04/12/2014

Alain Soral sur le catholicisme, l'immigration et la France en général

Alain Soral dans une interview à Médias-presse-info.
"Il faut refaire du catholicisme la religion d'Etat."

 

03/12/2014

Sarkozy, agent d'israël

Ce monsieur a été un élu et même président de la République française, il est aujourd'hui « chef de parti ». Dynamique, dopé, névrosé même il multiplie les manifestations publiques ou privées devant des militants extasiés et des journalistes timorés. Il est soupçonné d'avoir touché pas moins de quelques dizaines de millions d'euros de Mouamar Kadhafi, ci-devant chef de l’État libyen qu'il a fait assassiner sans vergogne. Il est mis en examen dans des affaires d'argent public et, d'une pirouette juridique, s'est dégagé d'une accusation d'abus d'influence sur personne fragile, savoir l'affaire dite « Bettancourt ». Bref, le genre de type auquel personne de sensé n'achèterait une voiture d'occasion.
Il aime le luxe voyant, le feux des projecteurs, sort des blagues débiles, est vulgaire et inculte, parle un français approximatif et n'a d'analyse politique que celle qui rapporte des voix.
Voici qu'à peine élu « chef de parti » - d'un parti qui est en faillite par le fait de ses campagnes présidentielles fastueuses – il s'adresse aux parlementaires d'icelui en les exhortant à ne pas voter pour la reconnaissance, même symbolique, de la Palestine par la France. Surtout pas ça, cela déplairait à ses amis maîtres juifs. Cet homme a été battu aux élections, il ne représente que lui-même et commande ainsi, avec cette arrogance suintante qui le caractérise, à des hommes et des femmes qui jouissent de la reconnaissance populaire, eux. Mais de cette dernière, il s'en fout !
N'a-t-il pas déclaré récemment devant un parterre de lobbyistes juifs : la défense d'Israël a été le combat de ma vie. Paroles hautement révélatrices. Voilà un individu sensé représenter son pays, la France jusqu'à nouvel ordre, et qui dit s'être voué à défendre un pays étranger. Vous imaginez madame Rachida Dati, élue française, faire une déclaration pareille à propos de son pays d'origine, le Maroc ? Mais ce monsieur n'en a cure, il n'a pas de manières, il n'en a apprises aucune avec ses amis, séfarades fortunés de Neuilly sur Seine, par contre pour ce qui est du sionisme il a poussé le vice jusqu'à invoquer son grand-père maternel, juif de Salonique, converti catholique, qui se fichait de Sion comme de ses langes et ne lui a jamais révélé qu'il avait été de la foi de Moïse à sa naissance. Comme le dit si bien mon copain Abe, « american fucking jew », comme il se définit lui-même : il n'y a de pire juif qu'un juif synthétique !
Voilà, le ton est donné, c'est celui du lobby de la communauté organisée, celle qui exalte les turpitudes d'un Etat qui a élevé l'assassinat ciblé au rang d'art majeur et rackette sa cinquième colonne, les juifs de France et d'ailleurs, sans état d'âme. Sarkozy, tel est son nom, agent d'Israël !

FvD

04/10/2014

Juppé en beau-père idéal ...

JUPPE 2.10.14.jpg

 

Ce cher monsieur Juppé ! Comme il était brillant, hier, dans « Des Paroles et des Actes » de David Pujadas ! On se prend à rêver ; il a de l'humour cet homme, on l'inviterait bien à notre table, il est posé, maître de lui, a le sens de la répartie élégante et bien tournée, le regard clair de celui qui n'a rien à nous vendre sous le manteau, plus vraiment le gendre idéal, mais le beau-père des vieux jours tendres de maman, ça oui !
Fallait le voir, bien mis, droit (dans ses bottes), patient, civil, fleurant bon une eau de toilette discrète mais présente. Les journalistes en face buvaient du petit lait. Un grand moment.
Il y a toujours dans ce show médiatique une concession à la vulgarité démocratique. Dans le public, des spectateurs choisis et propres sur eux posent chacun une question. Arrive le tour d'une jeune femme issue de l'immigration. Dans un français impeccable elle interpelle Alain Juppé sur les discriminations et le racisme que subissent tous les jours les habitants défavorisés des banlieues. Elle lui dit qu'il est un « héritier », un « blanc » (sic) et un sexagénaire (resic), et qu'il ne peut donc rien comprendre de ce qui se vit là-bas, si loin de son existence feutrée de favorisé.
Question révélatrice d'une arrogance qui ne se cache plus. Voilà donc que « blanc » et « sexagénaire » relèvent du handicap. Dans les banlieues, ne sont dignes de se pencher sur les soucis de ses habitants que ceux qui sortent du même sérail. Si ce n'est pas du communautarisme, c'est quoi ? Peu importe l'habile réponse de l'ancien ministre, il y eut un masque levé, hier soir, et nous devons en être reconnaissant à cette jeune femme.
Pour le reste, que retenir des circonvolutions habiles d'une homme pour qui la politique est une nature première ?
Il est, certes, d'une classe bien supérieure au fripier séfarade qui s'agite dans son coin. Il a le don de plaire et a toutes ses chances dans la longue course qui s'amorce. Mais quant au fond ?
C'est l'homme du système. Son majordome zélé. Il dit vouloir changer bien des choses, mais le pourra-t-il ? Sur l'immigration, il propose de modifier les règles de fonctionnement de Schengen, mais pour ce faire, il faudra l'accord de tous les pays concernés (ils ne sont pas tous membres de l'U.E). Avant que cela ne se réalise, des années se seront écoulées et des millions de clandestins camperont aux portes de nos villes. Sur le sociétal, il dit prendre acte de l'évolution des mœurs et du mariage des invertis et jure ses grands dieux que la GPA et la PMA, il ne les tolérera pas. Maigres assurances qui sont autant de zakouski anesthésiants et rien d'autre.
Sur l'islam, il rappelle qu'il est membre de la Licra (succursale du lobby juif) et qu'il est partisan de financer les centres culturels attenants aux mosquées, ce qui est une façon burlesque de contourner la loi sur la séparation des Eglises et de l'Etat, mais passons. Rien d'audacieux dans ce qu'il exprime, rien qui soit nouveau, tout juste une gestion du réel d'où ne ressort que sa naïveté ou, plus vraisemblable, son réalisme cynique.
Avec Juppé à la tête de l'Etat, on aura un monsieur poli, parlant bien, sachant pratiquer le baise-main et se conduire comme il faut, mais ce sera bien tout.
Saluons la prestation de Marion Maréchal-Le Pen. Elle connaît ses dossiers, elle ne semblait pas impressionnée plus que ça par son vis-à-vis et, gentiment, tout en sourire a relevé ses contradictions.
Bref, une bonne soirée entre copains, mais qui ne mange pas de pain.

 

FvD

08:29 Écrit par Friedrich von Dittersdorf dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alain juppé, ump, nicolas sarkozy, primaires à l'ump, ps, hollande, france |  Facebook |