20/07/2014

Gaza: le lobby juif interdit une manifestation ... en vain

 

Les affaires reprennent et les massacres continuent. Nous venons d'avoir l'avion malais abattu en plein vol par on ne sait qui au dessus du ciel d'Ukraine. Ce qui peut faire le jeu des États-Unis toujours prompts à faire passer les Russes pour d'abominables terroristes et justifier ainsi les mesures de coercition qu'ils s'apprêtent à renforcer pour punir ce grand, beau et noble pays, coupable de ne pas leur lécher le les bottes. Ils auraient fait en sorte que cet avion soit abattu par leurs sicaires habituels que cela ne nous Se souvenir que les Étasuniens ont toujours détesté les Russes ; détestation naturelle des calvinistes a l'endroit des fils de l'orthodoxie, ne pas chercher plus loin. Les calvinistes sont des juifs synthétiques !
En Palestine, à Gaza, où les sionistes s'en donnent à cœur joie. Comme tout est prétexte à spectacle, voilà-t'y pas qu'ils se pressent sur les plages afin d'assister en direct au massacre. De quoi provoquer le dégoût de cette journaliste de CNN qui parle de « cheerings » (acclamations) mortifères. Dans un tweet elle évoque les menaces dont elle a fait l'objet si elle disait quoi que ce soit de négatif sur Israël et sa vaillante et courageuse armée. Elle les traite de « scum » (racaille).
Il y a de quoi ! Mais pour certains juifs, cela ne pose pas de problème. Après tout, ne sont-ils pas le peuple élu, celui qui fut choisi d'entre les nations et qui est le trait d'union entre Dieu et Sa création. Dès lors, quelques arabes de plus ou de moins, what's the problem ?
Dans le fond, les juifs, tous les juifs, pourquoi ne vont-ils pas vivre en Israël ? C'est leur terre qu'ils disent, alors pourquoi rester en Europe, aux Etats-Unis ou aux îles du Singe Vert ? Pourquoi ils rentrent pas « chez eux » ? Précisément, parce que ce n'est pas leur « chez eux ». Ils le savent, ils le sentent, et puis allez faire du business à Tel-Aviv, cela ne vaut pas New-York ou Londres. Facile de donner quelques sous pour Israël « notre terre », et puis de rester chez soi, le cul dans un fauteuil et admirer à la télé les exploits de « notre armée (la plus morale du monde) » et de manifester dans les rues de Paris drapeau sioniste en tête ou courir à l'Elysée se plaindre chez le factotum de service, François Hollande, en son palais de l'Elysée.
Hier, samedi, une manifestation pro-palestinienne a quand même eu lieu à Paris, à Barbès pour être précis. Et ce, malgré l'interdiction de la préfecture de police, le lobby juif ayant tout fait pour l'obtenir, ces gens se croient exclusivement chez eux dans la France de Valls et Hollande. Évidemment, cela s'est mal terminé ; police brutalement aux ordres et manifestants décidés. Et l'on nous dit que la France est une grande nation écoutée et qui donne des leçons au monde. Rions, chers amis, tout juste soubrette zélée de la juiverie !

 

FvD

 

PNG - 108.8 ko

09:44 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, israel, palestine, judaisme, sionisme, racisme juif, moyen-orient |  Facebook |

13/07/2014

Au Brésil comme à Gaza, la vérité finit par triompher

 

La vérité finit toujours par montrer le bout de son minois. C'est ce que les Brésiliens ont découvert à leurs dépends. Quand le peuple ne vit que pour le carnaval, la samba et le football et qu'il s'imagine que la vie est une grande partie dans laquelle il est toujours gagnant, ce ne doit pas être jouissif de se retrouver un beau matin nu comme un ver et con à la fois !
Non pas que le peuple du Brésil soit plus débile qu'un autre. Tous les peuples se valent : masse informe, grise, terne et ballottée d'une pulsion à l'autre. Les maîtres ce sont ceux, ultra minoritaires, qui impriment ces pulsions dans les masses et ils ont pour nom fric, presse, lobbys divers etc.

Pauvre Brésil qui pleure ses illusions perdues. Le score piteux de ses joueurs va sans doute coûter sa place à la présidente en exercice qui se représente dans quelques mois et qui en avalisant le coût faramineux de la Coupe du monde en paie le prix en terme de prestige. Exeunt les Brésiliens, la vie est ainsi faite : malheur aux vaincus !
Il y en a d'autres qui vont tomber de haut : les sionistes !
Eux aussi s'imaginent invulnérables, un peuple à qui tout est permis même le plus innommable car, ce peuple est élu, choisi par Jéhovah himself et à qui toutes les autres nations doivent prester allégeance. Ces Khazars, Séfarades, Yéménites de Moscou, Vilnius, Varsovie ou Saana se retrouveront plus tôt qu'ils ne l'imaginent avec la mer pour seul et unique horizon. Et après ça, faudra pas nous raconter des histoires de génocide, merci, on a déjà donné ! Exeunt l'arrogance, la hargne et la morgue triomphantes. En somme ce qu'il y a de pérenne pour ces gens, c'est le mur des lamentations !
Sans nous !

FvD

12/07/2014

Gaza remet des Juifs en question

Copie de neturei_karta2ds.jpg

Des juifs ultra-orthodoxes du mouvement Neturei-Karta manifestent contre le sionisme

Bonjour à tous, nous sommes le samedi douze juillet de l'an de grâce deux mille quatorze, jour de la Saint Michel Maleinos, Higoumène au mont Kyminas. Le mistral souffle, le soleil brille, les abeilles butinent et brillent les yeux des filles.
Un enfant est mort dans une colonie de vacances de l'Ariège, drame pour les parents ! L'eau serait en cause, allez donc savoir. Des enfants meurent à Gaza déchiquetés par les bombes des occupants sionistes. Maître William Goldnagel dit qu'Israël ne peut pas se laisser « pourrir la vie » à cause de Gaza. Vite dit, maître ! Qui pourrit la vie des Gazaouis ? Israël ! Qui était à Gaza quand tous les juifs de Tel-Aviv étaient à Varsovie, Vilnius ou New-York ? Les Gazaouis et tous les autres habitants de la Palestine envahis un beau jour par des Polonais, Marocains, Tchèques ou Moldo-Slovaques de synagogues. Et puis qui êtes-vous, maître Goldnagel pour commenter ? Vous êtes à Paris que je sache, notable du lobby juif de surcroît, Israël, pour vous, c'est tout juste une « résidence secondaire », comme vous le dit en pleine figure Shlomo Sand, Israélien, juif et honteux de l'être.
Un autre juif, pas fier du tout, c'est Gideon Levy. Il a écrit dans le journal « Haaretz »1 une tribune intitulée « Notre misérable Etat juif ». C'est courageux d'écrire des choses pareilles dans un pays dominé par une doctrine racialiste identique en nature à celle que vous dénoncez à tout-va dès lors qu'elle contrevient à vos intérêts. Même manichéisme, même exaltation de la race et dépréciation de tout ce qui n'est pas semblable à soi, refus de toute critique. Il écrit : Les Israéliens de l’État juif se déchaînent sur les réseaux sociaux, répandant une haine et un désir de vengeance d’une ampleur diabolique sans précédent. ...
Ce sont les enfants de la génération nationaliste et raciste – la descendance de Netanyahou.

Un peu plus loin, il ajoute : un État juif est un État dans lequel il n’y a place que pour les Juifs. Le sort des Africains est d’être envoyé au centre de détention de Holot dans le Néguev et celui des Palestiniens est d’endurer des pogromes. C’est comme ça que ça marche dans un État juif : c’est à cette seule condition qu’il peut être juif. Dans l’État juif en cours de constitution, il n’y a même pas de place pour un Arabe qui fait de son mieux pour être un bon Arabe …
Et il conclut, amer et désabusé : après une semaine terrible, il semble qu’un État juif ce soit un État raciste, nationaliste, conçu uniquement pour les Juifs.
Je compatis avec la peine de monsieur Gidéon Levy, j'imagine que ce ne doit pas être réjouissant de voir la réalité en face et d'être revenu de ses illusions, mais c'est cela qui fait un homme et pas une machine à tuer comme c'est le cas dans l'entité sioniste de Palestine. Gidéon Levy n'est pas le seul, d'autres se posent les mêmes questions, souffrent des mêmes angoisses. De jeunes Israéliens, revenus de l'armée, écoeurés par ce qu'ils ont vu et dû faire dans les territoires occupés, sont partis une fois pour toute de ce qui était encore leur pays. Il y en a qui traînent à Goa, en Inde, d'autres en Amérique latine, ils ont jeté leur judaïsme par dessus leur moulin, se sont convertis à quelque chose ou à rien. C'est le mieux qu'il aient pu faire. Pas comme ce monsieur Goldnagel qui, à Paris, dans le confort douillet de son bureau jette de l'huile sur le feu : allez-y les gars, on est derrière vous … loin derrière !

FvD

1 http://www.ujfp.org/spip.php?article3303

11:31 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sionisme, antisionisme, palestine, israel, judaisme, religion, moyen-orient |  Facebook |