. Ensuite, son récit se tient, il est logique, ne contient aucune contradiction et s’illustre de détails difficiles à inventer. Et finalement, il suffit presque de voir et d’entendre ce policier de carrière, parlant sans crainte et sans préjugés, pour se persuader qu’il ne nous mène pas en bateau.
Ce nouveau témoignage permet d’établir que Manuel Valls, Frédéric Cuvillier et le Préfet Fuzeau ont menti aux Français, qu’ils ont décidé de dissimuler un crime terrible, et que, pour parvenir à leur fin, en plus de mentir, ils n’ont pas hésité à corrompre des fonctionnaires de l’Etat, à brandir des menaces et à infliger des pressions sur d’honnêtes professionnels disant la vérité, dans le but unique qu’ils la taisent.
Plus que cela, la situation générale décrite par notre intervenant dépeint un univers apocalyptique ignoré par la majorité de mes compatriotes, qui présente un état de déliquescence mafieuse et de désagrégation sociale et sécuritaire auxquelles il est difficile d’imaginer des remèdes. Et contre lesquelles l’Etat de droit ne fait rien ou si peu, à part, peut-être, s’efforcer de cacher leur existence.
J’évoque aux oreilles de M. Damien (appelons-le ainsi) la difficulté que nous avons eue à recueillir le narratif d’un témoin oculaire des faits.
Damien :   »C’est normal, tout est cloisonné. La compagnie de CRS qui est intervenue à Brétigny a été spécialement rassemblée par son commandant et a reçu l’ordre de ne rien dire, de ne rien raconter aux proches de ce qui s’était passé, car il ne s’est rien passé ! »
La Ména :   »Il ne s’est réellement rien passé ? »
Damien :   »Il y a eu un attroupement de jeunes des banlieues autour des victimes, des blessés et des morts, qui leur ont fait les poches. Ils se sont également livrés à des vols et des rackets sur les secouristes ».
Cela s’est déroulé  »en champ ouvert », selon l’expression que nous utilisons, pas en champ fermé, devant les yeux de tout le monde, pas en petit comité.
La Ména :   »Les autorités parlent d’un seul secouriste qui se serait fait dérober son téléphone ».
Damien : « C’est totalement faux. D’ailleurs, si on n’avait volé qu’un seul téléphone, comment y aurait-il eu quatre interpellations ? Ils se mettent maintenant à quatre pour chouraver un portable ? Il y a eu de nombreux vols et plus encore de tentatives de vols sur les secouristes ».
Et il y a eu un affrontement en règle CRS-jeunes. Au départ, ils étaient une quinzaine, vingt peut-être ; lors de l’affrontement, leur nombre a pratiquement doublé. Les hommes ont dû faire usage de la force et de petites grenades DMP, à la fois fumigènes et lacrymogènes. Nous avons essuyé des jets de pierres et de canettes nourris.
La Ména :   »Pourquoi ne les avez-vous pas appréhendés ? »
Damien :   »A quoi ça sert, j’ai envie de vous dire à quoi ça sert ! Récemment, nous en avons serrés qui venaient de dégrader une voiture de RER et qui avaient racketté les passagers, ils n’ont eu que du sursis. A quoi ça sert ? »
Ils sont arrivés juste après le déraillement, se sont jetés sur les personnes qui se trouvaient au sol – je ne sais pas si elles étaient blessées ou mortes -, en tout cas, ils se sont jetés sur elles, les ont fouillées et ont commencé à leur faire les poches.
Dans un premier temps, on a cru qu’ils s’approchaient des victimes pour donner un coup de main aux secouristes, mais nous nous sommes très vite rendu compte qu’ils étaient en train de les dépouiller.
Et on a classé cela sans suite. Comme ils ne veulent pas que ça se sache, c’est classé sans suite. Eh oui !
La Ména :   »Les gens dans la gare, les passagers qui n’étaient pas blessés n’ont rien vu, rien dit, rien fait ? »
Damien :   »Vous savez, mademoiselle, les gens qui sont dans les gares, ce sont des locaux, des gens habitant les cités, les environs, les banlieues. Ils connaissent parfaitement la chanson. Ils savent très bien qu’ils doivent fermer leur gueule, point barre. Ils n’ont rien vu, rien entendu ».
Ils savent pertinemment que s’ils s’indignent ou s’ils contestent, il s’en prendront plein la figure, il se feront prendre à partie. S’ils sont identifiés par les jeunes, ils savent très bien que leur voiture brûlera. Les voitures ne brûlent pas par hasard dans les banlieues, mademoiselle, ce sont des otages mécaniques aux mains des jeunes pour forcer les braves gens au silence.
Vous savez, les gens d’aujourd’hui se taisent. J’ai souvent vu cela quand quelqu’un se fait prendre à partie ; ils sont quatre ou cinq sur lui et personne ne bouge – la loi du silence. Les gens passent à côté, personne ne lève le petit doigt.
La Ména :   »Oui mais de là à voler des morts et des blessés ? »
Damien :   »Moi je ne suis pas étonné, cela ne me surprend pas plus que ça, connaissant la mentalité des mecs des banlieues. Quand vous savez qu’ils volent leurs propres parents, donc pourquoi ne pas voler les morts et les rescapés ? »
La Ména :   »Des animaux ? »
Damien :   »Bin, c’est bien plus que des animaux. »
Leur métier paie, ils gagnent beaucoup d’argent. Lorsqu’ils se font prendre par la police, nous, personnellement, on les coffre, il m’est déjà arrivé d’en coffrer plusieurs. Vous les amenez au commissariat, vous établissez une procédure et, quelques heures plus tard, vous les retrouvez dans la rue en train de vous faire un doigt, un doigt d’honneur. Et ils rigolent.
La Ména :   »Pourquoi ne sont-ils pas poursuivis ? »
Damien :   »Mais comment voulez-vous qu’ils les poursuivent ? En fait, cela dépend des parquets ; si cela se passe à Lille ou Metz et dans quelques autres villes, ils risquent effectivement d’être poursuivis, parce qu’il y a moins de délits qu’ici. Mais sur Paris, par exemple le parquet de Bobigny… il est tellement saturé… Si vous prenez le 93, il y a tellement d’arrestations que les magistrats sont débordés, et les prisons pleines à craquer.
Je connais perso des gros braqueurs qui n’ont fait que quelques semaines, ils ont ensuite été libérés avec un bracelet. Juste un bracelet, parce que les prisons sont pleines à craquer. Les prisons sont pleines.
La Ména :   »Je ne digère pas votre témoignage… Je n’y parviens pas…. Ils se sont réellement rués sur ceux qui étaient couchés ? »
Damien :   »Ah oui, oui, oui, ils se sont rués ! Ils se sont jetés sur les cadavres ou sur les rescapés et ils leur faisaient les poches ! Ils leur faisaient les poches… (Damien baisse les yeux). »
La Ména :   »Et il n’y en a pas un parmi toute cette compagnie qui ait le courage de s’exprimer ? »
Damien :   »Ils ne le feront pas. »
La Ména :   »Ils se font virer s’ils parlent ? »
Damien :   »Non, ils ne se font pas virer mais en tout cas leur dossier sera noir. Le camarade qui demande une mutation, qui veut rentrer chez lui, ne l’obtiendra jamais. Celui qui veut monter en grade, ne montera jamais. Celui qui désire effectuer un stage ou partir quelque part, demander quelque chose, il ne l’aura jamais. Vous voyez, quelque part, ils nous tiennent par les cou … »
La Ména :   »Ensuite, comment cela s’est passé ? »
Damien :   »On a écarté les voyous, on a installé un périmètre de sécurité après quelques échauffourées, quelques jets de gaz… voilà, quoi. Cela s’est passé comme ça, avec quelques interpellations à la clé. »
La Ména :   »Le timbre de votre voix est monotone, on a presque l’impression que vous décrivez des événements ordinaires ? »
Damien :   »Non, ce qui s’est passé à Brétigny n’est pas normal, je n’avais jamais vu cela. Je répète simplement que cela ne m’étonne pas ; connaissant le comportement des gens ici en France, des jeunes de banlieue, cela ne me surprend absolument pas. »
La Ména :   »Ils n’ont plus aucune valeur, rien ? »
Damien :   »Le mot « valeur » veut dire beaucoup de choses ; malheureusement, nous ne les avons pas, ces… valeurs. »
La Ména :   »Aucun de ces jeunes n’a un emploi ? Ils sont tous au chômage ? »
Damien :   »Ils gagnent très bien leur vie, ils sont nourris, hein ! Les petits voyous servent de « chauffe » : si vous voulez, dans chaque cité, il y a des jeunes qui squattent. Ils restent assis toute la journée et ont pour instruction de passer un coup de téléphone ou de faire claquer des pétards quand les forces de l’ordre arrivent. De cette façon, les gros dealers, et les gros bonnets, ceux qui sont en train de couper la drogue ou de la vendre, sont alertés et ils peuvent se cacher. »
Ces jeunes-là touchent 50 à 60 euros quotidiens plus un repas livré sur place, sur leur poste de guet. Ca, c’est le minimum, vous en avez aussi qui ramassent 500, 1 000, 2 000 euros par jour.
La Ména :   »Vous intervenez pour faire cesser ce trafic ? »
Damien :   »Non, pas toujours. Ce qu’on nous demande est de ne pas entrer dans les quartiers pour ne pas les « énerver ». Donc on va rester à la périphérie. »
La Ména :   »(J’ai du mal à déglutir) On vous demande de ne pas entrer dans les quartiers ?? »
Damien :   »Oui, oui, oui… Pas toujours, mais de plus en plus fréquemment. Vous allez rester à la périphérie des cités, faire du contrôle, de gens, de véhicules. Vous allez contrôler ceux qui rentrent chez eux, qui sortent du boulot pour aller chez eux. »
Et par contre, les petits dealers que vous connaissez, de même que les gros voyous qui sont à l’intérieur, nous n’allons pas les chercher.
La Ména :   »Qui est-ce qui vous donne ces ordres ? »
Damien :   "La direction. Le préfet donne des ordres, la direction centrale suit les ordres et puis voilà. Ca vient de très haut, les ordres. De très très haut."
La Ména :   »C’est démoralisant… »
Damien :   »Complètement démoralisant, vous voulez dire. Dans quelques années… »
Propos recueillis par Patricia La Mosca

Edifiant non ? Et Manuel Valls caracole encore en haut des sondages, même après la répression autour des manifs pour tous ! Allez y comprendre quelque chose !

source: http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/bretigny-le-mensonge-detat-soupconne-est-maintenant-prouve-par-un-temoignage/

16:21 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bretigny sur orge, balieues, immigration, valls, insécurité, médias |  Facebook |