21/04/2015

L'interview de Bachar El-Assad à France 2 (complet)

France 2 s'est donc expliqué. L'interview de S.E Bachar-El-Assad, elle devait la faire par souci de l'information et, elle ne l'avoue pas, pour se crédibiliser un chouïa. Après tout, de quoi demain sera-t-il fait ?
David Pujadas a donc fait le voyage et s'est acquitté d'un entretien avec le dirigeant syrien, S.E Bachar El-Assad. Remarquez le contraste entre ce dernier et le nain de jardin qui est planté à l'Elysée. J'ai connu, jadis, son père, un militaire dur et inflexible, un homme qui ne rigolait pas. A Homs quelques islamistes ont cru bon le défier, c'était au début des années 80. En quarante-huit heures il en a dégommé vingt-mille sans sourciller. Après, tout ce beau monde s'est calmé. La Syrie c'était un pays magnifique. Hommes nobles, femmes somptueuses, souks polychromes, profusion de sectes chrétiennes et musulmanes. Patchwork d'Imams, Popes, catholicos, alaouites, comme la famille El-Assad, juifs, arméniens, druzes, Yéménites, Perses et, chose rarissime dans ces pays, les voitures qui s'arrêtent au feu rouge. Odeurs de jasmin, patchouli, pistaches grillées, café turc et raki. Filles qui passent et baissent les yeux ou font semblant, crieurs de journaux, cireurs de chaussures, rossignols qui chantent … la vie !
Hafez El-Assad, le père de S.E, était le plus intelligent de tous les dirigeants arabes. Le plus respecté aussi. Oh ! Pas vraiment un « démocrate » à la sauce hollandaise, mais il ne faut pas ça pour être heureux et vivre en paix,, n'est-il pas ? Plaise au Ciel qu'il en paraisse un chez nous, occidentaux dégénérés, et vite !
Dans l'interview, retenez cette réponse du président El-Assad à la question du journaliste qui lui demandait ce qu'il pensait du qualificatif de "boucher" utilisé par monsieur Fabius, vous serez édifié. Que vaut encore la France, que vaut l'Europe dans le jeu mondial ? Tripette !
Bachar-El-Assad : de la grandeur, du calme, de la hauteur, de la dignité !
Vive la Syrie !

Ungern

L'audace vaut mieux en toute affaire (Homère)

bachar.jpg

 

 

 

01/01/2015

Les voeux impuissants de François Hollande

 http://i.ytimg.com/vi/lGNx3MQIDG8/hqdefault.jpg

30 avril 1975, chute de Saigon; les derniers Occidentaux et des Vietnamiens
fuient par les airs

A touti, bon' annado ben granado ! Comme on dit chez moi.
Hier j'écoutais les vœux de monsieur le président de la raiepublique, François Hollande. Il n'a rien dit d'intéressant, se contentant de faire l'inventaire de ce que nos gouvernants ont et concocteront à l'avenir pour notre plus grand bonheur et celui de leurs commettants. Il a terminé en déclarant que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme était désormais une « cause nationale ». On reconnaîtra la patte du « lobby organisé ». Monsieur Hollande en est le serviteur zélé.
En Afghanistan, les occidentaux ont plié drapeaux et bagages. Plusieurs milliers de morts, autant d'estropiés pour rien. Tout juste tenir Kaboul, une bourgade ou deux et puis le reste est entre les mains des Talibans. On ne combat pas une armée de convaincus avec des ordinateurs ou des drones.
Cela me rappelle 1975 et la chute de Saigon quand les derniers Américains et leurs alliés viets se sont enfuis par les toits. Ils avaient eux aussi quitté le Viet-Nam deux ans auparavant en assurant l'armée du Sud Viet-Nam de tout leur soutien. Dans deux ans, les Talibans à Kaboul !
On se demande d'ailleurs ce que l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord venait faire en Asie, sinon servir docilement les intérêts des étasuniens. Pauvres soldats morts pour rien !
Au moyen-orient, l'Histoire repasse les plats : l'armée islamiste subit quelques revers, se retire d'une ou deux villes et se replie dans le désert. Les occidentaux s'imaginent qu'ils vont les mater à coups de F16, tablettes numériques, smartphons 5G ou Humber couleur sable; ils se trompent. Pour bien faire, il faudrait allier Téhéran et Damas à cette lutte. Les uns, chiites, veulent en découdre avec ces sunnites fanatiques, les autres ont entre eux de vieux comptes à régler. Mais non, les occidentaux n'ont que les droits de l'homme (et de la femme) à la bouche et puis Téhéran et Damas ne sont pas vraiment copains avec Israël, alors … Qu'importe que crève l'occident, pourvu que vive Israël ! C'est toujours comme ça avec eux depuis la nuit des temps. A ce rythme, je parie que dans cinq ans Daesch sera à Jérusalem, ce qui serait une catastrophe pour le chrétiens.
De tout cela, monsieur Hollande est inconscient. Il avait beau frétiller d'aise et s'agiter derrière son bureau immaculé. Il y avait quelque chose de faux dans tout cela, un peu comme une pièce mal montée et jouée par un acteur dopé au Red Bull. Consternant ! Il est, comme la plupart des dirigeants occidentaux, un nain au service de ce qui le dépasse ; les lobbys des puissants, qu'ils soient communautaires ou financiers. Il est coupé du peuple réel et obsédé par une idéologie humaniste et pacifiste fanée. Le peuple, aujourd'hui plus que jamais, a besoin de chefs qui le guident et le protègent. Il a besoin qu'on lui dise la vérité et cesse de le bassiner avec des idées toutes faites que ces excellences récitent comme une leçon bien apprise. La guerre est à nos portes, nous devons nous armer et nous préparer au combat. Réveillons-nous !

FvD

 

24/11/2014

Israël: dangereuse dérive de "l'Etat-nation des juifs"

ein reich.jpg

 

Petit à petit, le masque tombe, c'est sans pudeur, avec cette arrogance brutale qui le caractérise que l'entité sioniste de Palestine a décrété que désormais Israël sera l' Etat-nation du peuple juif. Ce qui signifie tout simplement que quiconque dans cet Etat n'est pas juif ne sera pas considéré comme un national. Vingt-cinq pour cent des habitants d'Israël sont des Arabes, ils seront cinquante pour cent en 2030, ne pas l'oublier. Voilà donc un principe racialiste clairement exprime, sans vergogne aucune, à charge des autres nations de l'avaliser, ce qui se fera chez les occidentaux sans aucun problème tant leur soumission aux diktats sionistes est manifeste. Imaginez a contrario que la France décide comme ça que la nationalité française sera réservée aux blancs d'origine européenne certifié, vous entendriez un concert de protestations plus indignées les unes que les autres. Mais pour Israël tout est permis, ce peuple a tant souffert qu'il peut faire souffrir un peu les autres, n'est-ce-pas ?
Etat-nation du peuple juif, encore faudrait-il s'entendre sur la définition du juif dès lors qu'il n'y va pas d'une race (ils sont Berbères, Khazars ou Arabes), ni d'une religion (il y en a des tas qui sont athées ou qui considèrent leur foi comme culturelle plutôt que cultuelle). Alors ? N'empêche que ce texte annexe tous les juifs du monde pour en faire des nationaux d'un « Etat » que bien d'entre eux n'ont jamais vu et parfois même ne souhaite pas voir. Les nazis faisaient pareils. Il y a d'ailleurs des similitudes dans la politique raciale des sionistes et des nazis. Tous les deux embrigadent qui les juifs, qui les Allemands, dans un dessein « national » sans leur demander leur avis. Refusent-ils, osent-ils le combattre, les voilà traités de traîtres à leur race ou de « juif ayant la haine de soi ». Leur assassinat, internement ou mise au ban par l'exil ne se fera pas attendre.
Bien entendu, cette proclamation urbi et orbi de l'Etat-nation des juifs ne nous surprend pas, il n'est que le départ d'une toute nouvelle liste de revendications sionistes sur la région et, tant qu'à faire, sur le monde. Il y a, depuis des années, les demandes répétées des juifs orthodoxes, pour que soit reconstruit le « Temple de Jérusalem », ce qui impliquerait la destruction de la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l'islam. Impossible pour le moment, murmure-ton à Tel-Aviv, le risque de troisième guerre mondiale est trop important. On attendra la fin du siècle pour reprendre le projet, si c'est possible. Plus réalisable, par contre, est le rêve du « Grand Israël », soit l'extension des frontières du côté syrien jusqu'à une partie de l'Irak, pour conforter, ce faisant, l'ambition de certains rabbins qui voient en Israël le pays « entre la mer et le fleuve », soit la méditerranée et l'Euphrate. Les États-Unis ne verraient pas cette extension d'un mauvais œil. Attendez-vous donc a encore plus de troubles dans la région. Il y en a pour trente à cinquante ans, soyez patients …
Ne pas s'étonner si après cette proclamation martiale, « Un peuple, une Nation », ce qui en allemand hitlérien se traduit par « Ein Volk, Ein Reich », la sympathie que suscitent les sionistes accuse le coup et que, par ricochet, l'antisémitisme, qui met tous les juifs dans le même sac, reprenne force et vigueur, après tout on ne récolte que ce que l'on a semé.
Les sionistes, dans leurs prévarications ne sont pas seuls. Leurs alliés du Congrès de Washington sont dans le coup, quant aux Européens ils sont castrés et ne savent même pas chanter.
Benjamin Netanyahou, confirme chaque jour un peu plus son racisme radical et son mépris pour tout ce qui n'est pas juif dans le sens où il l'entend, il se comporte comme le chaînon manquant du trio:
« Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer » ! Israheil !

FvD