15/04/2015

Au secours, la crétinerie est partout

connerie.jpg

Hollande veut-il sauver le soldat Valls, ou l’enfoncer davantage, quand il évoque la nervosité de son Premier ministre, les textos de nuit qu’il échange avec lui et cette « école de la vie » que lui aurait suivie. Avoir été depuis l’âge de 17 ans un apparatchik au Parti socialiste, est-ce cela, la vraie vie ? Les ouvriers, les paysans, les entrepreneurs, les enseignants apprécieront… Et si Valls a été à l’école de la vie, celle des réalités de terrain s’entend, cela signifie que Hollande, lui, n’en connaît rien, puisque, après ses études il n’a fait que fréquenter les lambris des cabinets ministériels et les ors de la rue de Solférino.
Il faut dire que ça ne va pas très fort, pour notre Premier ministre. Il tremble, il s’énerve, il se fait traiter de danger pour la démocratie – les journalistes et les juges prennent enfin la mesure de son projet de loi sur le renseignement – et même de « crétin », par Onfray, quand il a repris, sans s’en rendre compte, l’antienne qu’il vaut mieux avoir tort avec BHL/Sartre que raison avec de Benoist/Aron.
C’est là qu’on voit que la lecture régulière de quelques livres serait utile à notre Premier ministre, en plus des notes et briefings des conseillers qui l’entourent. Mais comment s’étonner du crétinisme ambiant quand une ministre de la Culture (ESSEC-ENA, tout de même) avoue qu’elle n’a pas lu un ouvrage depuis deux ans ? Quand telle journaliste médiatique (Pascale Clark) ignore qui est Jean Sibelius, ou une autre (Marion Ruggieri) qui croit que la lapidation est un châtiment chrétien, ou quand un âne de professeur à l’IEP (Thomas Guénolé) fait le djihad contre les fêtes chrétiennes au nom de la laïcité, ou quand des Ruquier, Morandini, Hanouna, Debbouze et Aram répandent leur crasse bêtise sur tous les plateaux télé ?
La bourgeoisie cultivée – ses codes, son élégance, sa délicatesse, ses préjugés, son bon goût, ses bonnes manières – a disparu. À la place, chaque jour, nous avons de nouveaux témoignages de l’inculture crasse, ou de la rupture avec les réalités, et du déni de la part de nos oligarchies politique, médiatique et économique. France, voilà comment ton intelligence fout le camp et ton remplacement culturel est en cours !
Hors la jet-set vulgaire, hors-sol et mondialisée, qui n’a que des valeurs matérialistes et consuméristes, version ploutocratique nouvelle des exploiteurs d’autrefois, notre oligarchie se compose d’ectoplasmes et de crétins, comme je l’ai déjà expliqué.
Les ectoplasmes ont fait l’ENA, et ne s’en sont jamais remis. Des « baveux », comme on dit au Québec, qui ne comprennent pas la France populaire, et celle qui se lève tôt, les Fabius, Macron, Sapin, Moscovici, Aubry, Pellerin, mais aussi Juppé ou Copé de l’autre côté.
Les crétins sont plus limités intellectuellement, parce qu’ils n’ont pas fait l’ENA, et ne s’en sont pas davantage remis. Ils ont fait peu d’études parce qu’ils sont tombés dans la militance d’appareil quand ils étaient petits, avec des idées courtes, de mauvaises manières et une ambition à rayer le parquet : les Valls, Belkacem, Désir, Cambadélis, Taubira, mais aussi Sarkozy.
Hollande est un phénomène à part et, pour tout dire, exceptionnel. Sont réunis en lui à la fois l’ectoplasme bardé de titres et de diplômes et le crétin d’appareil politique. Son désamour durable et inégalé avec le peuple français vient peut-être de cette double parenté. Pas étonnant qu’il veuille attirer son Premier ministre dans le trou noir de son impopularité.

 
Ecrivain
 
source: boulevard Voltaire

27/02/2015

Sarkozy qui se voit déjà président.

http://www.greatmilitarybattles.com/assets/images/Huns_Attack_Italy.jpg

 Le sac de Rome par les Barbares

Monsieur Nicolas Sarkozy se voit président de la raie publique en 2017. Le scénario est très simple – explique-t-il à ses affidés – au premier tour le candidat socialiste, quel qu'il soit, sera mis au tapis et il se retrouvera face à Marine Le Pen. Le « sursaut raie publicain » jouant à fond, il sera élu et reprendra du service durant cinq ans au moins.
Voilà où nous en sommes arrivés.
Vous l'avez vu de près Sarkozy et sa face de crapule corrompue ? Ce type qui a mis la Libye à feu et à sang pour complaire à son copain sioniste Levy, Bernard-Henry. Ce type qui se baladait en 2009 à une encablure de Gaza et déclarait, cigare au bec, qu'Israël ne faisait que se défendre. Ce criminel qui a dévasté la Libye et massacré Khadafi auquel il avait soutiré du fric pour se faire élire.
Le voilà qu'il traite de « gugusses » des élus de la raie publique qui en Syrie sont allés rendre visite à son président Bachar Al-Assad. Un homme autrement plus respectable que le sieur Sarközy de Nagy Bocsa, petit hobereau hongrois, bâtard d'un mongol violeur de la puszta. La Syrie a toujours été un Etat autoritaire, ce qui est normal quand il faut réguler des peuples divers et des croyances qui se côtoient. Normal aussi quand l'envahisseur sioniste est à sa porte. En Syrie, chrétiens, juifs et musulmans de diverses chapelles faisaient bon ménage. Bachar lui-même appartient à la minorité alouite, une secte issue du chiisme. Son père Hafez avait opéré sans état d'âme un frison d'intégrisme chez des Frères musulmans : vingt mille morts à Homs. C'était en 1980 et quelque chose. C'est que ça ne plaisantait pas dès lors que la sécurité de l'Etat était en jeu. Les grands de ce monde craignaient Hafez et le courtisaient peu ou prou. Saddam Hussein et lui étaient les patrons de ce pays que les autochtones appellent « le pays de Cham ». Les Américains ont dégommé Saddam Husssein et insaturé le chaos dans ce pays multi-millénaire, héritier des illustres Assyriens. Les Européens s'en prennent maintenant à Bachar après avoir assassiné Khadafi. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, est un homme diminué, il souffre de la maladie de Parkinson, ce qui est dommage, mais il persiste, malgré son handicap intellectuel à donner son point de vue sclérosé. Il est de ces peuples fatigués, malades, à bout de souffle qui se suicident au bout de leur absence de discernement.
Ne pas s'étonner dès lors si des hordes islamiques venues des désert brûlants d'Arabie ou de Cyrénaïque déferlent sur notre vieux continent et le mettent à sac, crucifiant les hommes, emportant les femmes et faisant de nos enfants leurs esclaves. Rome périt ainsi qui se laissa aller, se couvrit la tête d'un voile et ne voulut rien voir. Des empereurs dégénérés se vautraient dans la luxure, comme aujourd'hui des Sarkozy, Fabius et Hollande et consorts se fardent la réalité crue qui les encercle. Si des hommes pareils continent à vivre, c'est nous qui mourrons.
Et même pas de notre belle mort !

FvD

 

09/02/2015

La France cancéreuse

http://brunorigolt.blog.lemonde.fr/files/2009/11/soljenitsyne.1258907905.jpgSoljenitsyne

 

Dans le Doubs, le Front National, s'il n'a pas gagné l'élection législative, a remporté une victoire nette sur le système UMP/PS qui voulait lui faire front. Non seulement il augmente son score du premier tour (six mille voix quand même!), mais il flanque une frousse mémorable aux socialistes qui se croyaient chez eux dans ce coin industriel. Les escrocs qui, à Paris, dirigent l'UMP et s'imaginaient donner des consignes à « leurs » électeurs ont été désavoués, Sarkozy le premier. Qu'ils crèvent tous la bouche ouverte !
Mais faut-il encore voter ? Ne vaudrait-il pas mieux préparer en douce le « grand soulèvement », avant qu'il ne soit trop tard ? That is the question ! J'avoue que je suis partagé. Le pouvoir corrompt, surtout s'il s'exerce dans le contexte international qui est le nôtre. On verra bien ce que feront les Grecs, après, s'il le faut, on sortira les Kalach..
Les Français sont des … Hier, c'est TFI qui a remporté la palme des téléspectateurs. Ils ont été des millions et des millions à regarder (pour la septième fois !) « Les bronzés font du ski ». Avec un peuple pareil, l'espoir est un mirage.
Mistral à cent trente à l'heure. Les os gelés. J'ai passé la journée au bord de l'âtre, ma chatte à mes côtés et Soljenitsyne sur les genoux. Je relisais à trente ans de distance « Le pavillon des cancéreux ». Ce livre formidable n'a rien perdu de son pouvoir envoûtant et prophétique. Mon ami psychiatre m'a dit que la médecine du cancer n'avait pas fait tant de progrès depuis 1955, année où se situe l'histoire de ce grand roman. Les praticiens débusquent le cancer plus tôt et le calment. C'est excellent pour les statistiques, mais cela ne mange pas de pain. En trente ans, le cancer du poumon a reculé d'un mois. Quatre semaines de rémission en plus. Merci ! Le cancer du pancréas, le carcinome méningé, sont mortels à cent pour cent. En fait, le cancer, c'est la mort en marche. Il n'y a pas de quoi s'offusquer, la vie aussi est mortelle, mais elle se farde comme une pute sur le retour. On meurt aussi de vieillesse, figurez-vous. La machine est usée jusqu'au bout et un beau jour … pfuitttt … terminus. La mort, ne pas l'oublier, fait partie du flux et reflux de la vie, pas de quoi en faire tout un fromage, elle va, elle vient, volage comme la plume au vent. Qu'est l'homme sinon une petite âme qui maintient debout un cadavre ? comme l'écrivait le génial Malcom Lowry. Certains meurent jeunes, d'autres moins, mais tous nous sommes mortels. Et puis, il y a ceux qui déjà sont morts, mais vivent, comme le Roussanov dans le roman de Soljenitsyne. William Wallace (1272-1305) constatait déjà : Tous les hommes meurent un jour, mais peu parmi eux vivent vraiment. Tenir à la vie à tout prix, c'est comme une action boursière pourrie, cela se termine en chute brutale dans un trou à rats. Je souris toujours quand j'entends dire qu'untel a « lutté » jusqu'au bout contre « cette longue et douloureuse maladie ». Quelle prétention, quel orgueil ! Quand la mort frappe à la porte, l'homme noble l'ouvre et dit « rentre » ! Et i l le fait, parce que, lui, sait, que la mort, in fine, n'a plus d'aiguillon. Le sacrifice de Notre Seigneur l'a rendue inopérante, vaine, illusoire. La vraie vie, est celle qui vient après cette vallée de larmes et repaire de dévoyés. Mais peut-être, mécréants que vous êtes, ne comprenez-vous pas ce que vous lisez. C'est donc que vous êtes à l'image de cette France cancéreuse et dégénérée qui se complaît à regarder pour la septième fois un navet total et se croit spirituelle, belle et désirable. Vous aussi vous êtes atteints par le mal total, vous êtes déjà morts, ce qui est grave, surtout quand on s'imagine vivants.
N'empêche, je prierai pour le salut de votre âme...
Ainsi-soit-il !

Ungern

SOLJENITSYNE POUTINE.jpg