28/06/2012

Qui était de Coudenhove-Kalergi ?

coudenhove.jpg

 

C'est une personnalité peu connue du grand public que nous allons tenter de vous faire connaître, le Comte de Coudenhove-Kalergi, un des « père fondateurs de l'Europe ».

Singulier personnage , né à Tokyo en 1894 de père austro-hongrois et de mère japonaise, il reçoit une excellente éducation, passe un doctorat en philosophie et se passionne très tôt pour la politique.

Le continent européen, conclut-il, sera, avant même la fin de ce siècle, un protectorat anglais ou américain si les nations européennes ne s'unissent pas autour de cette idée forte : sans altérer l'esprit des nations qui la composent , promouvoir d'abord l'intérêt de l 'Europe (de l'Espagne à la Pologne).

Il publie ses idées dans un livre, Paneuropa, en 1923.

Il a une bonne vision du futur qui attend le continent ; bolchevisme universaliste en Russie, concurrence américaine qui ira en s'intensifiant, impérialisme anglais égoïste, danger de guerre.

L'Histoire lui a donné raison, la dernière guerre a réduit l'Europe, et l'impérialisme anglais, à néant, à ce dernier a succédé l'américain dont l'Europe est le protectorat de fait. L’Europe, tel que rêvée par de Coudenhove, est devenue un espace mercantile où les intérêts les plus apatrides trouvent terrain propice à leur expansionnisme sans limite.

Dès l'entre-deux guerres, son message est reçu par des personnalités diverses comme Einstein, Freud, de Rougemont, Aristide Briand, Adenauer, Robert Schuman et même Winston Churchill.

L'homme, est un catholique pour qui l'Europe s'ancre dans le christianisme, les Croisades furent le premier sursaut continental face à une cause commune. Elles prouvèrent qu'au-delà des nationalités et des cultures, toutes convergentes, l'Europe pouvait assumer une tâche et un destin qui lui soit propre.

Après la guerre, c'est lui qui lance l'idée de la mise en commun du charbon allemand et du minerai français, ce fut la Communauté européenne du charbon et de l'acier ébauche de ce qui deviendra plus tard l'Union Européenne.

L’Europe des Nations de de Gaulle, c'est encore l'esprit de de Coudenhove qui souffle.

Le drapeau européen (bleu marial aux étoiles éponymes), c'est lui. Il le voyait avec la croix rouge des Croisades sur cercle doré, soleil d’Apollon. Ce dernier détail s'avéra difficile à faire passer...

Un jour férié en mai et « l'hymne » européen (paroles de Shiller, musique de Beethoven), c'est lui aussi.

Il ne reste pas grand chose de ses visions. La puissance européenne est anémiée et au service d'intérêts privés. Bruxelles et la Commission n'ont en vue que des objectifs d'élargissement à des fins purement alimentaires. La culture, la préservation des caractéristiques ethniques et linguistiques fait face à une uniformité a minimum, le moins-disant l'emportant .

Otto de Habsbourg avait repris et défendu ses idées.

Il nous conforte dans la conviction que seule une Révolution pourra replacer l'Europe à la place qui fit, jadis, sa grandeur.

coudenhove2.gif

(L'emblème européen selon de Coudenhove)


06:52 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, de coudenhove-kalergi, pan-europe, otto de habsbourg |  Facebook |